bocager, ère

BOCAGER, ÈRE

(bo-ka-jé, jê-r') adj.
Qui hante les bois, les bocages, qui est dans les bocages.
À votre suite, ô nymphes bocagères ! J'irai fouler les naissantes fougères, Et, les cheveux de roses couronnés, M'associer à vos danses légères [MALFIL., Narcisse, ch. I]
Des voix se font entendre, et les chants des bergères Se mêlent aux accords des flûtes bocagères [ID., ib.]
Diane en carquois d'or, déesse bocagère.... [FONTANE, dans GIRAULT-DUVIVIER]
Vos flûtes bocagères [MOL., Mal. Prol.]
Imitez le Poussin : aux fêtes bocagères Il nous peint des bergers et de jeunes bergères, Les bras entrelacés, dansant sous des ormeaux [DELILLE, Jardins, ch. IV]
La bienfaisante fée et la nymphe légère Cueillant le gui divin ou la fleur bocagère [MASSON, Helvétiens, v.]
Souris, amour, si la bergère Quittant la grotte bocagère En rapporte, selon mes vœux, Un doux souvenir dans son âme [MILLEV., Élég. liv. I]
Embelli par des bocages.
Le Léthé baigne en paix ces rives bocagères [DELILLE, Énéide, VI, 943]
Depuis la Tour-du-Pin jusqu'à Pont-de-Beauvoisin, le pays est frais et bocager [CHATEAUB., Italie, 6]

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Prenant ce chemin-là, ils s'embarrassoyent en un païs montagneux et boscageux, où la cavalerie eust peu profité [LANOUE, 674]
    ....Il est desesperé Qu'un veneur bocager soit à luy preferé [RONS., 794]

ÉTYMOLOGIE

  • Bocage.