bocage

(Mot repris de bocages)

bocage

n.m. [ mot normand ]
Région où les champs et les prés sont entourés de haies ou de rangées d'arbres et où l'habitat est dispersé en fermes et en hameaux.

bocage

(bɔkaʒ)
nom masculin
paysage d'arbres et de prairies les bocages de l'Ouest de la France

BOCAGE1

(bo-ka-j') s. m.
Petit bois, lieu ombragé.
Sais-tu que ces Persans venus sur ces rivages Veulent voir notre fête et nos riants bocages ? [VOLT., Scyth. II, 2]
L'oiseau qui charme le bocage, Hélas ! ne chante pas toujours [LAMART., Méd. II, 26]
Jeune oiseau prenez l'essor, Égayez le bocage [BÉRANG., J. muse.]
Doux bocage, adieu, je succombe ; Tu m'avertis de mon destin ; De ma mort la feuille qui tombe Est le présage trop certain [MILLEV., Chute des feuilles.]

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    Li païsan et li vilain, Cil del boscage et cil del plain [de la plaine] [, Rou, 5980]
    E passerent par Gazer en Galaad, par cele basse terre de Odsi, e vindrent el boschage de Dan [, Rois, 216]
    Et porpenez sa terre, plain et boschage [, Gerard de Ross. p. 312]
  • XIIIe s.
    Près de lui estoit [le loup] es boscages, Si li a fait sovent anui [, Ren. 7398]
    Si n'ai mès cure d'ermitages ; J'ai laissié desers et bocages [, la Rose, 11906]
    Cil de Chartrouse sont bien sage ; Car il ont lessié le bochage Por aprochier la bone vile [RUTEB., 167]
  • XVe s.
    Ceulx qui Amours servent ainsy, Il les fait après eureux sy Qu'ilz s'eschappent des brigandaiges De Dangier, par petiz boucaiges [CH. D'ORL., Ball. 86]
  • XVIe s.
    Le visage enfoncé dans un bocage ou une touche de cheveux [D'AUB., Faen. IV, 13]

ÉTYMOLOGIE

  • Bourguig. bôqueige ; provenç. boscatge ; espagn. boscage ; d'une forme boscaticum, venant de boscus ou boscum (voy. BOIS). Au XVIe s. Palsgrave remarque qu'on prononçait boquaige.

bocage

BOCAGE. n. m. Lieu ombragé. À l'ombre d'un bocage. Vert bocage. Bocage frais, agréable, délicieux. Il s'emploie surtout en poésie.

bocage

Bocage, ou Boscage, Arboretum, voyez Bois.

Bocage où les oyseaux hantent, Auiaria.

Bocages où l'on ne peut passer, Auia virgulta.

Bocage de bouys, Buxetum.

bocage


BOCAGE, s. m. BOCAGER, ÈRE, adj. [Bokaje, , jère, 3e e muet au 1er, é fer. au 2d, è moy. et long au 3e.] Bocage, est un petit bois: Il n' est d'usage qu'en Poésie, non plus que bocager.
   Dans un bocage frais, respecté du soleil
   BOCAGER suit toujours le substantif.
   Qui loueroit comme toi les Nymphes bocagères.
       Gresset.
L'Acad. dit que bocager vieillit: c'est que le genre de Poésie où il étoit employé, est assez hors de mode. Cependant, dans une Pastorale, un Poète s'en servirait sans scrupule, et l'on ne lui en ferait pas un crime.

Traductions

bocage

חורשה (נ), חֻרְשָׁה

bocage

[bɔkaʒ] nm
(GÉOGRAPHIE) (= paysage) le bocage → bocage farmland criss-crossed by hedges and trees, typical of Normandy
(= bois) → grove, copse (Grande-Bretagne)