bonneau

BONNEAU1

(bo-nô) s. m.
Proxénète. L'ami Bonneau.
Pour colorer, comme on put, cette affaire, Le roi fit choix du conseiller Bonneau, Confident sûr et très bon tourangeau : Il eut l'emploi qui, certes, n'est pas mince, Et qu'à la cour, où tout se peint en beau, Nous appelons être l'ami du prince, Et qu'à la ville, et surtout en province, Des gens grossiers ont nommé maquereau [VOLT., Puc. I]

ÉTYMOLOGIE

  • Nom propre dont les vers de Voltaire ont fait un nom commun.

BONNEAU2

(bô-nô) s. m.
Terme de marine. Morceau de bois ou de liége qui flotte au-dessus de l'eau pour indiquer l'endroit où une ancre est mouillée.

ÉTYMOLOGIE

  • Peut-être, par métaphore, objet bon, utile, qui sert.