bonté

bonté

n.f.
Caractère d'une personne bonne, bienveillante : Elle a hérité de la bonté de sa mère gentillesse ; méchanceté altruisme, amabilité, obligeance

bontés

n.f. pl.
Actes de bienveillance : Elle n'a pas oublié les bontés que tu as eues pour elle.

BONTÉ

(bon-té) s. f.
Qualité de ce qui est bon. Bonté des terres. Bonté d'un pays. Bonté d'une marchandise. Bonté d'un vin. Bonté de l'air. Bonté d'un fruit.
Justice. Bonté d'une cause. Comptant sur la bonté de sa cause.
Douceur, indulgence, bienveillance. La bonté de Dieu. Plein de bonté. Homme d'une extrême bonté. Il a tant de bonté que.... Votre bonté pour moi. Traiter quelqu'un avec bonté. Je ne pouvais être reçu avec plus de bonté. Par la bonté du ciel.
Vous, Seigneur, dont la bonté infinie n'a rien donné aux hommes de plus efficace pour effacer leurs péchés que la grâce de les reconnaître [BOSSUET, Anne de Gonz.]
Nous demandons, de grâce, encore un moment ; le roi a de la bonté ; et il sait bien que la chose a été précipitée [MOL., Impr. 4]
Point de pitié officieuse ? point de secourable bonté ? point d'affection agissante ? [ID., l'Av. IV, 1]
Il est vrai que du roi la bonté secourable Jette enfin sur la muse un regard favorable [BOILEAU, Sat. I]
Je m'occupe, je pense, et j'ai pour volupté Ce charme que le ciel attache à la bonté [ST-LAMBERT, Saisons, Hiver.]
Bonté divine ! Bonté du ciel ! Bonté de Dieu ! sorte d'exclamation qui exprime la surprise.
Au plur. Actes de bienveillance.
Que la reine a pour moi des bontés que j'admire ! [CORN., Nicom. IV, 2]
Où sont, Dieu de Jacob, tes antiques bontés ? [RAC., Athal. IV, 5]
Thésée à tes fureurs [les fureurs de Neptune] connaîtra tes bontés [ID., Phèdr. IV, 2]
Henri victorieux voyait de tous côtés Les ligueurs sans défense implorant ses bontés [VOLT., Henr. VIII]
La bonté, des bontés, termes de politesse. Je suis confus de vos bontés. Ayez la bonté de m'apprendre ce dont il s'agit.
Nous allons le remercier des extrêmes bontés qu'il nous fait paraître [MOL., Impr. 10]
Si vous aviez la bonté de me dire la même chose, vous m'obligeriez [PASC., Prov. 4]
Ironiquement. Quand je parle, ayez la bonté de vous taire. Ayez la bonté de sortir d'ici.
En parlant d'une femme. Elle a de la bonté, des bontés pour lui, elle témoigne qu'elle a pour lui un sentiment tendre.
Elle a quelque bonté pour moi [MOL., l'Av. IV, 3]
Après tant de bontés dont il perd la mémoire [RAC., Andr. II, 1]
J'y suis encor, malgré tes infidélités, Et malgré tous mes Grecs honteux de mes bontés [ID., ib. IV, 5]
C'est trop me faire entendre, Madame, mon bonheur, mon crime, vos bontés [ID., Brit. III, 7]
De mes lâches bontés mon courage est confus [ID., Andr. IV, 3]
Trop grande facilité. Tu as trop de bonté pour lui. C'est pousser la bonté trop loin.
Dans la phrénologie, d'après Gall, sentiment naturel de l'homme et des animaux auquel on attribue un organe placé au milieu de la partie supérieure du cerveau.

SYNONYME

  • 1. LE BON, LA BONTÉ., Le bon est l'idée abstraite de ce qui est bien. L'homme vertueux a pour guide dans sa conduite l'idée du bon. comme l'artiste a pour guide dans ses œuvres l'idée du beau. La bonté est ce bon, cette idée abstraite, réalisée dans la pratique.
  • 2. BONTÉ, HUMANITÉ, SENSIBILITÉ. L'homme humain soulage les souffrances, les infortunes. L'homme sensible en est ému, et y compatit. Mais bonté dit plus que tout cela ; l'homme bon non-seulement ressent la miséricorde, non-seulement soulage effectivement, mais encore étend sa bonté sur tous les autres rapports de la vie : il est bon avec ses enfants, avec sa femme, avec ses égaux, avec ses inférieurs.

HISTORIQUE

  • XIe s.
    Que plus n'i a d'honneur et de bontet [, Ch. de Rol. XXXIX]
  • XIIe s.
    Espeire el Seignur, e fai buntet [, Liber psalm. p. 46]
    [Il] Reclama Deu et les soies bontez [, Ronc. p. 53]
    Et je ne's [ne les] eslis mie pour le leur nuisement ; Pour leur bonté [valeur] [je] le di ; ne nul mal n'i entent [, Sax. XX]
  • XIIIe s.
    Avec beauté vous est bonté donnée ; Si [je] me doi moult louer et cher tenir, Quand j'ai beauté et bonté enamée [VIDAME DE CHARTRES, Romancero, p. 115]
    Si qu'à Dieu et au siecle la bonté de vous pere [paraisse] [, Berte, IV]
    Car nus n'est de si haut lignage, Ne nus ne trueve l'en si sage, Ne qui tant ait autres bontés [qualités] Qui par amors ne soit dontés [, la Rose, 4353]
    Car bonté faite par priere Est trop malement chier vendue à cuers qui sunt de grant value [, ib. 4728]
    Dites-moi que cist sont, Estatins l'Esnasés ? - Estatins respondi : C'est des Frans li bontés [l'élite] ; Li uns est Bruiemons par son nom apelés [, Ch. d'Ant. II, 310]
  • XVe s.
    Et pour ce est il dit de plusieurs vaillants trespassés, de qui les noms et bontés sont mis en memoire, que ils ne sont pas morts, ains vivent [, Bouciq. Prol]
  • XVIe s.
    Cette telle preud'hommie naturelle et aysée et comme née avec nous, s'appelle proprement bonté, qualité d'ame bien née et reglée [CHARRON, Sagesse, II, 3]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. bontat ; espagn. bondad ; portug. bondade ; ital. bontà ; de bonitatem, de bonus (voy. BON).

bonté

BONTÉ. n. f. Qualité de ce qui est bon, ce qui fait qu'une chose est bonne dans son genre. La bonté d'un terroir. La bonté de l'air. La bonté d'un aliment, d'une boisson. La bonté d'une étoffe. La bonté d'une action.

Il se dit aussi de cette Qualité morale qui porte à être doux, facile, indulgent, à faire du bien. Le propre de la bonté est de se faire aimer. Bonté naturelle. Bonté rare. La bonté du coeur. Sa bonté est connue de tout le monde. Abuser de la bonté de quelqu'un. Il a eu la bonté de l'assister dans le besoin. C'est un homme plein de bonté. La bonté de son caractère. Il a un grand fonds de bonté. Des actes de bonté.

Il se dit en parlant de Dieu. La bonté est un des attributs divins. La bonté infinie de Dieu. La bonté divine. Dieu est la souveraine bonté, la suprême bonté. Familièrement et par exclamation, Bonté de Dieu! Bonté divine!

Il sert quelquefois à exprimer Ce qui n'est que de simple bienveillance, ou même de pure politesse. La bonté que vous avez eue de m'écrire. Vous avez trop de bonté. Vous avez bien de la bonté. Je lui suis extrêmement obligé de sa bonté, de ses bontés, de toutes ses bontés, des bontés qu'il me témoigne. Je suis confus de vos bontés. Ironiquement, Ayez la bonté de sortir d'ici. Quand je parle, ayez la bonté de vous taire.

Il se prend aussi pour Simplicité et trop grande facilité. La bonté du père a causé la perte du fils. Il se laisse tous les jours tromper par sa bonté, par son trop de bonté. Sa bonté l'a ruiné, l'a perdu. Il a une sotte bonté. Hé quoi! vous avez eu la bonté de le croire!

bonté

Bonté, f. acut. Se prend ores pour le regard des moeurs et de l'ame, comme la bonté du Roy est grande, Insignis est Regis bonitas ac probitas. Et ores pour le regard du corps et force d'iceluy. Au 2. livr. d'Amadis chap. 2. selon la bonté et chevalerie de ceux qui ont voulu entrer en la chambre defenduë, leurs escus sont honorez, c'est à dire, selon la proüesse et vaillance de ceux, etc.

Naturelle bonté, Bonitas ingenij, Generositas.

Singuliere bonté, Praecipua bonitas.

Une bonté qui ne se vend point, qui ne fait rien pour recompense, Gratuita probitas.

Une mesme bonté est necessaire au commun peuple, Eadem bonitas etiam ad multitudinem pertinet.

Une signification de bonté et preud'homie et honesteté reluisant au visage d'aucun, Dignitas oris et vultus.

Bonté d'esprit qui est duit à apprendre, Docilitas, Facultas ingenij.

Attaindre la bonté de l'esprit d'aucun, Assequi ingenium alterius.

Homme de grand bonté, Homo bonitate affluens.

Si tu es de telle bonté que je t'estime, Si bonitas tua responderit iudicio meo.

bonté

Bonté, Cherchez Bon.

bonté


BONTÉ, s. f. [1re lon. 2e é fer.] Qualité de ce qui est bon. La bonté du vin, d'un terroir, de l'air, d'une étofe, d'un remède, d'une action, etc. = En parlant des persones, qualité morale, qui porte à faire du bien. On le dit absolument de la vertu de bonté: "La bonté est la source de toutes les vertus bienfaisantes. On dit aussi, bonté de coeur, bonté d'âme. = On l'emploie quelquefois au pluriel; mais alors, il ne signifie plus simplement la vertu de bonté, mais ses éfets, ses témoignages. "J'ai recours à vos bontés; je rends grâces à vos bontés: "Il a eu mille bontés pour moi.
   2°. BONTÉ ne se dit quelquefois que par pure civilité. "La bonté que vous avez euë de m'écrire. "Ayez la bonté de me dire, etc. — En ce sens, il ne se dit qu'à l'égard de ses supérieurs, ou des persones avec qui on n'est pas familier. Mde de Sévigné dit à sa fille: "Vous m'avez écrit de par-tout; j'ai admiré votre bonté: cela ne se fait pas sans beaucoup d'amitié. Autrement on serait plus aise de se reposer et de se coucher.
— Il me semble que l'expression est trop forte d'une Mère à sa fille.
   3°. BONTÉ se prend quelquefois pour simplicité, foiblesse: "La bonté du Père a été la caûse de la perte du fils: "Sa bonté l'a ruiné: il a une sotte bonté, etc.

Traductions

bonté

goodness, kindness, bounty, benevolenceחסד (ז), טובת עין (נ(, רוחב לב (ז), חֶסֶד, רֹחַב לֵב, טוּב לֵבgoedheid, vriendelijkheidGüte, Gutherzigkeit, Gutmütigkeit, Sanftmutbondadbontàbondadegodhedgodhet (bɔ̃te)
nom féminin
grande gentillesse, générosité

bonté

[bɔ̃te] nfkindness no pl
avoir la bonté de → to be kind enough to, to be good enough to