borné

(Mot repris de bornee)
Recherches associées à bornee: Bornéo

borné, e

adj.
1. Qui est étroitement limité : Ses possibilités d'évoluer au sein de l'entreprise sont bornées large, vaste
2. Limité intellectuellement : On n'obtiendra rien de lui, il a l'esprit borné obtus

borne

BORNE. n. f. Pierre, arbre ou autre marque qui sert à séparer un champ d'avec un autre. Planter une borne. Asseoir des bornes. Arracher des bornes.

Par extension, il désigne les Pierres qui marquent les distances sur les routes. Nous atteindrons bientôt la dernière borne. On dit surtout dans ce sens Bornes kilométriques.

Il se dit aussi de l'Espèce de colonne qui marquait l'extrémité de la carrière dans les cirques des anciens. Tourner autour de la borne. Doubler la borne.

Il se dit encore des Pierres plantées debout qu'on met à côté des portes, le long des murailles, ou à l'encoignure des édifices, pour empêcher qu'ils ne soient endommagés par les voitures ou dont on borde un chemin, une place publique, un port, etc. Mettre une borne contre un mur. Mettre des bornes à une porte. Cette place publique est entourée de bornes. Monter sur une borne. Des bornes de granit. Une rangée de bornes liées par des barres de fer, par des chaînes. On se sert quelquefois de vieux canons en guise de bornes.

Borne-fontaine, Sorte de petite fontaine en forme de borne disposée sur la voie publique.

Fam., Il est planté là comme une borne, se dit d'un Homme qui se tient debout et sans remuer.

Au pluriel, il se dit de Tout ce qui sert à séparer un État, une province d'une autre. Reculer les bornes d'un État. Étendre les bornes de son Empire.

Il se dit figurément pour Limites, au sens moral. Passer les bornes de la raison, de la modestie. Aller, passer au delà des bornes de la bienséance. Demeurer, se tenir, se renfermer dans les bornes les plus étroites du devoir. Franchir les bornes du respect. Se prescrire des bornes. Son ambition n'a point de bornes, est sans bornes, ne connaît point de bornes. Les bornes de l'esprit humain.

Absolument, Passer les bornes, Aller trop loin, dépasser toute mesure. Cela passe toutes les bornes.

borne

Une Borne, Terminus, lapis terminalis, Fines, finium. Aucuns escrivent Bone, et les Picards ne prononcent point autrement. Pourroit estre qu'il vient de bousos, id est Cumulus, Tumulus, Aceruus.

Petites bornes et limites d'une oraison, Modicae regiones orationis.

Asseoir les bornes, Pangere terminos, Terminos statuere, Terminare.

Mettre bornes en amitié, Fines in amicitia constituere.

Passer les bornes, Lineas transire.

Proces de bornes et limites, Controuersiae finium, Controuersiae de finibus.

borne


BORNE, s. f. 1°. Pierre ou autre marque, qui sert à marquer la séparation d'un champ d'avec un aûtre. Planter une borne. Asseoir des bornes.
   BORNE, terme, limites (synon.) Le terme est où l'on peut aler; les limites sont ce qu'on ne doit pas passer; les bornes, ce qui empêche de passer. On aproche ou l'on éloigne le terme: on resserre ou l'on étend les limites; on avance ou l'on recule les bornes. "Je ne vois le terme de nos maux, que dans le terme de notre vie: nos souhaits n'ont point de limites: nous ne sommes heureux que quand les bornes de notre fortune sont celles de notre cupidité. GIR. Synon.
   2°. BORNES, se dit des pierres qu'on met à côté des portes et le long des murailles, pour empêcher qu'elles ne soient endomagées par les carrosses et autres voitûres.
   3°. BORNES, au pluriel, se dit de tout ce qui sépare un État, une Province d'une aûtre. L'Espagne a pour bornes les deux mers et les Pyrenées. Reculer, étendre les bornes d'un état, de son Empire.
   Rem. On doit dire, les bornes ou limites de la France, et non pas de France, d'Espagne.
   4°. BORNES se dit aussi, figurément, de tout ce qui est regardé comme les limites de chaque chôse, sur-tout dans le moral. Passer les bornes de son pouvoir, de la raison, de la modestie. Mettre ou doner des bornes à son ambition. Franchir les bornes du respect. Aler, passer au delà des bornes; demeurer, se tenir dans les bornes de... Son ambition n'a point de bornes, est sans bornes, etc.
   Rem. En ce sens et dans cet emploi, il se dit toujours au pluriel. On ne dit point la borne de son pouvoir, de ses conceptions, comme a dit un Écrivain moderne, mais les bornes, etc. Boileau a dit aussi:
   Sait doner une borne à son ambition.
Sans la gêne de la mesûre, il aurait dit: sait doner des bornes.

borné


BORNÉ, ÉE, adj. Il suit toujours le substantif. Il se dit, et dans le physique et dans le moral. "Maison qui a une vûe bornée, de peu d'étendue. Esprit borné, capable de peu de chôse. Avoir des vûes bornées; avoir peu de lumière, ou peu d'ambition. Fortune bornée, médiocre, commune et qui ne peut guère augmenter. On le dit même des persones, mais seulement au figuré: homme borné, qui a l'esprit borné. "Constance l'aîné (des fils du Grand Constantin), le plus méchant et le plus borné des trois. L'Ab. Grosier.

Synonymes et Contraires

borné

Traductions

borné


bornée

dim, narrow, stubborn, dull, limited, narrow-mindedחסר מעוף (ת), מרובע (ת), סתום (ת), צר אופק (ת), קצר ראות (ת)bekrompen, begrensd, beperkt, botgretto, di vedute ristretteضَيّقُ الْعَقْلِúzkoprsýsnæversynetengstirnigστενόμυαλοςintoleranteahdasmielinenuskogrudan了見の狭い마음이 좁은trangsyntograniczonybitolado, limitadoкосныйtrångsyntใจแคบdar görüşlüthiển cận小心眼的 (bɔʀne)
adjectif
qui ne veut pas ou ne peut pas comprendre

borné

[bɔʀne] adjnarrow-minded