bornoyer

(Mot repris de bornoierions)

BORNOYER

(bor-no-ié) ; je bornoie, tu bornoies, il bornoie, nous bornoyons, vous bornoyez, ils bornoient ; je bornoyais, nous bornoyions, vous bornoyiez ; je bornoyai ; je bornoierai ; je bornoierais ; que je bornoie, que nous bornoyions, que vous bornoyiez, qu'ils bornoient ; bornoyant ; bornoyé, ,v. a.
Regarder d'un œil en fermant l'autre, pour vérifier un alignement, pour juger si une règle est droite, une surface plane.
Placer des jalons de distance en distance pour tracer la ligne des fondations d'un mur, ou d'une rangée d'arbres.

REMARQUE

  • Bornoyer est pour borgnoyer, adoucissement imposé par la prononciation.

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Lors vi qu'Envie en la painture Avoit trop lede esgardeüre ; Ele ne regardoit noient, Fors de travers en borgnoiant [, la Rose, 282]

ÉTYMOLOGIE

  • Borgne ; wall. boirgnî. Bornoyer, c'est faire le borgne, c'est-à-dire fermer un œil pour viser.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    BORNOYER.
    Ajoutez :
    Sa hauteur doit être telle, que, le globe posant dessus, le point de sa surface opposé à celui qui touche le cylindre, doit se trouver dans le plan de la bouche du mortier ; ce que l'on reconnaîtra en bornoyant ou en posant une règle sur la bouche du mortier [, Rapp. et instr. concern. les poudres de guerre, 17 germ. an VII, p. 17]

bornoyer

BORNOYER. (Je bornoie; nous bornoyons.) v. intr. Regarder d'un oeil en fermant l'autre, pour mieux connaître si un alignement est bien droit, si une surface est bien plane.

Par extension, il s'emploie transitivement avec le sens de Placer des jalons pour construire, disposer en ligne droite. Bornoyer un mur, une allée.

bornoyer


BORNOYER, v. a. [Bor-noa-ié. Pluche écrit bornéyer, comme quelques-uns prononcent. Et l'ortographe et la prononciation sont également vicieûses.] Regarder d'un seul oeuil une surface, pour juger de son alignement.