botté

botte

BOTTE. n. f. Assemblage de plusieurs choses de même nature liées ensemble. Botte de paille. Botte de foin. Mettre du foin en bottes. Lier des bottes. Botte d'asperges.

Les racines de cette plante naissent en botte, Leur assemblage forme une espèce de botte, de paquet.

Botte de soie, Assemblage de plusieurs écheveaux de soie liés ensemble. On dit dans un sens analogue Une botte de chanvre.

Il se dit encore, familièrement, d'une Grande quantité de plusieurs choses.

botte

BOTTE. n. f. Chaussure de cuir qui enferme le pied et la jambe, quelquefois même une partie de la cuisse. De grosses bottes. Bottes de cavalerie. Bottes à l'écuyère. Botte à revers. Bottes vernies. Bottes de chasse. Une paire de bottes. Remonter, ressemeler des bottes. Bottes à éperons. Bottes d'égoutier.

Fig. et fam., Prendre ses bottes de sept lieues, Se disposer à marcher, à voyager rapidement; par allusion au personnage de l'Ogre dans le conte du Petit Poucet.

Fig. et fam., Graisser ses bottes, Se préparer à partir pour quelque voyage; et, dans un sens plus figuré, Se disposer à mourir.

Fig. et fam., Mettre du foin dans ses bottes, Amasser beaucoup d'argent dans un emploi, y bien faire ses affaires.

Fig. et fam., Avoir du foin dans ses bottes, Être à son aise, être riche.

Prov. et fig., À propos de bottes, Sans motif raisonnable, hors de propos. Il dit des injures à propos de bottes.

En termes de Manège, Serrer la botte, Serrer les jambes contre les flancs du cheval pour l'exciter à avancer. Ce cheval va à la botte, Il se défend du cavalier qui le monte, en tâchant de le mordre à la jambe.

Être botte à botte, se dit des Cavaliers lorsqu'ils sont si serrés que les jambes se touchent.

botte

BOTTE. n. f. T. d'Escrime. Coup que l'on porte avec un fleuret, ou avec une épée, à celui contre qui on se bat. Porter une botte. Allonger une botte. Parer une botte. Esquiver une botte. Une botte franche. Serrer la botte.

Botte secrète, Manière particulière de porter un coup d'épée à son adversaire.

Fig. et fam., Pousser, porter une botte à quelqu'un, Lui faire une question embarrassante, une attaque imprévue. Elle lui a porté une botte à laquelle il ne s'attendait pas. On l'a attaqué sur le paradoxe qu'il avançait et on lui a porté de rudes bottes. Il signifie aussi Desservir quelqu'un par des discours ou par des actions qui lui nuisent. On lui a porté une vilaine botte, une terrible botte, en révélant ce fait.

botte


BOTTE, ou BOTE, s. f. 1°. Faisceau, assemblage de plusieurs chôses de même natûre liées ensemble. Botte de paille, de foin, d'alumettes, d'asperges, de raves, etc. — Figurément, dans le style familier, botte de lettres, de paperasses, etc. 2°. En termes d'escrime, coup que l'on porte avec un fleuret ou une épée, à celui avec qui l'on se bat: Porter, alonger une bote, une bote franche. — On dit, proverbialement, porter une bote à quelqu'un, lui demander de l'argent, sans être trop en état de le lui rendre. — C'est aussi dans une dispute, faire une objection pressante: "Il lui a porté une rude bote. — C'est encôre rendre quelque mauvais ofice à un aûtre dans l'esprit de quelque persone puissante. "On lui a porté une terrible, une vilaine bote. = 3°. Chaussûre de cuir, qui enferme le pied, la jambe et le genou, et que l'on met pour monter à cheval.
   On dit, en style proverbial, laisser ses botes à un endroit, y mourir; graisser ses botes, se préparer à un voyage; à la mort, etc. — Mettre du foin dans ses botes; gagner du bien. — À~ propos de bote; sans sujet, à propos de rien. — Où va la bote? où alez-vous? — Graissez les botes d'un vilain, il dira qu'on les lui brûle; on ne reçoit que des reproches pour les services qu'on rend à un malhonête homme, ou à une persone déraisonable et dificile.
   4°. BOTE d'un carrosse, marche-pied pour y monter.
   5°. BOTES, au pluriel, terre qui s'atache aux souliers, quand on marche dans un terrein grâs. "On ne peut se promener dans ce jardin, quand il a plu, qu'on n'y prène, qu'on n'en raporte des botes.