bouche

bouche

n.f. [ lat. bucca ]
1. Cavité constituant le début du tube digestif de l'homme et de certains animaux, permettant d'ingérer des aliments, de respirer et servant à parler : Ne parle pas la bouche pleine.
2. Les lèvres : Tu as la bouche barbouillée de glace au chocolat.
3. Personne à qui l'on doit donner les moyens de manger : Elle travaille dur car elle a cinq bouches à nourrir.
4. Ouverture d'une cavité, d'un conduit : La bouche de métro est fermée par une grille entrée
5. Partie du canon d'une arme à feu par où sort le projectile.
Bouche à feu,
arme à feu non portative.
Bouche d'incendie,
prise d'eau à l'usage des pompiers.
Commerces de bouche,
liés au secteur économique de l'alimentation ou de la restauration.
De bouche à oreille,
de vive voix et directement : La nouvelle s'est répandue de bouche à oreille.
Faire la fine bouche,
faire le difficile, le dégoûté.
Faire venir ou mettre l'eau à la bouche,
exciter l'appétit ; fig., faire envie : La publicité présentant ce pays met l'eau à la bouche.
Fermer la bouche à qqn,
le faire taire.
Fine bouche,
gourmet.
Garder qqch pour la bonne bouche,
garder le meilleur pour la fin.
La bouche en cœur,
avec une naïveté ou une amabilité feintes : Il est arrivé à la fin de la réunion, la bouche en cœur.

bouches

n.f. pl.
1. Embouchure d'un fleuve : Les bouches du Nil.
2. Entrée d'un golfe, d'un détroit : Les bouches du détroit de Gibraltar.

BOUCHE

(bou-ch') s. f.
Cavité située à la face et par où les aliments sont introduits dans le corps. Mettre à quelqu'un les morceaux à la bouche. Emplir la bouche. Porter une coupe à sa bouche. Une bouche fendue jusqu'aux oreilles. Ouvrir la bouche. La bouche ouverte. Bouche amère. Bouche sèche.
David reproche aux païens des dieux qui ont une bouche et n'ont point de parole [FONTEN., Oracl. I, 5]
La bouche pleine, osez-vous bien Chanter l'amour qui vit de rien ? [BÉRANG., Gourmands.]
Faire venir l'eau à la bouche, se dit d'un aliment appétissant, qui en effet fait venir la salive à la bouche ; et, au figuré, de toute espérance qui nous flatte.
L'eau leur vient à la bouche [LA FONT., Vill.]
Bonne bouche, saveur agréable dans la bouche. Cela fait ou donne bonne bouche. Laisser quelqu'un sur la bonne bouche, le laisser sur quelque chose de bon ou d'agréable.
Vous n'en tâterez plus et je vous laisse sur la bonne bouche [MOL., G. Dand. II, 7]
Garder pour la bonne bouche ou pour faire bonne bouche, réserver pour la fin ce qu'on croit être le meilleur ou le plus agréable. Cela est ainsi dit à cause des douceurs que l'on met sur la table au dessert. Avoir mauvaise bouche, avoir un mauvais goût dans la bouche. L'excès de la boisson donne mauvaise bouche. Au figuré, demeurer sur la mauvaise bouche, rester avec un échec, un affront, etc.
L'empereur [d'Autriche], fort embarrassé des avantages que les Turcs avaient remportés, ne voulait point de paix sur la mauvaise bouche [SAINT-SIMON, 49, 75]
M. le duc d'Orléans ne voulait pas demeurer sur sa mauvaise bouche d'Italie, et voyait peu d'apparence d'y faire rentrer son armée [ID., 170, 12]
Flux de bouche, abondance inaccoutumée de salive ; et figurément, bavardage ; on dit présentement d'ordinaire flux de paroles. Familièrement. Manger de la viande de broc en bouche, aussitôt qu'on l'a tirée de la broche.
Partie extérieure de la bouche, les coins et les lèvres. Il avait le sourire sur la bouche. Une bouche pincée, une bouche à lèvres minces et qui se tient fermée. Faire la petite bouche, serrer les lèvres pour paraître avoir une petite bouche ; et, figurément, faire le difficile, le dédaigneux.
Faire ici de la petite bouche Ne sert de rien [LA FONT., Cal.]
Les Pontchartrain ne firent pas la petite bouche de l'honneur qu'ils recevaient [SAINT-SIMON, 44, 10]
Fig. Faire la bouche en cœur, faire des minauderies, affecter des manières doucereuses.
La bouche considérée comme organe de la parole. Parole bien digne de sortir de la bouche d'un si grand homme. Je le tiens de sa propre bouche. Dire tout ce qui vient à la bouche. Le front, les yeux mentent souvent, et la bouche plus souvent encore. La menace à la bouche. Dire quelque chose de bouche, non de cœur. Exercé dans la philosophie grecque qu'il ne professait que de bouche. Ouvrir la bouche, parler. Ne pas ouvrir la bouche. Il n'en a pas ouvert la bouche, il n'en a pas parlé. Être dans la bouche de tout le monde, dans toutes les bouches. Ces mots sont, cette parole est dans la bouche de tout le monde. Dire quelque chose de bouche, le dire de vive voix, par opposition à par écrit.
De votre bouche, ô ciel ! puis-je l'apprendre ? [RAC., Brit. IV, 3]
Jamais rien de plus vrai n'est sorti de ma bouche [ID., Iphig. IV, 1]
Même le nom d'Esther est sorti de sa bouche [ID., Esth. II, 1]
Nous fûmes étonnés de la sagesse qui parlait par sa bouche [FÉN., Tél. I]
La sentence fut prononcée par la bouche du prophète Élie [BOSSUET, Hist. I, 6]
La bouche obéit mal lorsque le cœur murmure [VOLT., Tancr. I, 4]
Laissez parler, seigneur, des bouches plus timides [RAC., Iphig. III, 7]
Des satisfactions si sensibles, que je ne te les pourrai dire de bouche [PASC., Lettr. 1]
Vous pourrez vous concerter avec lui de bouche [J. J. ROUSS., Hél. II, 3]
Que sais-je si le cœur a parlé par la bouche ? [MOL., Tart. II, 3]
Vous vous condamnez par votre propre bouche [MASS., Laz.]
Que mon cœur démentait ma bouche à tout moment [RAC., Andr. V, 3]
Mais d'en ouvrir la bouche elle n'osa [LA FONT., Court.]
Dès qu'il ouvrit la bouche [SÉV., 445]
Les rois n'osent ouvrir la bouche devant lui [BOSSUET, Hist. II, 4]
Alexandre vit dans la bouche de tous les hommes, sans que sa gloire soit effacée ou diminuée depuis tant de siècles [ID., la Vallière.]
On me ferme la bouche [RAC., Iphig. III, 6]
Ah ! l'on s'efforce en vain de me fermer la bouche [ID., Brit. III, 3]
Cela ferme la bouche [SÉV., 320]
Vous fermerez la bouche à tous ceux qui défendront la vérité [PASC., Prov. 11]
Il a trouvé le secret de vous fermer la bouche [ID., Prov. 15]
Elle avait de quoi fermer la bouche aux médisants [HAMILT., Gramm. 9]
Cela ferme la bouche à tout [MOL., l'Av. I, 7]
Il ferma la bouche aux semi-pélagiens [BOSSUET, Hist. I, 11]
C'était leur fermer la bouche par l'autorité du souverain [ID., Var. 14]
Voilà une réponse qui ferme la bouche [ID., Avert. 6]
Elliptiquement. Bouche close, bouche cousue, c'est-à-dire gardez le silence sur ce point.
Adieu ! bouche cousue, au moins ! Gardez bien le secret, que le mari ne le sache pas ! [MOL., G. Dand. I, 2]
Avoir souvent un mot à la bouche, le répéter sans cesse.
Nous avons sans cesse la paix à la bouche [BOSSUET, Trin. 2]
Pourquoi a-t-il toujours à la bouche qu'il faut mourir ? [ID., Pâq. 1]
La parole de Dieu que nous avons toujours à la bouche [ID., Démons, 2]
On a sans cesse l'État dans la bouche [MASS., Obst.]
Avoir toujours en bouche angles, lignes, fossés [CORN., Le Ment. I, 6]
Le blasphème à la bouche [ID., Poly. III, 5]
Nous n'avons en la bouche Que le nom de Marie et le nom de Louis [MALH., VI, 6]
Aller, passer, voler de bouche en bouche, circuler rapidement dans le public, devenir célèbre.
Ces mots : guerre aux tyrans, volent de bouche en bouche [DELAV., Vêpres Sicil. V, 2]
Familièrement. Être fort en bouche, parler avec hardiesse et même insolence. Avoir la bouche pleine d'une chose, en parler avec emphase. La déesse aux cent bouches, la Renommée.
Le monstre composé de bouches et d'oreilles [la Renommée] [BOILEAU, Lutr. II]
Dans sa bouche, dans leur bouche, selon lui, selon eux.
Le Tartuffe, dans leur bouche, est une pièce qui offense la piété [MOL., Préface de Tart.]
Ouvrir la bouche à quelqu'un, le faire parler.
Le vôtre [intérêt] toutefois m'ouvrira seul la bouche [CORN., Nic. II, 3]
Le pape ouvre la bouche aux cardinaux nouvellement créés, se dit de la cérémonie que le pape fait pour autoriser les cardinaux à parler dans les consistoires. Par extension, bouche se dit des discours ou des écrits.
Le Saint-Esprit l'explique par la bouche de saint Paul [BOSSUET, Hist. II, 7]
Les principes que l'antiquité nous a enseignés par la bouche de saint Augustin [ID., Réfut.]
Avoir le cœur sur la bouche, parler comme on pense.
Mais moi qui suis sensible à tout ce qui vous touche, Qui, mauvais courtisan, ai le cœur sur la bouche [ROTR., Antig. V, 2]
Fig. À pleine bouche, ouvertement.
Saint Clément expliquait à pleine bouche leur apathie [BOSSUET, Nouv. myst. 17]
Jésus-Christ s'est expliqué à pleine bouche [ID., Inst. 1]
La bouche considérée comme recevant les aliments. Provisions, munitions de bouche.
Le moyen le plus convenable est de les mener [les enfants] par leur bouche [J. J. ROUSS., Ém. II]
Friande assez pour la bouche d'un roi [LA FONT., Rem.]
Prendre sur la bouche, se retrancher de la nourriture par économie. Être sur sa bouche, être gourmand. Être sujet à sa bouche, même sens.
....Ma compagne de couche Fut, comme son papa, fort sujette à sa bouche [SCARRON, Don Japhet, I, 2]
S'ôter les morceaux de la bouche, se priver de manger suffisamment, et, plus généralement, se priver du nécessaire. Il s'ôte les morceaux de la bouche pour faire une petite pension à sa vieille mère. Les officiers, le service de la bouche ou, simplement, la bouche, les gens préposés au service de la table du roi.
Servez, disais-je, à messieurs de la bouche, Versez, versez, messieurs du gobelet [BÉRANG., Damoclès.]
Avoir bouche à cour ou en cour, avoir droit de manger à quelqu'une des tables chez le roi.
Il fallut établir des tables [à Marly] comme à Versailles, pour le bas étage de ce qui y avait bouche à cour [SAINT-SIMON, 268, 113]
Familièrement. Traiter quelqu'un à bouche que veux-tu, lui faire faire excellente chère ; et fig. Être à bouche que veux-tu, avoir tout en abondance. Fig. Gourmand ou plutôt gourmet. Fine bouche. C'est une fine bouche. Personne à nourrir. On fit sortir de la place assiégée toutes les bouches inutiles.
En parlant du cheval, on dit la bouche. La bouche est l'ensemble des parties sur lesquelles agit le mors. Bonne bouche ou belle bouche, celle qui reçoit du mors une impression modérée ; bouche sensible ou tendre, celle qui souffre trop de l'action du mors ; bouche égarée, celle qui présente ce défaut porté à l'extrême ; bouche dure ou forte, celle qui résiste à la main du cavalier ; bouche fraîche, celle qui écume lorsque l'animal est bridé. Bouche à pleine main, se dit d'un cheval qui a l'appui ferme sans peser, sans battre à la main. Bouche en action, se dit d'un cheval qui mâche son mors. Assurer la bouche d'un cheval, l'accoutumer à souffrir le mors. Ce cheval est fort en bouche, il n'obéit point au mors. Il n'a ni bouche ni éperon, il est fort en bouche et dur à l'éperon.
Tout ainsi qu'un cheval qui a la bouche forte [RÉGNIER, Sat. VII]
Fig. et familièrement. N'avoir ni bouche ni éperon, être stupide et insensible.
Bocchoris était comme un beau cheval qui n'a point de bouche, son courage le poussait au hasard, et la sagesse ne modérait point sa valeur [FÉN., Tél. II]
On dit de même la bouche d'un âne, d'un mulet, d'un chameau, d'un éléphant. En histoire naturelle, bouche se dit, chez tous les animaux, de l'ouverture par où les aliments sont introduits, excepté chez ceux où elle a la forme de bec. uverture. La bouche d'un volcan, d'un four, d'un canon. Bouche à feu, un canon, un mortier, un obusier, etc. Bouche de chaleur, ouverture pratiquée sur les côtés d'une cheminée, d'un poêle ou d'un mur, et qui sert à faire passer dans les appartements la chaleur d'une cheminée, d'un poêle ou d'un calorifère.
Embouchure d'un fleuve. Les bouches du Nil.
Je [le Gange] me rends par plusieurs bouches dans le sein des mers [FÉN., XIX, 82]
Jusqu'aux bouches du Tibre un vaisseau m'a conduit [M. J. CHÉN., Tibère, I, 1]
Vers la bouche du fleuve ils ont osé paraître [CORN., Cid, II, 7]
En physiologie, bouches veineuses, bouches absorbantes, orifices qu'à l'époque où l'on ne connaissait pas encore la propriété physique d'endosmose, on avait supposées dans les membranes pour expliquer l'absorption des liquides mis en contact avec ces membranes.
Terme de géologie. Bouche d'Éole, ouverture dans les montagnes, d'où sortent des vents très froids.
Terme de féodalité. Un vassal doit la bouche et les mains à son seigneur, c'est-à-dire, avec l'aveu de soumission, il met ses mains dans celles du seigneur.
10° Terme de musique. Ouverture horizontale du bas d'un tuyau d'orgue.
11° Terme de boulangerie. Tirer à la bouche, attirer la braise vers la bouche du four. Bouche de pain, la croûte de dessus.
12° Terme de marine. Bouche ou bosson, rondeur des baux et tillacs, et de tout ce qui n'est ni plat ni uni.

PROVERBES

  • C'est saint Jean bouche d'or, un saint Jean bouche d'or, c'est-à-dire, c'est un homme beau parleur et qui fait de belles promesses, et aussi c'est un homme qui dit toujours sa pensée avec franchise, par souvenir de saint Jean Chrysostome ou Bouche d'or.
  • Il dit cela de bouche, mais le cœur n'y touche ; il parle contre sa pensée.
  • Il arrive beaucoup de choses entre la bouche et le verre, c'est-à-dire il ne faut qu'un moment pour faire manquer une affaire par quelque accident imprévu.
  • Gouverne ta bouche selon ta bourse, c'est-à-dire ne fais pas pour ta table, et en général pour quoi que ce soit, plus de dépenses que ta fortune ne permet.

REMARQUE

  • Des grammairiens ont condamné cette locution : il n'a que de mauvaises paroles en bouche, assurant qu'il faut dire : à la bouche. Le fait est que cette dernière façon de parler est aujourd'hui la plus usitée ; mais l'autre n'est condamnable ni quant à la grammaire (car la préposition en est ici aussi bonne que la préposition à) ni quant à l'usage (car on peut voir que de bons auteurs s'en sont servis).

SYNONYME

  • BOUCHE, GUEULE. C'est en parlant des animaux qu'il y a quelque difficulté à distinguer ces deux mots. L'usage veut qu'on dise la bouche d'un cheval, d'un âne, d'un mulet, d'un chameau, d'un bœuf, et en général des animaux que l'on monte ou que l'on attelle ; mais on dira la gueule d'un chien, d'un chat, du moins dans le langage ordinaire ; car le mot bouche pourra être employé toutes les fois qu'on se rapprochera du langage de l'histoire naturelle qui, elle, ne se sert pas du mot gueule : le lion montrait une gueule menaçante ; mais on pourra dire : la bouche du lion est garnie de dents incisives.

HISTORIQUE

  • XIe s.
    Puis se baiserent es buches et es viz [visages] [, Ch. de Rol. XLVIII]
    [Il] Met à sa buche une claire buisine [trompette] [, ib. CCLVII]
  • XIIe s.
    [Il] Met le [le cor] à sa boche, si sone durement [, Ronc. 278]
    Sa bele bouche et li vair œil riant [, ib. VIII]
    Mais [ils] n'i voient riens qui fasse à desplaire N'en cors, n'en bras, n'en bouche, n'en menton [, ib. II]
    La boiche [elle] ot savoureuse, plus vermeille que sans [sang] [, Sax. V]
    Sires reis, fait li il, forment ai desiré Qu'une feiz vus eüsse veü et avisé, E que jo buche à buche eüsse à vus parlé [, Th. le mart. 77]
    [Elle ne peut s'empêcher] Que ele ne lui rende arriere, Au moins de bouche, son salut [, La charrette, 1556]
  • XIIIe s.
    Les autres nès [vaisseaux], qui par là n'alerent mie, furent entrées en la bouche de Avie [Abydos] [VILLEH., LX.]
    À force [ils] lui ouvrirent la bouche outre son gré [, Berte, X]
    Mauvaisement lor souvient de l'escritoure, qui dist par la bouce David le roi : fairés jugement et justice en tous tans [, Chron. de Rains, p. 2]
    Renart vit qu'il ne pot durer Ne por foïr ne por aler ; La boche li vet escumant [, Ren. 11333]
    Moult m'as hui fait grant destorbier Qu'entre ma boce et ma cuillier As hui proie sor moi sesie [, ib. 20532]
    Si m'a mes mestres deffendu, Que ja mot n'isse de ma boiche Qui de ribaudie s'aproiche [, la Rose, 5739]
    Et si doivent li clerc jurer qu'ils escriront ce qui lor sera dit des bouques as auditeurs tant solement [BEAUMANOIR, XL, 26]
    Aucune fois avient il que priere n'est pas fete de bouce ; mais on le [la] mande par letres [ID., XXIX, 6]
    L'evesques si de li s'aprouche Que parleir i pout bouche à bouche [RUTEB., 278]
    Ce est cil sires qui s'aparut à Jacob et parla à li boche à boche [, Psautier, f° 177]
    Tel en pensé, tel en la buche [MARIE, Fab. 82]
    Le jour fu mis en escript et fu aporté au legat ; que [car] monsieur le me dit de sa bouche [JOINV., 280]
    Preudomme est si grand chose et si bonne chose que neis [même] au nommer emplist il la bouche [ID., ib.]
  • XIVe s.
    Il est escript que celui qui sera occis perira par la bouche de deux tesmoings ou de trois [ORESME, Eth. 162]
  • XVe s.
    Puis dit [le comte de Flandre à son valet] : aie bonne bouche ; si tu eschiés [tombes] es mains de mes ennemis et on te demande de moi, garde toi que tu n'en dises rien [FROISS., II, II, 156]
    Nous vous prions que vous fassiez la response au heraut. - Volontiers, dit-il, mais il faut qu'il ait de nostre argent ; si, nous fera courtoisie, et nous portera bonne bouche [parlera favorablement] envers ses seigneurs qui ci l'ont envoyé [ID., II, III, 42]
    Et lors ledit roy de France recevra ledit roy d'Angleterre et duc de Guienne au dit hommage lige, à la foy et à la bouche, sauf son droit et l'autrui [forme de l'hommage d'Édouard à Ph. de Valois] [ID., I, I, 53]
    En close bouche n'entre mouche, [, Hôtel Jacques Cœur dans JAUBERT, Gloss.]
    J'aymasse mieux de bouche vous le dire [CH. D'ORL., Ball. 20]
    Il gardera de mal parler sa bouche [ID., 10]
    Soit verité en ta bouche ; Car cilz en qui elle touche Est amis de Dieu prouchain [E. DESCHAMPS, Lay du roy.]
    Les deux qui meilleures bouches avoient pour franchement parler tout ce que ne pourroient celer [, J. de Saintré, p. 126, dans LACURNE]
    L'ay sceu de bouche par ceulx qui les conduysoient [COMM., V, 13]
    Elle lui promit que, s'il portoit bonne bouche [gardait le secret], elle lui donneroit.... [LOUIS XI, Nouv. XL.]
    Pour faire bonne bouche [à la fin], la bonne demoiselle d'un maistre prestre s'accointa [ID., ib. LXXVIII]
    Qui m'aime, ma bouche le scet [, Proverbe, dans LEROUX DE LINCY]
    Et le capitaine respondit : Il ne faut pas faire la petite bouche [, Roman du Jouvencel, f° 58, dans LEROUX DE LINCY]
  • XVIe s.
    Une oraison, laquelle garentit la personne de toutes bouches à feu [RAB., Garg. I, 42]
    Par la vertu desquelles paroles il luy faisoyt venir l'eaue à la bouche [ID., Pant. II, 21]
    Je te reservoys à bonne bouche : je te prye, dy moi ton adviz [ID., ib. III, 26]
    Les trente escutz sont quasi venuz à leur fin ; et si non ay rien despendu en meschanceté, ny pour ma bouche [ID., Épi. 12]
    Tandis rostir sa perdrix on faisoit.... [le gros prieur] La perdrix vire : au sel de broque en bouche La devora.... [MAROT, Épigr. contre un gros prieur.]
    Ces nations que, si à pleine bouche, nous appelons barbares [MONT., I, 24]
    C'est une regle en la bouche de touts les hommes [ID., I, 25]
    Ordinairement ils ont ce proverbe en la bouche [LANOUE, 501]
    Aucunes, après avoir apris à amadiser de paroles, l'eau leur venoit à la bouche, tant elles desiroyent.... [ID., 134]
    Et tel y a qui tient en sa maison plus de vingt bouches, et treize ou quatorze chevaux [ID., 299]
    Les maladies s'engendrerent parmi ces grosses troupes : à quoy aiderent beaucoup les excès de la bouche [ID., 409]
    Comme celles qui, venant au banquet après avoir bien disné, font la petite bouche devant le monde [YVER, p. 562]
    Les enfans ne doivent coutumierement que bouche et mains [foi et hommage], avec le droit de chambellage, qui est du par tous [LOYSEL, 560]
    En quelques contrées la femme ne doit que la main ; mais la courtoisie françoise doit aussi la bouche [ID., 564]
    Cinglant oultre la bouche de la riviere d'Achelous, il alla courir toute la province d'Acarnanie [AMYOT, Péric. 40]
    Il ferma la bouche aux larrons, qui si haultement le louoient [ID., Arist. 10]
    Il n'estoit aucunement sujet à sa bouche, il ne beuvoit jamais oultre mesure [ID., Sertor. 17]
    Ses rencontres et brocards sentoient leur soudard à pleine bouche [ID., Anton. 32]
    Le cheval de Cyrus, qui estoit ardent, et avoit fort mauvaise bouche, le porta malgré luy bien loing de ses gens [ID., Artax. 13]
    Apelles luy ferma la bouche dextrement en luy disant.... [ID., De la tranq. d'âme, 25]
    M. le mareschal leur donne mille livres et bouche à cour, pour se tenir près de sa personne [D'AUB., Faen. III, 20]
    Monsieur, je me mets à genoux devant vous pour que vous m'en disiez quelque cause, et que je m'en aille en cette bone bouche [ID., ib. III, 21]
    Emporté par un cheval fort en bouche [ID., Hist. I, 302]
    Le Dauphiné, la Provence et le Languedoc ne faisoient plus la petite bouche de la guerre [ID., ib. II, 234]
    Sur quoi le gouverneur venant d'un festin s'essuya la bouche de son gouvernement [trouva la ville prise] [ID., ib. III, 378]
    Il monta au dessus de l'artillerie ennemie, puis, se jetant à droite, la saisit et tourna la bouche vers le gros [ID., ib. 424]
    Tambour battant, meche alumée, bale en bouche [ID., ib. 477]
    Ces espions estans au supplice chargeoient tout hault le mareschal du Biez ; et qu'il leur avoit ainsi fait la bouche [la langue] [CARLOIX, II, 13]
    Et une aultre charrette chargée de pains de bouche, aussi dedans des tonnes [ID., V, 16]
    Vin d'Orleans, de Magdon, de Gascoigne blanc et clairet, et tous les aultres vins de bouche [fins] [ID., III, 26]
    Nostre armée tourna la teste vers l'ennemy, marchant nostre artillerie la bouche devant [M. DU BELL., 143]
    Tant ce bestail a bonne bouche, se paissant de tout, mesme du foin, des perches de saule.... [O. DE SERRES, 411]
    Mais tout ainsi qu'un beau poulain farouche, Qui n'a masché le frein dedans la bouche [RONS., 183]
    Dessus un coffre à bouche [à dents, sur le ventre] se coucha [ID., 629]
    Bouche en cueur [GÉNIN, Récréat. t. II, p. 236]
    Ils parlent bas et à demy bouche [CHARRON, Sagesse, liv. II, Préface]
    Comment ? ay-je laissé quelque mauvaise bouche [bruit] de moy après ma mort ? [PASQ., Rech. p. 905, dans LACURNE]
    Nous trouvons que deux rustiques se rapporterent à un juge s'il falloit dire la bouche d'un cheval ou la gueule, et firent une gageure ; le juge va dire qu'à cause de l'excellence du cheval, il falloit dire la bouche [BOUCHET, Serées, liv. I, p. 346, dans LACURNE]
    Il survient bien des inconvenients entre bouche et cuillier [, Contes d'Eutrapel, p. 185, dans LACURNE]
    Case ou maison de terre, cheval d'herbes, amy de bouche ne vaillent pas une mouche [GABR. MEURIER, Trésor de sentences, dans LEROUX DE LINCY]

ÉTYMOLOGIE

  • Picard, bouque ; provenç. et espagn. boca ; ital. bocca ; du latin bucca, que l'on rattache au sanscrit bhuj, manger.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    BOUCHE.
    Ajoutez :
  • À demi-bouche, en s'exprimant avec réserve.
    Les gens de bien qui voyaient les violences de M. le premier président en conçurent de grandes amertumes, et néanmoins, comme il est tout puissant en toute la Normandie, n'osaient parler de son procédé qu'à demi-bouche [FR. GARASSE, Mémoires, publiés par Ch. Nisard, Paris, 1861, p. 34]
  • 14° Bouche de lièvre, merellius cantarellus, champignon.

    REMARQUE

    • Ajoutez : 2. Molière a dit dans ma bouche pour : moi parlant :
      Enfin, ma chère, enfin, l'amour que j'eus pour lui Se voulut expliquer, mais sous le nom d'autrui ; Dans ma bouche, une nuit, cet amant trop aimable Crut rencontrer Lucile à ses vœux favorable [MOL., Dép. am. II, 1]
      On dirait aujourd'hui par ma bouche.

bouche

BOUCHE. n. f. Orifice du visage de l'homme considéré comme organe de la respiration par où sort la voix et par où se reçoivent les aliments. Ouvrir, fermer la bouche. Le sang lui sortait par le nez et par la bouche. Se rincer la bouche. Avoir du mal dans la bouche. Avoir la bouche saine. Il sent mauvais de la bouche. Il a toujours la pipe à la bouche.

Il se dit particulièrement de Cet orifice considéré comme organe de la voix et de la parole. On recueillait jusqu'aux moindres paroles qui sortaient de sa bouche. Dieu a parlé par la bouche de ses Prophètes. La vérité sort de la bouche des enfants. Je l'ai appris de sa propre bouche. Il n'ouvrit pas la bouche de toute la soirée. Il n'osait ouvrir la bouche devant eux. Rester bouche close. Son coeur n'était point d'accord avec sa bouche. Les discours qu'un poète met dans la bouche de son héros.

Fig., Fermer la bouche à quelqu'un, Le faire taire d'autorité ou le réduire à ne savoir que répondre. Je ne souffrirai point qu'il s'oublie devant moi et je lui fermerai la bouche. Cette raison, cet argument lui ferma la bouche. On dit aussi Le respect me ferme la bouche, Le respect m'interdit de répondre, de parler.

Être, demeurer bouche béante, Être, rester étonné, très attentif, etc. Ils l'écoutaient tous la bouche béante, bouche béante. On dit maintenant Rester bouche bée.

Avoir toujours quelque chose à la bouche. Le répéter, l'employer continuellement. C'est un mot qu'il a toujours à la bouche. Avoir sans cesse l'injure à la bouche.

Elliptiq., Bouche close, Locution par laquelle on avertit qu'il faut garder le secret sur l'affaire dont il s'agit. On dit de même, figurément et familièrement, Bouche cousue.

Aller, passer, etc., de bouche en bouche, se dit de Ce qui devient public, de ce qui court et se transmet d'une personne à une autre par le moyen de la parole. Cette nouvelle va de bouche en bouche. Son nom volait de bouche en bouche. On dit à peu près de même Cette nouvelle est dans toutes les bouches. Son nom est dans toutes les bouches, etc.

Poétiq., La déesse aux cent bouches, La Renommée.

Fam., C'est saint Jean bouche d'or, un saint Jean bouche d'or, C'est un homme qui dit toujours sa pensée avec franchise et sans ménagement.

Il se dit aussi de cet Orifice considéré particulièrement comme destiné à recevoir et à goûter les aliments. Avoir la bouche pleine. Porter quelque chose à sa bouche. Mettre un morceau de pain, un morceau de viande dans sa bouche. Cela laisse à la bouche un goût fort agréable. Provisions, munitions de bouche.

Fam., À bouche que veux-tu, Avec profusion, en n'épargnant rien.

Avoir la bouche amère, sèche, mauvaise, pâteuse, etc., Y éprouver une sensation d'amertume, de sécheresse, etc. On dit de même Cela rend la bouche amère, pâteuse, etc.

Faire bonne bouche se dit de Ce qui laisse un bon goût à la bouche. Cette liqueur fait bonne bouche.

Fam., Laisser quelqu'un sur la bonne bouche, Terminer le repas qu'on lui donne par quelque chose d'exquis, et, figurément, Le laisser avec quelque espérance flatteuse ou avec quelque pensée agréable.

Fig., Rester, demeurer sur la bonne bouche, Cesser de manger ou de boire, après qu'on a bu ou mangé quelque chose qui flatte le goût. Il signifie, dans un emploi plus figuré, S'arrêter après quelque chose d'agréable, dans la crainte d'un changement, d'un retour fâcheux.

Fam., Garder quelque chose pour la bonne bouche, Réserver pour la fin quelque chose de très bon, d'agréable. Il se dit au propre et au figuré. Ironiquement, Il la lui gardait pour la bonne bouche, se dit de Celui qui, après avoir fait plusieurs mauvais tours à quelqu'un, lui en fait un dernier plus sanglant que les autres.

Prov., L'eau vient à la bouche; cela fait venir l'eau à la bouche, se dit d'une Chose agréable au goût et dont l'idée excite l'appétit quand on en parle ou qu'on en entend parler. Cela se dit aussi figurément de Tout ce qui peut exciter les désirs. Ce que vous avez dit sur les avantages de cette entreprise lui a fait venir l'eau à la bouche.

Fig., Prendre sur sa bouche, Épargner sur la dépense de sa nourriture. Il prend sur sa bouche les charités qu'il fait.

Fig. et fam., S'ôter les morceaux de la bouche, Se priver du nécessaire pour secourir ou obliger quelqu'un.

Fig. et pop., Être sur sa bouche, être porté sur sa bouche, Être gourmand.

La dépense de bouche, La dépense qu'on fait pour la nourriture.

Les officiers de la bouche, ou absolument La bouche, s'est dit des Officiers qui apprêtaient à manger pour le roi. On a dit dans un sens analogue Le service de la bouche. Les offices mêmes où l'on apprêtait à manger pour le roi s'appelaient également La bouche.

Il se dit aussi des Personnes mêmes, par rapport à la nourriture qu'elles consomment. Il a tous les jours dix bouches à nourrir. Les vivres commençant à manquer dans la place, on en fit sortir toutes les bouches inutiles, Toutes les personnes qui consommaient une partie des vivres sans être capables de contribuer à la défense.

Il désigne quelquefois la Conformation ou la Partie extérieure de la bouche. Avoir une grande bouche, une jolie bouche. Baiser à la bouche, sur la bouche. Sa bouche me souriait. Les coins de la bouche.

Fig., Faire la petite bouche, Faire le difficile, le dégoûté, le dédaigneux sur quelque chose.

Fam., Faire la bouche en coeur, Donner à sa bouche une forme mignarde, affectée. Il signifie figurément Manifester une amabilité extrême et affectée.

Il se dit encore en parlant des Chevaux et de quelques autres bêtes de somme et d'attelage. La bouche d'un cheval, d'un mulet, d'un âne.

Ce cheval est fort en bouche, il n'a point de bouche, Il n'obéit point au mors; et Il n'a ni bouche, ni éperon, Il est fort en bouche et dur à l'éperon.

Il se dit aussi en parlant de Certains poissons, des grenouilles et de certains autres animaux, etc. Bouche de saumon, de carpe.

Il se dit, par analogie, de Plusieurs sortes d'ouvertures. La bouche d'un volcan, d'un four, d'un tuyau, d'un puits, d'un égout, etc. La bouche d'un canon, d'un mortier.

Bouche à feu est le terme générique par lequel on désigne les Canons, mortiers, obusiers, etc. Il y avait tant de bouches à feu.

Bouche de chaleur, Ouverture pratiquée sur les côtés d'une cheminée, d'un poêle ou sur le parcours d'un calorifère, pour donner passage à l'air chaud.

Bouche d'eau, Bouche d'arrosage, Ouverture pratiquée dans une conduite d'eau et à laquelle on peut adapter un appareil d'arrosage.

Bouche d'incendie, Ouverture pratiquée dans une conduite d'eau pour servir à l'alimentation des pompes ou des tuyaux en cas d'incendie.

Il se dit encore, surtout au pluriel, des Embouchures par où de grands fleuves se déchargent dans la mer. Les bouches du Nil. Les bouches du Danube. Les bouches du Gange. Le département des Bouches-du-Rhône.

bouche

Bouche, Bucca, Os. L'Italien dit aussi Bocca, et l'Espagnol Boca.

La bouche d'une riviere, les lieux où les rivieres se rendent en la mer, Ostia, ostiorum.

Qui a trois bouches, Trifaux.

Bouche mesdisante, Improbum os.

Je n'ay non plus bouche de vilain que vous, Non minus ingenua est et mihi gula.

Avoir bouche à cour, c'est estre desfrayé de boire et manger, Ius rectae coenae habere, Ius contubernij in praetorio habere. B.

Avoir quelque chose souvent en la bouche, Vsurpare.

Clorre la bouche d'aucun en luy baillant argent pour ne dire mot, Astringere linguam mercede.

Clos luy la bouche, Os illi opprime.

Dire de bouche, Nuncupare, Pronuntiare.

Chanter ou dire de la bouche, Incinere.

Estre sur sa bouche, Duci ventre.

Homme qui a la bouche fort fendue, Homo sparso ore.

Par ce mot il m'a fermé la bouche, Responsiones omnes hoc verbo eripuit.

Moderer sa bouche, Gulae temperare.

Ouvrir la bouche, Diducere rictum.

Il n'y avoit personne qui osast pas seulement ouvrir la bouche, Ne hiscere quidem quisquam audebat.

Il ne faisoit point la petite bouche, Aperte ferebat. Bud. ex Liuio.

Ce sera pour faire bonne bouche, Hoc ferculum claudet conuiuium. B. ex Martiale.

Ouverture de la bouche, Hiatus.

Qui a grand bouche, Bucculentus. Plaut.

L'ouverture de la bouche, quand on rit, Rictus.

Tordre la bouche, comme fait une personne courroucée, Ringere, vel Ringi, deponens. Os distorquere.

¶ La bouche et les mains, en matiere de devoirs deus au Seigneur Feudal par le vassal, c'est la foy et hommage, sans payement d'aucuns droits et profits de fief. Selon ce on dit, Le fils donataire de ses pere, ou ayeul, mere ou ayeule, ne devoir au Seigneur Feudal que la bouche et les mains du fief à luy donné en advancement d'hoirie, Nuda fidei clientelaris professio. Et est cela dit ainsi, par ce que le vassal faisant son hommage, estant à genoux, et nuë teste devant son Seigneur de fief, met ses mains jointes entre celles de son-dit Seigneur, qui anciennement le baisoit à la bouche, et à present pour la pluspart le baise à la jouë, ou bien de ce, quant à la bouche, que ledit vassal ainsi estant, prononce de sa bouche tels mots, Je deviens vostre homme et vassal, à cause d'un tel fief que j'advoüe tenir de vous à foy et hommage. Ou bien, J'advoüe estre vostre homme et vassal, ou tenir de vous à foy et hommage tel fief, à cause de tel vostre fief, et autres clauses usitées en tel cas.

¶ Quand on a la bouche eslevée, Exulceratio oris.

¶ Cheval qui est fort en bouche, Tenax equus.

¶ Les bouches de la playe, Orae vulneris.

bouche

Petite bouche, Buccella.

bouche


BOUCHE, s. f. [Bou-che, 2e e muet.] 1°. Cette partie du visage de l'homme par où sort la voix, et par où se reçoivent les alimens. Grande bouche, petite bouche; ouvrir la bouche, fermer la bouche, etc. = 2°. Il se dit par raport à l'organe du goût. Cet aliment rend la bouche amère, pâteuse, mauvaise, sèche, etc. = 3°. Il se dit des persones mêmes, par raport à la nourritûre. "Il a vingt bouches à nourrir. "On a fait sortir de cette place, menacée d'un siège, toutes les bouches inutiles. = 4°. Il se dit des chevaux et de quelques aûtres bêtes de somme ou de voitûre. Cheval qui a la bouche bone, fine, tendre, délicate; mauvaise, forte, égarée; qui est fort en bouche, qui n'a point de bouche, etc. = 5°. Pièce d'artillerie, bouches à feu, canons et mortiers; la bouche du canon, l'ouvertûre par où sort le boulet. = 6°. Bouches, embouchûre des fleuves. Les bouches du Danube, du Nil, du Gange.
   Ce mot entre dans plusieurs expressions du style familier. Fermer la bouche à quelqu'un; lui imposer silence, le convaincre de manière qu'il ne puisse répliquer. — Bouche cousûe, ou bouche clôse! N'en parlez pas. "Chut: bouche clôse, voilà Mde. Durocher. Th. d'Educ. Ne pouvoir faire ouvrir la bouche à quelqu'un, ne pouvoir le faire parler — Avoir bouche à cour, c'est être nourri chez un Prince, et par extension, chez un particulier. — Prendre sur sa bouche, vivre avec épargne. — Faire venir l'eau à la bouche, exciter dans les aûtres l'envie de quelque chôse en la louant, ou simplement en la racontant. "Pour la description du dîné... l'eau en est venûë à la bouche de M. de... du Chev. et de nous aussi. Sév. Il me semble qu'il faut dire, en est venuë à la bouche à, et non pas de, etc. — Traiter quelqu'un à bouche que veux-tu; le régaler splendidement. — Faire la petite bouche, se dit, au propre, de ceux qui serrent les lèvres, pour paraître avoir une petite bouche. Il a soin de rire, pour montrer ses dents: Il fait la petite bouche. La Bruy. Au figuré, c'est ne pas parler d'une chôse, ou en faire le dégoûté, quoiqu'on en ait grande envie. — Laisser sur la bone bouche; se taire après un trait intéressant. * Leibnitz change cette expression, en l'employant d'une manière qui est contre l'usage. "En nous donant des remarques sur les traités que contiènent ces deux volumes, il finira aparemment par la bone bouche. Ce n'est pas par la bone bouche que l'on finit, mais par ce qui laisse sur la bone bouche.
   * À~ pleine bouche, est une expression suranée. Bossuet l'employait volontiers. "Jurieu reconoît à pleine bouche que, etc. Boss. "Cette lettre sur l'incrédulité sent à pleine bouche quelqu'un des bons Auteurs, qui ont écrit sur la Religion.
   * Un Auteur moderne a dit, que la Chananée pour prendre J. C. par sa propre bouche, lui représenta que les chiens mangeoient, au moins, les miettes qui tomboient de la table de leurs maîtres. — On ne prend point une persone par sa bouche, mais par ses paroles. Wailly.
   Par allusion aux chevaux, on dit d'un homme, qu'il est fort en bouche (ou en gueule) pour dire, qu'il parle avec beaucoup de véhémence et de hardiesse; qu'il n'a ni bouche, ni éperon; qu'il n'a ni parole; ni esprit; qu'il est stupide, insensible, et ne s'émeut de rien.
   DE BOUCHE, adv. De vive voix. Il vaut mieux consulter de bouche que par écrit. D'Abl. Tacite.

bouché


BOUCHÉ, ÉE; adj. [2e é fer. et long, au 2d.] Il se dit au propre et au figuré: ventre bouché. — Esprit bouché; qui a l'intelligence dure.

Traductions

bouche

Mund, Maul, Mündung, Öffnung, Schnauzemouthmond, bek, monding, muil, opening, snaterפה (ז), פֶּהbek, mondbocaústamundbuŝoboca, desembocadurasuuszájmulutmunnurbocca, imboccaturabucca, osmunnustabocamunağız, 口腔, 嘴巴στόμαротفَمٌustaปากmiệngуста (buʃ)
nom féminin
1. partie du visage avec laquelle on parle respirer par la bouche
par la parole transmettre de bouche à oreille
2. ouverture de qqch une bouche d'aération une bouche de métro

bouche

[buʃ] nf
(de qn)mouth
une bouche à nourrir → a mouth to feed
les bouches inutiles → non-productive members of the group, mouths to feed
de bouche à oreille → by word of mouth
faire venir l'eau à la bouche → to make one's mouth water
bouche cousue! → mum's the word!
pour la bonne bouche (= pour la fin) → till last
(ouverture) [canalisation, volcan] → mouth