bouchon

bouchon

n.m.
1. Objet qui sert à boucher, à fermer une ouverture ; pièce qui se loge dans le goulot d'une bouteille, d'un flacon : Dévisser le bouchon d'un tube de dentifrice
capuchon : Collectionner les bouchons de champagne.
2. Ce qui bouche un conduit ou une voie de circulation : Chaque soir, ils sont pris dans des bouchons
3. Flotteur d'une ligne de pêche : Le pêcheur surveille son bouchon.
4. Poignée de paille tortillée servant à bouchonner un animal.
5. À Lyon, petit restaurant rustique.
6. Anc. Jeu consistant à renverser avec un palet un bouchon supportant des pièces de monnaie.
C'est plus fort que de jouer au bouchon,
Fam. c'est extraordinaire ou intolérable.
Goût de bouchon,
goût désagréable communiqué au vin par un bouchon de mauvaise qualité.
Lancer ou pousser trop loin le bouchon,
Fam. aller trop loin dans ses demandes, exagérer.

BOUCHON1

(bou-chon) s. m.
Ce qui sert à boucher une bouteille, une carafe, un flacon. Bouchon de liége, de cristal. Faire sauter le bouchon, faire partir avec bruit le bouchon d'une bouteille de vin fumeux.
Le bouchon part, l'esprit pétille ; La décence même y babille [BÉRANG., Gourmands.]
Familièrement. Aimer à faire sauter le bouchon, aimer à boire.
Jeu dans lequel on met des pièces de monnaie sur un bouchon qu'il s'agit d'abattre avec un palet. Jouer au bouchon.
Terme de pêche. Morceau de liége pour soutenir la ligne sur l'eau.
Terme d'horloger. Pièce de laiton rivée dans les platines des montres ou pendules.
Sorte de laine d'Angleterre. Inégalité à la surface des fils de la soie.
Sorte de couvercle métallique adapté à une bouche de chaleur.
Terme d'artillerie. Bourre des bouches à feu.

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Aeole, comme estant le plus petit des dieux et un bouchon seulement d'iceux, a peur du roy qui commande à la mer [MERLIN COCAÏE, t. I, p. 349, dans LACURNE]

ÉTYMOLOGIE

  • Il y a dans le provençal bocon, dans l'italien boccone, et dans le français boucon, qui signifient bouchée, morceau. Diez pense que c'est là notre mot bouchon, signifiant ce qui remplit la bouche, l'ouverture, et par suite, ce qui bouche. La locution populaire tomber à bouchon, tomber sur le visage, en italien boccone ou bocconi, ventre à terre (il le fait choir à bouchon contre le sablon, OLIV., DE LA MARCHE, Mém. liv. I, p. 273), montre bien que bouchon peut appartenir à bouche, mais n'est pas un intermédiaire qui témoigne du passage du sens de bouche au sens de bouchon. Aussi les objections qu'a soulevées le verbe boucher (voy. BOUCHER 1) restent entières ; et, bouchon ne pouvant être séparé de boucher, c'est là qu'il faut examiner les deux étymologies entre lesquelles il y a débat : bouche de visage, et l'ancien français bouche, faisceau de branchage. L'espagnol buzon, bondon, bouchon, ne peut être rapporté ici ; il tient à buzon, canal par où se vide un étang.

BOUCHON2

(bou-chon) s. m.
Bouquet, rameau de verdure servant d'enseigne à un cabaret.
Et ravalant Phébus.... Font un bouchon à vin du laurier du Parnasse [RÉGNIER, Sat. IV]
Le cabaret même. Les rouliers s'arrêtent à tous les bouchons.
Bouchon de foin, de paille, poignée de foin, de paille tortillée. On se sert d'un bouchon de paille pour frotter les chevaux et autres animaux domestiques. Mettre un bouchon de paille à la queue d'un cheval pour indiquer qu'il est à vendre.
Par extension, bouchon de linge, tas, paquet de linge.
Les draps Qu'en bouchons tortillés elle avait sous les bras [RÉGNIER, Sat. X]
Familièrement. Elle est torchée comme un bouchon, elle est mal habillée. Fig. Petite fille négligemment habillée.
C'est un joli petit bouchon qui nous réjouit fort [SÉV., 242]
Fig. et familièrement. Mon petit bouchon, terme de tendresse et de caresse. Vieux en ce sens.
Hai, hai, hai, mon petit nez, pauvre petit bouchon [MOL., Éc. des mar. II, 14]
Crispin : Allons donc, sans façon, çà le baiser de paix.... - Florine : Au retour. - Crispin : Souviens-t'en ; ah ! bouchon, tes attraits Sans cesse avec plaisir m'attirent.... [HAUTEROCHE, Nobles de province, IV, 5]

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Tu iez la droite Sarraÿ, Tu yez la toison arouzée, Tu yez li bouchons [buisson] Synaÿ [RUTEB., II, 11]
  • XIVe s.
    Seigneur, ceste forest, dont je fais mention, Fu moult grant et horrible ; haut y sont li boucon [buissons, bois] [, Guesclin. 9214]
    Le bouchon de chanvre d'un cent doit obole par terre [DU CANGE, boteronus.]
  • XVIe s.
    Il va gentiment prendre le chat, et lui aiant attaché un bouchon de paille à la queue met le feu dedans [DESPER., Contes, XXIII]
    Elle lui faisoit des moustaches et des bouchons à lacquaise [D'AUB., Faen. IV, 17]
    Aiant exagéré la foiblesse de la place, où il n'y avoit que des forts de bouschons [ID., Hist. II, 139]
    Il faut lui passer doucement l'estrille, le peigne, l'epoussete et le bouchon sur le dos [O. DE SERRES, 306]
    À bon vin ne faut point de bouchon [OUDIN, Curios. fr.]

ÉTYMOLOGIE

  • Namur. bouchon, buisson ; wallon, bouhon, même sens, et bouhêie, touffe de plantes ; de l'ancien français bouche, faisceau de branchage, de javelle ; voy. BOIS ; allem. Busch, buisson. La forme boucon, que l'on rencontre, doit être une forme picarde, le picard changeant souvent ch en c ou k.

bouchon

BOUCHON. n. m. Poignée de paille tortillée ou de foin tortillé. Faire un bouchon de paille pour frotter un cheval. Mettre un bouchon de paille à la queue d'un cheval pour indiquer qu'il est à vendre.

Bouchon de linge, Paquet de linge tortillé. Mettre du linge en bouchon, Le chiffonner et le mettre tout en un tas.

Il se dit aussi d'un Rameau de verdure, d'une couronne de lierre ou de quelque autre signe qu'on attache à une maison pour faire connaître qu'on y vend du vin. Un bouchon de cabaret.

Il se dit quelquefois, par extension, du Cabaret même. Il n'y a dans ce village qu'un mauvais bouchon.

Il désigne aussi Ce qui sert à boucher une bouteille ou quelque autre vase de même nature. Bouchon de liège. Bouchon de bois. Bouchon de papier. Bouchon de filasse. Bouchon de verre, de cristal. Le bouchon d'une bouteille.

Faire sauter le bouchon, Faire partir avec bruit le bouchon qui ferme une bouteille de vin fumeux, tel que le vin de Champagne mousseux.

Jouer au bouchon, Jouer à qui abattra, de loin, avec des palets, les pièces de monnaie placées sur un bouchon de liège ou de bois.

En termes de Pêche, il désigne la Partie de la ligne qui sert de flotteur.

bouchon

Un bouchon, Obthuramentum.

bouchon


BOUCHON, s. m. BOUCHONER, v. a. [Bou-chon, choné.] Bouchon a plusieurs sens; 1°. Ce qui sert à boucher une bouteille, un flacon, une damejane, etc. = 2°. Poignée de paille ou de foin tortillé. = 3°. Rameau, ou quelqu'autre chôse semblable, qu'on atache à une maison, pour faire conoître qu'on y vend du vin. = 4°. Terme de caresse, dont on se sert avec un enfant: Mon petit bouchon.
   BOUCHONER, n'a que le 2d et le dern. sens. Bouchoner un cheval, le froter avec un bouchon de foin ou de paille. Bouchoner un enfant; le caresser. = Il signifie de plus chifoner du linge, des habits; mais il ne signifie pas mettre un bouchon à une bouteille.
   Le proverbe dit: À~ bon vin il ne faut pas de bouchon. (n°. 3°.) Le vrai mérite n'a pas besoin de Prôneurs, d'intrigue, de cabale. Cela n'est pas toujours vrai.

Traductions

bouchon

Pfropfen, Spund, Stöpselplug, stopper, electric plug, bottleneck, cork, cap, obstruction, topplug, stop, prop, stekker, stopmiddel, tap, dop, knelpunt, opstopping, dobber [van hengel], handvol, pak hooi, spel, kurkחוסם (ז), מגופה (נ), מסתם (ז), סתם (ז), פקק (ז), חוֹסֵם, פְּקָק, מְגוּפָהstikŝtopilobucha, obturador, plugue, tampaingorgo, tappoпробка (buʃɔ̃)
nom masculin
1. petit objet qui sert à fermer un récipient le bouchon d'une bouteille remettre le bouchon
2. embouteillage être bloqué dans les bouchons

bouchon

[buʃɔ̃] nm
(en liège)cork; (autre matière)stopper
(fig) (= embouteillage) → hold-up
Il y avait beaucoup de bouchons sur l'autoroute → There were a lot of hold-ups on the motorway.
(PÊCHE)float
bouchon doseur nmmeasuring cap