bouge


Recherches associées à bouge: bouger

bouge

n.m.
1. Logement malpropre, misérable taudis
2. Café, bar misérable et mal fréquenté.

bouge

(buʒ)
nom masculin
1. logement misérable vivre dans un bouge
2. café mal famé traîner dans des bouges

BOUGE1

(bou-j') s. m.
Petit cabinet de décharge. Une chambre avec un bouge.
Plus souvent, logement obscur et malpropre.
Mais d'un bouge prochain accourant à ce bruit.... [BOILEAU, Lutr. II]
Notre maître, poussé dans quelque bouge [LA FONT., Cand.]
Il ne me faut tant de cérémonies ; Je suis content de mon bouge, et les dieux Dans mon taudis m'ont fait un sort tranquille [VOLT., La Bastille.]

HISTORIQUE

  • XIVe s.
    Il y avoit gens qui beuvoient en une chambre derriere, et un bouge devant où on faisoit la cuisine [DU CANGE, bougius.]
  • XVe s.
    Et n'y avoit en celle maison fors [que] le bouge devant et par dessus un povre solier auquel on montoit par une eschelle de sept eschelons [FROISS., II, II, 157]
    Lesdits foulons disnerent tous ensemble ou bouge ou sale de l'hostel [DU CANGE, ib.]

ÉTYMOLOGIE

  • Bas-lat. bugia, bougia, bougius. Il y avait dans l'ancien français le mot féminin bouge, qui signifiait bourse ; italien bolgia. D'après Diez, bouge masculin et bouge féminin sont le même mot ; il est de fait que le bas-latin a bogia, bougia, ce qui prouve qu'on a dit aussi une bouge, pour petite chambre, petit édifice ; mais le sens, comment le trouver ? Comment passer de bourse à chambre ou cabane ? On passerait plutôt de chambre, réduit, à coffre-fort ; comme le latin loculus, qui signifiant un petit lieu, avait aussi le sens de lieu où l'on met son argent, poche, bourse. En conséquence, on songerait au bas-latin bodium, qui, pour la forme, a pu donner boge ou bouge, et qui, pour le sens, signifie habitation, demeure. Mais bouge 2 semble faire le lien entre bouge, bourse, et bouge, logis.

BOUGE2

(bou-j') s. m.
La partie la plus bombée d'un tonneau.
Les dimensions des futailles sont réglées de manière que la longueur intérieure, le diamètre intérieur du bouge et le diamètre intérieur de chacun des fonds soient dans toutes les pièces comme les nombres 21, 18 et 16 [LEGOARANT, ]
Terme de construction navale. Courbure des baux suivant leur longueur.
Terme de métiers. Outil à l'usage du ciseleur. Pièce de bois de charpente qui bombe en quelque endroit. Partie du chandelier qui commence à la poignée et descend sur le pied en s'évasant. Petite cuve qui sert à porter le raisin au pressoir.

HISTORIQUE

  • XVe s.
    La riviere estoit si grande qu'elle ne pouvoit demeurer en ses bouges [ANDRÉ DE LA VIGNE, Voy. de Naples de Charles VIII, p. 177, dans LACURNE.]

ÉTYMOLOGIE

  • Ici bouge a le sens général de chose arrondie ; et, si d'une part on ne comprend guère comment bouge signifiant chambre, édifice, aurait pu donner lieu à tous ces emplois, on comprend comment l'ancien français bouge ou boulge, signifiant bourse, a pu, inversement, produire bouge de tonneau, et celui-ci bouge, logis (voy. BOUGETTE).

bouge

BOUGE. n. m. Logement étroit et malpropre ou une Maison mal famée. C'est un bouge, un vrai bouge.

bouge

BOUGE. n. m. T. d'Arts. Ce qui est convexe ou aussi concave dans tel ou tel objet. Le bouge d'une futaille. Le bouge d'une assiette.

bouge

Bouge, penac. Tantost est masculin, et signifie ce qui est comme renflé, et sortant en tumeur hors oeuvre platte. Ainsi l'on appelle le Bouge d'un bouclier, la bossette qui est au milieu d'iceluy, eslevée en rond, (de laquelle façon estoient les boucliers des Romains) Vmbo. Aussi est-il comme le nombril d'iceluy. Et le Bouge d'une chambre, le petit reduit qui est joignant la chambre et hors le mur d'icelle, qui ne merite le nom de garderobe. En aucuns lieux on appelle aussi Bouge la bouclure d'une muraille, qui se desment et se courbe, qu'on dit en Latin Ventrem facere, et en François Boucler. Et tantost est feminin, duquel le diminutif est Bougete, c'est à dire, une petite bouge. Et est un mot naïf Gaulois, comme dit Sext. Pompon. Festus, duquel les Gaulois appeloient ces petits sacs de cuir, que ceux qui alloient aux champs portoient pendants à leurs bras, (comme adjouste Nonius Marcellus) ausquels ils mettoient leurs petites besongnes, comme se peut comprendre de ce vers du 16. livre des Satyres de Lucilius, parlant d'un qui n'avoit nul equippage, Cui neque iumentum est, nec seruus, nec comes vllus, Bulgam et quicquid habet numorum, Secum habet ipse. Cum bulga coenat, dormit, lauat, omnis in vna, Spes hominis bulga, hac deuincta est caetera vita. L'usage de porter laquelle bouge, pendant au bras quand on alloit aux champs, estoit encores, n'y a pas long temps, en France. Et le mesme autheur au livre 26. appelle Bouge par metaphore, la matrice de la femme grosse, dans laquelle l'enfant à naistre est estuyé, comme dans un sachot ou bourse, Ita, dit-il, vt quisque nostrum e bulga est matris in lucem editus. A present on appelle bouges, ces deux gibbecieres de gros cuyr quarrées, entre-tenans ensemble par deux larges courroyes de cuyr, que les marchands allans aux champs portent pendants de l'arçon de derriere de la selle, lesquelles anciennement on appeloit Anforges. Et les gros estuits de gros cuyr, dans lesquels est portée sur un cheval, la vaisselle d'argent d'un grand Seigneur, qui va par les champs et en voyage. Esquelles diverses significations dudit mot Bouge, est tousjours retenuë la raison d'iceluy, qui est le renflage, esleveure et tuberosité de la chose portant ce mot, soit le Vmbo du bouclier, soit le petit reduit en saillie d'une chambre, soit le sac de cuyr porté en voyage, soit la bource, soit l'estuy à porter la vaisselle. Aussi l'Allemand dit Bog zum schiessen, pour un Arc, et den bogen spannen, pour tendre l'Arc, et frummen bogen, pour une voulte, qui est pour revenir à la mesme raison de la signification de Bouge. És protocoles de lettres de passage et saufconduit, il est escrit Voulge, et Vouge, qui est nom commun à l'arme, que les Veneurs portent à la chasse. Et par ce que les anciens y portoient aussi leur viatique d'argent contant (dont est és lettres de passage, et saufconduit cette clause ordinaire, males, bouges, bahus) les Latins mesmes, comme rapporte iceluy Non. Marcellus, appeloient jadis la bourse Bulga, c. Bouge, dont en demeure le proverbe en France, lequel y a cours par tout, Il a bien remply ses bouges, ce qu'on dit en autre maniere, Il a bien foncé le poignet, c. Il a bien gaigné et mis en serre de l'argent. Ce qui est maintefois usurpé en mauvaise part pour dire, Il a bien desrobé en sa charge, en son estat, en sa commission.

bouge


BOUGE, s. m. [Un bouge, et non pas une bouge, comme on dit en Provence et âilleurs.] Espèce de petit cabinet auprès d'une chambre.

Synonymes et Contraires

bouge

nom masculin bouge
1.  Logement sordide.
bauge, masure, nid à rats, réduit, taudis -familier: baraque, bicoque -littéraire: chenil, galetas, tanière -populaire: gourbi.
2.  Établissement malfamé.
gargote -familier: boui-boui.
Traductions

bouge

bolgia

bouge

move

bouge

이동

bouge

[buʒ] nm (= bar louche) → dive, shady bar (= taudis) → hovel