bouillant, ante

BOUILLANT, ANTE

(bou-llan, llan-t', ll mouillées, et non bou-yan) adj.
Qui bout. Eau bouillante. Poix bouillante.
Le moût surtout, lorsque le bon Silène, Bouillant encor, le puise à tasse pleine [LA FONT., Quinquina, II]
Fig. Vif, ardent. Homme bouillant, qui a le sang bouillant, d'un caractère bouillant. Bouillante colère. Bouillant de colère.
Et déjà tout bouillant de vin et de colère [BOILEAU, Sat. III]
Et j'en ai vu l'effet si bouillant et si prompt [ROTR., Vencesl. III, 2]
S'il est prompt et bouillant, le roi ne l'est pas moins [CORN., Nicom. V, 5]
On l'a pris tout bouillant encor de sa querelle [ID., Cid, II, 7]
Un bouillant mouvement [ID., Cinna, I, 1]
Un souverain né avec une valeur bouillante [MASS., Gloire.]
Le consul bouillant de jeunesse arracha quelques-unes de ses enseignes, et les jeta au milieu des bataillons ennemis [LE P. CATROU, dans DESFONTAINES]
En termes de cuisine, pâtés bouillants, se disait des petits pâtés, ou pâtés de hachis de volaille.

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    Ja soit ce ke il soit boilhanz del celeste deseir [, Job, 469]
  • XIIIe s.
    Et quant il est chaus et boillanz Et talentiz et desiranz, Adonc [la dame] si le doit chastoier Et doctriner et enseignier Au point que el le vuet avoir [, Lai du conseil]
    Hé Diex ! que feras-tu de cest chetif dolent, De qui l'ame en ira en enfer le boillant, Et li maufez l'iront à leur piez defoulant [RUTEB., II, 93]
  • XVe s.
    Le comte de Sallebery, qui estoit un moult bouillant homme et de grand prudence [FROISS., III, III, 36]
  • XVIe s.
    La jeunesse bouillante s'eschauffe si avant.... [MONT., I, 92]
    Ces vers ont je ne sçay quoy de plus vif et de plus bouillant [ID., I, 222]
    Il les fit descendre en terre encore tous bouillans de l'ardeur de la premiere bataille [AMYOT, Cimon, 21]