bouillon

bouillon

n.m.
1. Aliment liquide obtenu en faisant bouillir de la viande et des légumes dans de l'eau : Bouillon de poule.
2. (Surtout au pl.) Bulle qui s'élève à la surface d'un liquide bouillant ; bouillonnement : Cuire des spaghettis à gros bouillons.
3. Mouvement d'un liquide, d'un courant qui s'écoule vivement : Bouillons de l'eau provoqués par l'hélice d'un bateau remous
4. Fam. Ensemble des exemplaires invendus d'un journal.
Boire un bouillon,
Fam. avaler de l'eau en nageant ; fig., essuyer un échec : Ce producteur a bu un bouillon avec son précédent film.
Bouillon de culture,
liquide préparé comme milieu de culture pour les bactéries ; fig., milieu favorable au développement d'un phénomène collectif qui peut se révéler néfaste.
Bouillon d'onze heures,
Fam. breuvage empoisonné.

BOUILLON

(bou-llon, ll mouillées, et non bouyon) s. m.
Bulle qui se forme au fond ou dans l'intérieur, et qui vient crever à la surface d'un liquide qui bout. Jeter un bouillon. L'eau qui avait bouilli à petits bouillons, à gros bouillons. Il n'y faut qu'un ou deux bouillons.
Petites vagues que forme un liquide qui s'échappe et qui tombe.
Un ruisseau qui tombait à gros bouillons [FÉN., Tél. I]
Cependant sur le dos de la plaine liquide S'élève à gros bouillons une montagne humide [RAC., Phèd. V, 6]
Mes yeux ont vu son sang Couler à gros bouillons de son généreux flanc [CORN., Cid, II, 9]
Son sang [de Charles IX] à gros bouillons de son corps élancé, Vengeait le sang français par ses ordres versé [VOLT., Henr. III]
Bouillon d'eau, sorte de jet d'eau.
Fig. Les bouillons de la colère. Dans les premiers bouillons de l'impatience.
Et il ne faut qu'un commencement de passion, qu'un faible bouillon de colère [BALZAC, 4e Disc. sur la cour.]
C'est pourquoi déguisant les bouillons de mon âme [RÉGNIER, Sat. XII]
Toi [Chiron] qui connais tant de remèdes, n'en as-tu point quelqu'un pour guérir cette fougue, ce bouillon de sang, plus dangereux qu'une fièvre ardente ? [FÉN., XIX, 231]
Modère ces bouillons de ta mélancolie [BOILEAU, Sat. VII]
Le jeune homme, inquiet, ardent, plein de courage, à peine se sentit des bouillons d'un tel âge, Qu'il soupira pour ce plaisir [la chasse] [LA FONT., Fab. VIII, 16]
Aux premiers mots proférés dans cet étrange débat, j'ai ressenti les bouillons du patriotisme, jusqu'au plus violent emportement [MIRABEAU, Collection, t. IV, p. 235]
Aliment liquide que l'on prépare en faisant bouillir, dans de l'eau, des substances animales, et le plus ordinairement de la chair de bœuf, ou quelquefois seulement des légumes et des herbes. Du bouillon de veau. Un bouillon de tortue. Un bouillon aux herbes. Une tasse de bouillon.
L'une chauffe un bouillon [BOILEAU, Sat. X]
Nos blessés manquent de bouillons, de linge et de médicaments [FÉN., XXII, 502]
Les filles-Dieu portent et reportent çà et là les bouillons, la charpie [CHATEAUB., Génie, IV, III, 6]
Une soupe à bouillon perlé [bon bouillon, blanchi par du lait d'amandes] [MOL., Bourg. gentil. IV, 1]
Bouillon coupé, bouillon affaibli par un mélange d'eau. Être au bouillon, ne prendre aucune nourriture solide.
Elle prend des bouillons [SÉV., 148]
Bouillons médicinaux, bouillons préparés pour un but thérapeutique, et dans lesquels on fait entrer des substances médicamenteuses. Fig. et familièrement. Boire un bouillon, faire une perte considérable, par suite d'une fausse spéculation. Bouillon d'onze heures, ou, simplement, bouillon, breuvage empoisonné. Par plaisanterie, bouillon pointu, lavement.
Plis bouffants qu'on fait à certains vêtements.
Bulle d'air dans le verre, dans les métaux fondus.
Dans les salines, l'évaporation de l'eau salée par l'action du feu. Dans la teinturerie, dégraissage des laines avant de les teindre. Dans la passementerie, petit fil d'or ou d'argent tourné en rond. Terme d'agriculture. Eau de fumier. Terme de vétérinaire. Excroissance de chair qui se développe dans les plaies des chevaux.

SYNONYME

  • BOUILLON, BOUILLONNEMENT. Le bouillon est la bulle même qui se forme dans l'intérieur et vient crever à la surface du liquide qui bout ou du liquide qui s'échappe ou qui tombe. Le bouillonnement est l'acte qui produit les bulles, les bouillons ; c'est le mouvement de l'eau qui bouillonne. La formation des mots indique les nuances : de bouillon on fait bouillonner, verbe qui exprime l'action de faire des bouillons ; et bouillonnement est cette action même, tandis que bouillon, primitif de ces deux mots, exprime simplement l'état de l'eau qui bout. L'eau qui bout a des bouillons ; l'eau qui bouillonne fait des bouillons, a le bouillonnement.

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Se li bollon n'aloit à droit, à la chair qui cuit mescherroit, li Romans des Franceis. N'en preïst or ne miel ne sucre ; Ains eslut ilec son sepucre Entre les sulphureus boillons [, la Rose, 17253]
  • XIVe s.
    C'est un chemin moult destravé, Plein de boullons [bourbiers], tout encavé [BRUYANT, dans Ménagier, t. II, p. 18]
    Faictes boulir un bouillon, puis dreciez par escuelles [, Ménagier, II, 5]
    Pource que l'exposant, poure valet saunier faiseur de sel, lui avoit recous [preservé] deux boullons de sel [DU CANGE, bullio.]
    Un hanap de madre à boellon d'argent [ciselure] [ID., bolinus.]
  • XVe s.
    Boillons d'argent de ma salade [casque] [ID., ib.]
    Icelles femmes prindrent le corps du dit Vallé et le porterent en un boullon ou bourbier [ID., bullio.]
    Cestuy sage Charles roy, quint du nom, fu coroné nonobstant le bullon de si mene aage [CHRIST. DE PISAN, Charles V, I, ch. 3]
    Dont la venue du daulphin vers ce duc fut matiere du plus aygre et du plus perilleux bouillon qui oncques s'y trouva [G. CHASTEL., Chron. des ducs de Bourg. 1er Proesme.]
    Item et à mon plus que pere, Qui m'a mys hors de maint boillon Et de cestuy pas ne s'esjoye ; Si lui requiers à genoillon Qu'il m'en laisse toute la joye [VILLON, Gr. Test.]
  • XVIe s.
    Dedans une verte vallée, sourdent par cy par là des bouillons de feu qui fluent continuellement [AMYOT, Sylla, 55]
    Puis sera gardé le bouillon : duquel le patient en prendra.... lé faisant bouillir un bouillon avant chasque prise [PARÉ, XV, 38]
    Bouillon gras, eau de chair [ID., XXIV, 22]
    Ne souffre de mon sang le bouillon refroidir, Et tousjours de tes yeux aiguillonne moy l'ame [RONS., 256]

ÉTYMOLOGIE

  • Bouillir.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    BOUILLON. Ajoutez :
    Sorte de restaurant dont le mets principal était d'abord la soupe et le bœuf. Nous avons dîné dans un bouillon.

    HISTORIQUE

    • XVIe s. Ajoutez :
      Boillon de poix, quantité de poix, de goudron, qu'on obtenait en faisant bouillir la poix, le goudron dans un vase de forme déterminée [MANTELLIER, Gloss. Paris, 1869, p. 13]

bouillon

BOUILLON. n. m. Il se dit proprement au pluriel des Bulles qui se forment à la surface d'un liquide lorsqu'il bout. L'eau bout à petits bouillons, à gros bouillons.

Il n'y faut qu'un ou deux, que deux ou trois bouillons, se dit d'une Chose qu'il ne faut pas faire bouillir longtemps. Il ne faut que deux ou trois bouillons pour faire cette tisane, pour cuire ce poisson.

Fig. et fam., Dans les premiers bouillons de sa colère, Dans les premiers mouvements, dans les premiers transports de sa colère.

BOUILLON, au singulier, se dit aussi de l'Eau qu'on a fait bouillir avec de la viande, avec des légumes, ou avec des herbes médicinales, pour servir de nourriture ou de remède. Cela fait un bouillon clair. Bouillon nourrissant. Bouillon succulent. Bouillon gras. Bouillon de légumes. Bouillon aux herbes. Une tasse de bouillon.

Il se dit aussi des Ondes que forme un liquide, lorsqu'il est agité, lorsqu'il tombe ou jaillit. L'eau sort à gros bouillons de cette source. Cette source fait de gros bouillons d'eau. Une fontaine qui jette de gros bouillons.

Il se dit, par exagération, du Sang qui sort abondamment d'une blessure ou par la bouche. Le sang sortait à gros bouillons de sa plaie. Il a vomi le sang à gros bouillons.

Prendre un bouillon, Avaler autant de bouillon qu'il en tient à peu près dans une écuelle, dans un bol. Il a pris un bouillon avant de partir. Il prend des bouillons rafraîchissants. On dit dans un sens analogue Faire chauffer un bouillon. Apporter un bouillon à quelqu'un, etc.

Être réduit au bouillon, être au bouillon, Être malade au point de ne plus pouvoir absorber aucun aliment solide.

Bouillon coupé, Bouillon affaibli par un mélange d'eau.

BOUILLON se dit, par extension, de Certains restaurants à bon marché.

Fig. et fam., Bouillon d'onze heures, Potion empoisonnée.

Boire un bouillon, Enfoncer et avaler de l'eau en nageant. Fig. et fam., Éprouver une perte considérable par suite d'une mauvaise spéculation.

En termes d'Imprimerie, on désigne de ce nom les Exemplaires non vendus d'une publication, livre, journal ou revue. Cet éditeur ne reprend pas le bouillon.

En termes de Bactériologie, Bouillon de culture, Liquide dans lequel on cultive les différentes espèces de bactéries.

Il se dit, par extension, de Certains gros plis ronds qu'on fait à quelques étoffes pour la parure et l'ornement, soit dans les vêtements, soit dans les meubles. Du taffetas renoué à gros bouillons.

En termes d'Arts, il se dit encore d'une Bulle d'air qui se trouve engagée dans le verre ou dans un métal pendant qu'il est en fusion.

bouillon

Bouillon, Ebullitio.

Bouillon ou bouteille qui s'esleve sur l'eau, comme quand il pleut en de l'eau, Bulla.

Herbe dite Bouillon blanc ou noir, Verbascum.

Une des especes de l'herbe appelée Bouillon, autrement dit Taxus barbatus, Thryallis, Lychnitis, lychnitidis.

bouillon


BOUILLON, s. m. [Bou-glion; mouillez les ll.] 1°. Cette partie de l'eau, ou de quelqu'autre liqueur, qui s'élève en rond sur la surface, par l'action du feu. Acad. Bouteille, qui vient sur la surface des liqueurs échaufées. Trév. Renflement d'une liqueur et d'une chôse liquide échaufée par le feu. Rich. Port. Faire bouillir de l'eau à petits bouillons, à gros bouillons. — On dit figurément, que le sang sort à gros bouillons d'une plaie; c. à. d. avec impétuosité et en abondance.
   Sire, mon fils est mort, mes yeux ont vu son sang
   Sortir à gros bouillons de son généreux flanc.
       Corn.
On dit aussi les bouillons de la colère, les bouillons de l'âge. L'Acad. ne dit que le premier.
   Le jeune homme, inquiet, ardent, plein de courage;
   À~ peine se sentit des bouillons d'un tel âge,
   Qu'il soupira pour ce plaisir.       La Font.
Boileau l'a dit de la mélancolie.
  Modère les bouillons de ta mélancolie.
Mais la métaphore n'est pas fort juste; car, bouillons anonce de l'agitation: et mélancolie, une sombre tranquillité.
   2°. BOUILLON, potage liquide, potage sans pain. Rich. Port. Eau bouillie avec de la viande. "On a mis ce malade au bouillon, on ne lui done que du bouillon. = 3°. Bouillons, agrémens de rubans, dont on orne un tablier.

Traductions

bouillon

Bouillon, Brühe, Fleischbrühe, Suppebouillon, broth, stockbouillon, vleesnat, gasbel, gulp, luchtbel, straalמרק (ז)broubouillon, kraftsuppeζωμόςbuljonocaldoآب‌گوشتbrodo流体培養基, 煮出し汁국물, 수프buljongrosoł, rosółcaldo de carne, olha, caldoбульон, отварbuljong, 肉汤مَرَقvývarliemijuhaซุปet ya da sebze suyuna çorbanước luộc thịtбульон (bujɔ̃)
nom masculin
1. liquide dans lequel des aliments ont bouilli un bouillon de légumes
2. bulles qui se forment quand un liquide bout bouillir à gros bouillons

bouillon

[bujɔ̃] nm
(CUISINE)stock no pl
du bouillon de légumes → vegetable stock
(= bouillonnement) → bubble
faire cuire à gros bouillons → to boil hard
bouillon de culture nmculture medium