boulet

boulet

n.m.
1. Anc. Projectile de pierre ou de métal en forme de boule, dont on chargeait les canons (xive-xixe s.).
2. Anc. Boule de métal fixée à une chaîne qu'on attachait au pied des forçats.
3. Fam. Personne à charge, contrainte dont on ne peut se libérer : La naissance du bébé pendant leurs études a été un boulet fardeau, poids
4. Aggloméré de charbon de forme ovale.
5. Articulation de la jambe des chevaux et des ruminants.
Avoir un boulet au pied,
être bloqué par une obligation pénible.
Comme un boulet de canon,
très vite.
Sentir passer le vent du boulet,
avoir frôlé la catastrophe, avoir couru un sérieux danger.
Tirer à boulets rouges sur qqn,
l'attaquer très violemment.

BOULET

(bou-lè ; le t ne se lie pas dans le parler ordinaire ; au pluriel l's se lie : les boulets et les canons, dites : les bou-lè-z et.... Boulets rime avec traits, succès, jamais) s. m.
Globe, boule de fer fondu qui sert à charger les canons. Un boulet de calibre. Un boulet de vingt-quatre livres ou de vingt-quatre.
Le sieur Brossier, qui vous rendra ce billet, prétend avoir inventé deux sortes de boulets creux propres à brûler les vaisseaux, et m'a demandé d'en faire l'épreuve à Toulon en présence des officiers de marine [SEIGNELAI, à Arnoul, 21 janvier 1678, dans JAL]
Boulet ramé ou boulet à deux têtes, boulet de canon composé de deux demi-sphères de métal qui tiennent l'une à l'autre par une chaîne ou une barre de fer. Boulet rouge, boulet rougi au feu avant d'être introduit dans le canon.
Les Vénitiens tirent à boulet rouge sur les propylées et le temple de Minerve [CHATEAUBR., Itin. I, 199]
Fig. Tirer à boulet rouge sur quelqu'un, en parler en termes offensants, l'attaquer d'une manière violente.
Dans la législation militaire, boulet, peine infamante qui condamne les soldats et sous-officiers coupables de désertion à l'extérieur, et, avec certaines circonstances, de désertion à l'intérieur, à des travaux forcés dans les grandes places de guerre, et à traîner un boulet attaché à une chaîne de fer de deux mètres et demi de long. Fig.
Tu arrives exprès d'Amérique pour être mon compagnon de boulet [CHATEAUBR., Natch. V, 219]
Terme de vétérinaire. Nom que porte, chez le cheval, l'articulation du canon avec le paturon, sans doute parce que cette articulation forme, chez les chevaux fins, une éminence plus ou moins arrondie.

HISTORIQUE

  • XVe s.
    Il fut frappé d'une coulevrine, et entra le boulet en sa jambe [J. CHARTIER, Hist. de Charles VII, p. 154, dans LACURNE]
    Plustost un coup de vin me perce et m'entre au corps Qu'un boulet qui, cruel, rent les gens si tost morts [BASSELIN, XIX.]
  • XVIe s.
    Les gros bollets de fer et de bronze [RABEL., Pant. IV, 34]
    Encores sur la retraite ils firent quitter le reste des boulets et quelques autres munitions [D'AUB., Hist. III, 15]
    Il lia avec iceux [crins] fort serrés, le pied de la beste au dessous du boulet [YVER, p. 642]
    Morts par coups d'harquebuses, dont le boulet ne pouvoit estre plus gros que le bout du doigt [PARÉ, VIII, 23]

ÉTYMOLOGIE

  • Diminutif de boule.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

  • BOULET. - HIST. Ajoutez : XIVe s.
    Pour deux cent de blos de pierre, de piet et demi d'esquarrie, pour faire boulès pour gester as engiens (1347) [VARIN, Archives administr. de la ville de Reims, t. II, 2e part. p. 1136]

boulet

BOULET. n. m. Boule de métal fondu, de différentes grosseurs, dont on chargeait les canons.

Boulet rouge, Boulet qu'on faisait rougir au feu avant de le mettre dans le canon. Tirer à boulets rouges. Fig. et fam., Tirer à boulets rouges sur quelqu'un, L'attaquer violemment par la parole ou par des écrits; ou encore Faire indiscrètement appel à son crédit ou à sa bourse.

Traîner le boulet, se disait des Forçats ayant à la jambe une chaîne à l'extrémité de laquelle était attaché un boulet. Il signifie figurément et familièrement Être soumis à un travail ou à une obligation dont on supporte impatiemment le poids.

En termes d'Art vétérinaire, il se dit de l'Articulation du canon avec le paturon dans la jambe d'un cheval. Un cheval blessé au boulet.

boulet


BOULET, s. m. [Bou-lè: 2e è moy.] 1°. Boule de fer, servant à charger une pièce d'artillerie. — Boulet rouge; boulet qu'on a fait rougir au feu avant de le mettre dans le canon. = 2°. Jointûre au-dessous du pâturon de la jambe du cheval.

Traductions

boulet

millstonebal [aan ketenen van gevangenen], eierkool, kanonskogelpalla [di cannone] (bulɛ)
nom masculin
1. grosse boule de métal que l'on projetait un boulet de canon
2. boule de métal que l'on attachait aux pieds des prisonniers Le prisonnier a réussi à enlever ses boulets.

boulet

[bulɛ] nm
(aussi boulet de canon) → cannonball
tirer à boulets rouges sur qn/qch (fig) (= critiquer vertement) → to lay into sb/sth
[bagnard] → ball and chain (fig) (= personne) → millstone
(= charbon) → coal nut