bourder

(Mot repris de bourdasses)

BOURDER

(bour-dé) v. n.
Dire des bourdes. Peu usité.

HISTORIQUE

  • XIVe s.
    Et oy le service Dieu devotement, sans border et sans regarder çà ne là [DU CANGE, burdare]
    Et sachiés, à l'eure de lors, Ne pensast nulx que il l'amast, Mais si comme as autres bourdast [, Chastel. de Couci, 1940]
  • XVe s.
    Ainsi bourdoient et jangloient les chevaliers l'un à l'autre [FROISS., I, I, 327]
    .... Lors plus me va bourdant ; Mon ami est qui me fait entendant D'un cigne blanc que c'est un corbeau noir [CH. D'ORL., Ball. 107]

ÉTYMOLOGIE

  • Bourde 1.

bourder

BOURDER. v. n. Se moquer, dire des mensonges, des sornettes.

bourder

Bourder, Tricari, Nugari, Nugas agere.

boûrder


*BOûRDER, v. n. BOURDEUR, s. m. Mentir, dire des bourdes. — Diseur, doneur de bourdes. — Ces mots ne sont bons que pour le burlesque. L'Académie ne les met pas. Ils sont dans Trévoux et dans Richelet. — Dans le Rich. Port. on dit qu'ils sont populaires.

boûrder

*BOûRDER, v. n. Il ne faut point d'accent sur l'u