bourre

bourre

n.f. [ lat. burra, étoffe grossière, bure ]
1. Amas de poils d'origine animale, utilisé pour la confection de feutre, de matériaux isolants.
2. Toute matière servant à bourrer, à rembourrer : La bourre d'un oreiller bourrage
3. Ce qui reste d'une fibre après l'avoir peignée ou mise en pelote : Bourre de laine, de soie.
4. Tampon qui maintient une charge explosive dans une cartouche.
5. Duvet d'un bourgeon.
De première bourre,
Fam. de première qualité ; excellent.
Être à la bourre,
Fam. être pressé, en retard.

BOURRE1

(bou-r') s. f.
Amas de poils détachés de la peau de certains animaux à poil ras. Terre grasse mêlée avec de la bourre. Matelas remplis de bourre.
Le petit-fils de César se vit réduit à manger la bourre de son lit [J. J. ROUSS., Ém. IV]
Bourre de laine ou bourre lanice, la partie la plus grossière de la laine. Bourre de soie, la partie du cocon qui ne se dévide pas. Fig. Chose de peu de valeur. Il y a bien de la bourre en cet ouvrage.
Jour à jour j'étais informé du fond de cette curieuse sphère [la cour] ; la bourre même en était amusante, et parmi cette bourre rarement n'y avait-il pas quelque chose d'important [SAINT-SIMON, 239, 189]
Ce qu'on met par-dessus la charge des armes à feu pour la retenir et la presser. La bourre d'un fusil.
J'ajoute aux pistolets une petite charge sans bourre [J. J. ROUSS., Em. I]
Par extension, duvet qui couvre certains bourgeons à leur naissance. La vigne a gelé en bourre.
Le chameau de tête [celui qui est en tête de la caravane] est attaché par une corde de bourre de palmier [CHATEAUBR., Itinér. II, 194]
Les mousses dans leur bourre élastique.... [ID., Génie, III, V, 5]
Enveloppe sèche de certaines graines. De la graine de trèfle en bourre.
Terme de tannerie. Vieux tan qui est sur la peau du mouton au sortir de la tannerie.
Drogue colorante faite avec du poil de chèvre très court qui a bouilli dans la garance.
Terme de métallurgie. Fer défectueux.
Ancien terme de commerce. Bourre de Marseille, étoffe moirée, dont la chaîne était de soie, et la trame de bourre de soie.

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Primes [il] vest unes espaulieres De boure de soie moult chieres [, Bl. et Jeh. 3978]
    Chauces faites de bourre et d'autres mauveses estoffes [, Liv. des mét. 139]
    Nus seliers ne puet coudre bazane avec vache ne avec veel pour nul fournement, ne nule menuiere de poil avec bourre quele que elle soit [, ib. 209]
    Il peut metre devant son pis et devant son ventre un contrecuer de teille et de coton, ou de laine ou de borre de sée [soie], tel et si fort come il vodra [, Ass. de Jér. I, 170]
  • XVe s.
    Et à brief parler je m'y fourre Ne plus ne moins qu'en une bourre [VILLON, Archer dé Bagn.]
  • XVIe s.
    Le sergent de qui Goas avoit tiré promesse de ne tirer que le bourre n'entrast, et de rompre croce sur cap, passe plus de la moitié du champ [D'AUB., Hist. I, 288]
    Et ceux [les chevaux] qui restoient se mangeans les crins et les queuës les uns aux autres, et encor le bourre qu'ils arachoient de leurs selles [ID., ib. III, 110]
    Courir après une petite pelote de cuir et de bourre [DESPER., Contes, XL.]
    De la bourre de foulons [O. DE SERRES, 388]
    Avec un peu de bourre blanche de tondeur [ID., 391]
    Amitiez dignes de l'aage des amans, qui n'ont encore aucune vertu qu'en bourre, ni nul jugement qu'en bouton [SAINT FRANÇOIS DE SALES, p. 513]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. espagn. et ital. borra ; du latin burra, qui se trouve dans l'anthologie ; dans Ausone, burrae, au pluriel, avec le sens de moquerie.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    1. BOURRE. Ajoutez :
    Arbre à bourre, l'areca crinita, [BAILLON, Dict. de bot. p. 247]
    Terme rural. Geler en bourre, se dit d'une vigne atteinte de la gelée avant que les bourgeons soient sortis.

BOURRE2

(bou-r') s. f.
Nom vulgaire de la cane en Normandie.

ÉTYMOLOGIE

  • Bas-lat. boureta, dans un texte du XIVe siècle.

bourre

BOURRE. n. f. Amas de poils détachés de la peau de certains animaux à poil ras, tels que les boeufs, les vaches, les chevaux, etc. La bourre sert à garnir des selles, des bâts, des tabourets, etc.

Bourre de laine ou bourre lanice, La partie la plus grossière de la laine. Matelas de bourre lanice.

Bourre de soie, La partie la plus grossière du cocon, celle qui ne se dévide pas.

Fig. et fam., Il y a bien de la bourre dans cet ouvrage, Il y a du remplissage.

Il se dit aussi de Ce qu'on met par-dessus la charge d'une cartouche de fusil de chasse.

Il se dit, par extension, du Duvet qui couvre les bourgeons de quelques arbres et arbrisseaux, lorsqu'ils commencent à pousser. La vigne a gelé en bourre, Au moment où le bourgeon se formait.

bourre

Bourre, f. penac. Est proprement prins, cest assemblage de poil menuisé, dequoy les basts des asnes et mulets, colliers et selles des chevaux sont remplis pour la sauveté desdites bestes. Mais il se prend aussi pour la laine ainsi menuysée par le tondeur de draps, laquelle estant bien longue et demeurée de l'ouvrage des cardeurs, est appelée lanice, c. Bourre de laine, à la difference de l'autre, qui est de poil. Il se prend aussi pour la mousse veluë, qui vient és jointures du serment. Ainsi l'on dit, La bourre est abbattuë, Vellus e sarmento decidit. Et parce que la bourre est veluë, serrée et pressée, et non transparente, on appelle vin bourru, celuy qui est lousche et trouble. Bourre aussi par metaphore se prend pour la couverture ou dos de l'homme, quoy que non usitéement. Mais le verbe Bourrer est en frequent usage, pour batre et frapper sur la personne, Ictibus caedere, Verberare aut manu aut ligno. Ainsi dit-on, Il l'a bien bourré, ou, Je vous bourreray bien, Mirifice illum male multauit, Ego te egregie pugnis aut fustibus caesum dabo.

Bourre à remplir quelque chose, Leuconium, siue Leuconicum.

Ces choses servent de bourre, Haec in tomenti vsum veniunt.

boûrre


BOûRRE ou BOURE, s. f. [1re longue, r f. 2e e muet.] 1°. Poil de plusieurs animaux, qu'on détache de leurs cuirs et qui sert à rembourer des chaises, des selles, etc. = 2°. Ce qu' on met dans les armes à feu, après la poudre et le plomb. = 3°. Boûre de soie; la partie la plus grossière de la soie, après qu'elle a été dévidée.
   On dit figurément: "Il y a de beaux endroits dans ce livre; mais il y a bien de la boûre, c. à. d.; beaucoup de chôses qui ne servent que de remplissage. Cela n'est bon que pour le style familier.

Traductions

bourre

[buʀ] nf
[coussin, matelas] → stuffing
(autre locution) être à la bourre → to be rushed off one's feet
Là j'ai pas le temps, on est à la bourre → I don't have time right now, we're rushed off our feet.