bouteiller

(Mot repris de bouteilles)

BOUTEILLER1

(bou-tè-llé, ll mouillées et non boutè-ié ; l'r ne se lie jamais ; au plur. l's se lie) s. m.
Officier qui a l'intendance du vin de la table d'un prince.
Celui qui fournissait le vin du roi s'appela grand bouteiller de France [VOLT., Mœurs, 70]
Le seigneur de Châteaubriand, amiral de Bretagne, était petit-fils de ce comte de Laval et de sa seconde femme, dont le père était grand bouteiller de France [SAINT-SIMON, 188, 10]

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    Qui veïst le saint humme seïr a sun mangier, Que il n'aveit od sei ne clerc ne chevalier, Senescal ne garçun ne cou [cuisinier] ne bouteillier [, Th. le Mart. 50]
    Cum la reine vit la grant sapience Salomun e son merveillus paleis, e le grant cunrei e la vitaille de sa maisun, e les riches sales à ses humes, e le ordenement, e l'afaitement de ses menestrels, et lur atur de vesture, e ses buteillers, e les sacrefises [, Rois, 272]
  • XIIIe s.
    Li coupiers [la coupe] ert ciers et vaillans, D'escarboucles resplendissans ; N'est sous ciel si orbes [obscur] celiers, S'il i estoit, li boutilliers Ne peüst sans autre clarté Cler vin connoistre d'ysopé [, Fl. et Bl. 491]
    Ils aiment miex les eschançons Et les kex [queux, cuisiniers] et les bouteilliers Que les chanters ni les veilliers [RUTEB., II, 51]
  • XVIe s.
    Barbiers, cuisiniers, bouteillers, muletiers... [CALVIN, Instit. 370]

ÉTYMOLOGIE

  • Bouteille ; provenç. boteillier ; espagn. botillero ; ital. bottigliere ; bas-lat. buticularius.

BOUTEILLER2

(bou-tè-llé, ll mouillées) v. n.
Terme de verrerie. Se remplir de bulles d'air, en parlant des verres, des glaces.

ÉTYMOLOGIE

  • Bouteille.

bouteiller

BOUTEILLER. s. m. Voyez BOUTILLIER.