bouteroue

BOUTEROUE

(bou-te-roue) s. f.
Bande de fer dont on garnit la voie d'un pont pour recevoir les roues des voitures. Les bornes placées devant les maisons se sont aussi appelées bouteroues, ce qui valait mieux, puisque ces bornes ne bornent rien du tout.

ÉTYMOLOGIE

  • Bouter et roue.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    BOUTEROUE. Ajoutez :
    Borne qui empêche que les essieux des voitures ne brisent les garde-fous ou les angles des bâtiments ; c'est là le vrai nom et le vrai emploi des bornes dans les villes, qui n'y bornent rien.

    REMARQUE

    • Le Complément du Dictionnaire de l'Académie et le Dictionnaire de Bescherelle font ce mot du féminin, mais il est masculin dans les exemples suivants :
      Hommes, femmes et chevaux se débattaient dans la neige [sur la route du Gothard] ; enfin chacun put sortir, on se comptait sur la route, lorsqu'on vit près d'un bouteroue le conducteur Renner couché sur la neige... [, extr. du Journ. de Genève, dans Journ. offic. 30 nov. 1874, p. 7874, 3e col.]
      Depuis que je vous ai vu prendre un petit monsieur par le milieu du corps et le poser délicatement sur un bouteroue, mes idées à votre égard ont changé [V. CHERBULIEZ, Rev. des Deux-Mondes, 1er déc. 1874, p. 485]

    HISTORIQUE

    • XIIIe s.
      Andri Boute-roe [GÉRAUD, Paris sous Philippe le Bel, p. 145]

bouteroue

BOUTEROUE. n. f. T. d'Arts. Bande de fer dont on garnit la chaussée d'un pont de bois pour protéger le tablier contre le frottement des roues des voitures.