brésillé, ée

BRÉSILLÉ, ÉE

(bré-zi-llé, llée, ll mouillées) part. passé.
Teint en rouge. Fig. Devenu rouge.
Mandez-moi si vous dormez, si vous n'êtes point brésillée [SÉV., 232]
Brisé par petits morceaux. Une glace toute brésillée.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

  • BRÉSILLÉ. Ajoutez : - REM.
    Mandez-moi si vous dormez, si vous n'êtes point brésillée [SÉV., 13 nov. 1675]
    M. Regnier dit en note : Brésillée, devenue rouge, c'est l'explication que M. Littré donne du mot ; un des sens de brésiller est teindre avec le bois rouge appelé brésil. Nous devons toutefois ajouter que ce mot signifie aussi " rompre par petits morceaux, " et " réduire en poudre à force de sécheresse, " et qu'en comparant ce passage à quelques endroits des lettres suivantes, on pourrait être tenté de prendre ici brésiller dans cette seconde acception ; voyez particulièrement :
    Parlez-moi de vous, ma chère enfant ; comment vous portez-vous ? votre teint n'est-il point en poudre ? êtes-vous belle quand vous voulez ? [SÉV., 4 déc. 1675]
    ; et :
    J'approuve vos bains, ils vous empêchent d'être pulvérisée [SÉV., 4 sept. 1676]