braguer

BRAGUER

(bra-ghé) v. n.
Terme vieilli. Se vanter, faire le fendant.

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Et que peut-estre on voit mainte qui brague, Qui beaucoup près n'est point si bonne bague [CL. MAROT, I, 405]

ÉTYMOLOGIE

  • Norm. brague, vif, emporté, proprement qui fait du bruit ; wallon, bragarz, les jeunes gens qui, enrubannés, empanachés, l'épée au côté, font les honneurs d'une fête de paroisse (XVIe s. L'autre sera querelleux avec ses voisins, et rude à ses sujets, et n'aprouvera autre vie que celle qui consiste à faire le braguard en la maison, LANOUE, 116) ; angl. to brag, se vanter, braggart, vantard, du norois braka, faire du bruit, faire de l'étalage, dont le radical se confond avec le gothique brikan, rompre. De la sorte, braguer et brigue remonteraient à une racine commune (voy. BRIGUE au Supplément).