braise

braise

n.f.
Résidu, brûlant ou éteint, de la combustion du bois : Viande cuite sur la braise.

BRAISE

(brê-z') s. f.
Bois réduit en charbons ardents. Une belle braise. La braise donne beaucoup de chaleur.
Un cerf dont les chairs n'avaient point encore petillé sur la braise [CHATEAUB., Natch. II, 89]
Il [un génie qui anime et transforme la braise du feu du prisonnier] me fait voir, sur la braise animée, Des bois, des mers, un monde en peu d'instants [BÉRANG., Feu du pris.]
Gigot à la braise, gigot cuit dans une braisière. Fig. Tomber de la poêle dans la braise, tomber d'un état fâcheux en un pire.
Je tombai par malheur de la poêle en la braise [RÉGNIER, Sat. X]
Passer sur quelque chose comme chat sur braise, se dit pour exprimer qu'on glisse sur un sujet sans oser en parler à fond.
Le garde des sceaux parla peu, dignement, en bons termes, mais comme un chat qui court sur la braise [SAINT-SIMON, 514, 60]
Harcourt, qui parla après [d'Estrées], fut court et de même avis ; Noailles parut comme un chat sur braise [ID., 426, 153]
Le rendre chaud comme braise, se venger à l'instant. Être chaud comme braise, avoir un tempérament ardent.
Dans les gardes françaises J'avais un amoureux Fringant, chaud comme braise, Jeune, beau, vigoureux [VADÉ, Amante abandonnée.]
Fig. Être sur la braise, être en proie à une vive anxiété, à une extrême impatience.
Fig. Ardeur.
Si vos yeux sont toute sa braise, Et vous la fin de tous ses vœux [MALH., III, 1]
Vieux en cet emploi.
Les Calabraises sont noires dans la plaine, blanches sur les montagnes, amoureuses partout ; Calabraise et braise, c'est tout un [P. L. COUR., Lett. I, 157]
Charbons éteints. Braise de boulanger. La braise est très commode pour allumer le feu. La braise asphyxie comme le charbon.

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    Et cil guardad e vit à sun chief un pain quit sur breze, et ewe en un vaissel [, Rois, 320]
  • XIIIe s.
    Lors les ont mises sor la brese, Qui des tisons lor fu remese [restée] [, Ren. 927]
    En [on] vos deüst ardoir en brese, Si que la poudre en fust ventée [, ib. 12878]
    C'est amor qui soufle et atise La brese qu'il t'a ou cuer mise [, la Rose, 6424]
    Li remembrers m'en met la breise Au cuer de fine amor veraie [, Roman de la poire]

ÉTYMOLOGIE

  • Namurois, brèje ; rouchi, bresse ; provenç. et espagn. brasa ; ital. bracia, brascia, bragia ; du germanique : flamand brase ; ancien allemand, bras, feu, brasen, brûler ; suédois, brasa, feu vif ; anc. scandinave, brasa, souder, braser. Il y a aussi dans le celtique (gaélique) brath, conflagration.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    BRAISE. Ajoutez :
    Dans l'argot des ateliers, de la braise, de l'argent, c'est-à-dire de quoi faire bouillir la marmite.
    Là, ce dernier, pour montrer qu'il n'entrait pas en ménage sans braise, exhiba à son pays deux billets de 100 fr. [, Gaz. des Trib. 30-31 oct. 1876, p. 1061, 1re col.]

braise

BRAISE. n. f. Bois réduit en charbons ardents. Du bois qui fait de bonne braise. Des pommes de terre cuites sous la braise. Un gigot à la braise, Que l'on fait cuire dans un vaisseau entouré de braise.

Fig. et fam., Le rendre chaud comme braise, Se venger promptement de quelque tort qu'on a reçu ou Faire une repartie vive et prompte à un propos piquant. Il m'a joué un mauvais tour, mais je le lui ai rendu chaud comme braise.

Fig. et fam., Il a passé là-dessus comme chat sur braise, se dit de Quelqu'un qui, dans un discours ou dans un écrit, passe légèrement sur un article qu'il ne veut pas trop approfondir.

Fig. et fam., Tomber de la poêle dans la braise, Tomber d'un fâcheux état dans un pire.

Il se dit aussi des Charbons que les boulangers tirent de leur four et qu'ils éteignent ensuite pour les vendre, et du Bois dur carbonisé dans des meules que le charbonnier construit sur place.

braise

Braise, a bradzô, id est Ferueo. Hinc Braise, a feruore prunarum: et Brazier, Embrazer.

braise


BRAISE, s. f. [Brèze; 1re è moy. et long. 2e e muet.] Il se dit ordinairement des charbons ardens. — Mais on le dit aussi des charbons éteints, que vendent les Boulangers.
   On dit, proverbialement, dans le 1er sens, passer sur quelque chôse, comme chat sur braise; légèrement et sans apuyer. — Tomber de la poile dans la braise; d'un grand mal dans un mal encôre plus grand.
   *BRAISIER, s. m. C'est ainsi que ce mot est écrit dans un Journal; et c'est ainsi qu'il serait naturel et raisonable de l'écrire; ce mot venant de braise: mais l'usage est pour BRASIER. Voy. ce mot.

Traductions

braise

ember, embersאוד (ז), גחלת (נ), גַּחֶלֶתgloeiende kolen, sintelbrasaGlutascua, brasakekäledarab, izzó fa, parázs, széndarab, zsarátnokbarabraceгорячая зола, жар, уголёк (bʀɛz)
nom féminin
morceau de bois qui a brûlé et qui est encore chaud souffler sur les braises

braise

[bʀɛz] nfembers pl