brancard

brancard

n.m. [ du normand branque, branche ]
1. Bras de civière ; la civière elle-même : Transporter un blessé sur un brancard.
2. Chacune des deux pièces longitudinales d'une brouette, d'une voiture à bras.
3. Chacune des deux pièces de bois qui prolongent une voiture ou une machine agricole et entre lesquelles on attelle un animal de trait.
Ruer dans les brancards,
protester vivement ; se rebeller.

BRANCARD

(bran-kar ; le d ne se lie jamais : le bran-kar et le malade ; au pluriel l's ne se lie pas : les bran-kar et les malades ; mais plusieurs la lient ; les bran-kar-z et....) s. m.
Litière à bras sur laquelle on transporte un malade ou des objets fragiles.
M. de Villeroy se fit emporter sur un brancard à Villeroy [ST.-SIM., 62, 45]
Je disais que je me ferais porter en brancard, du mont Caucase où je demeure, sur les bords de l'Oronte, chez le grand Barmécide [VOLT., Mme de Choiseul, 11 févr. 1771]
Formant à la hâte un brancard de verdure,... .... nous marchons, Et dans ma grotte enfin mourant nous le couchons [LAMART., Joc. III, 95]
Faisant un brancard de nos bras [J. J. ROUSS., Ém. V]
Brancard d'une charrette, deux pièces de bois entre lesquelles est placé le cheval. Cheval de brancard. Mettre le cheval au brancard. Le brancard d'une voiture à timon et à quatre roues consiste en deux pièces de bois qui joignent le train de devant à celui de derrière, et sur lesquelles porte la voiture. Le brancard d'une berline. En ce sens, on dit aussi les brancards. L'un des brancards est rompu.

HISTORIQUE

  • XVe s.
    Icellui Gerart qui tenoit une fourquete en sa main, et le dit Olivier ung branquiart [gourdin] [DU CANGE, branchia.]
  • XVIe s.
    En une procession où l'on trainnoit par la ville des images des dieux sur des brancarts, l'un des chevaux qui les tiroient, faillit à tirer [AMYOT, Cor. 40]
    Les rusches avec les abeilles dedans seront portées par des hommes, non au col, ains avec un brancas [O. DE SERRES, 438]

ÉTYMOLOGIE

  • Branche.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    BRANCARD. Ajoutez :
    Nom qu'on donne dans les hôpitaux aux lits supplémentaires.
    Dans les cas urgents, elle [l'administration de l'assistance publique] n'hésite pas à faire dresser des couchettes supplémentaires, qu'en termes techniques on nomme des brancards, et qu'on installe momentanément dans le milieu des salles qui ne sont pas trop encombrées [MAXIME DU CAMP, Rev. des Deux-Mondes, 1er août 1870, p. 523]

brancard

BRANCARD. n. m. Chacune des deux pièces de bois longitudinales sur lesquelles repose la caisse d'une charrette ou de certaines voitures à quatre roues et qui se prolongent en avant pour permettre d'atteler un cheval entre elles.

Il se dit aussi de Deux pièces de bois cintrées qui s'adaptent à l'avant-train d'une voiture à deux roues et entre lesquelles on attelle un cheval.

Il se disait autrefois des Bras entre lesquels se plaçaient les porteurs d'une civière. Par extension, il désigne maintenant la Civière elle-même. Brancard de campagne. Brancard pour blessés, pour malades. Brancard d'hôpital.

brancard


BRANCARD, s. m. [1re lon.; le d ne se prononce jamais.] 1°. Lit portatif pour transporter un malade. = 2°. Pièce de bois longue, pliante et étroite, qui sert au train des chaises roulantes.

Traductions

brancard

stretcher, shaftאלונקה (נ), אֲלוּנְקָהdraagbaar, stretcherbarellaنَقَالَةnosítkabåreTragbahreφορείοcamillapaaritnosila担架들것(syke)bårenoszemacaносилкиbårเปลหามsedyecái cáng thương担架 (brɑ̃kaʀ)
nom masculin
sorte de lit sur lequel on transporte les blessés

brancard

[bʀɑ̃kaʀ] nm
(= civière) → stretcher
(= bras) → shaft