branle

branle

n.m.
Mouvement de va-et-vient ou de balancement : Le branle d'une cloche.
Mettre, se mettre en branle,
mettre, se mettre en mouvement, en action : Mettre en branle un vaste projet de réhabilitation d'un vieux quartier.

BRANLE

(bran-l') s. m.
Mouvement d'un corps qui va tantôt d'un côté tantôt de l'autre. Le branle d'une cloche. Sonner en branle, donner aux cloches tout le va-et-vient qu'elles peuvent avoir. À l'église c'était grande cérémonie.
cierges allumés, faux-bourdon, procession, cloches en branle [P. L. COUR., I, 268]
[O mer !] je ferme au branle de ta lame Mes regards fatigués du jour [LAMART., Méd. II, 21]
Elles ont dû se mouvoir du même branle que la matière du ciel [DESC., Monde, 9]
Tout est dans un branle perpétuel et par conséquent tout change [FONT., Les mondes, 6e soir.]
Ainsi de notre espoir la fortune se joue, Tout s'élève ou s'abaisse au branle de sa roue [CORN., Illus. comique, V, 5]
Qu'à son gré désormais la fortune me joue, On me verra dormir au branle de sa roue [BOILEAU, Épît. V]
Terme de physique. Espace parcouru par le régulateur d'une pendule dans une oscillation.
Fig. Impulsion donnée à une chose.
Je demande quel moteur a donné ce premier branle à la machine de l'univers [FÉN., Exist. 81]
C'est la cause secrète qui donne le branle à tous ces mouvements qui cesseraient aussitôt qu'on aurait su le véritable état de vos disputes [PASC., Prov. 18]
Il faut avouer que l'ordre de notre naissance donne presque le premier branle à celui de nos destinées [MASS., Villars.]
Je vais donner le branle et pousser à la roue [TRISTAN, Marianne, II, 4]
.... ce que je me propose Pourrait déjà donner un grand branle à la chose [BARON, l'Andrienne, III, 9]
Ce sont eux qui donnent le branle à la réputation [MOL., les Préc. 10]
Luther donne le branle à ces mouvements [BOSSUET, Var. 1]
La France commencait à donner le branle aux affaires de l'Europe [ID., le Tell.]
L'imprudence, la coutume, le respect humain, la cupidité, sont les grands ressorts qui donnent le premier branle aux diverses destinées des hommes [MASS., Carême, Vocation.]
Si nous remontions jusqu'à celui de leurs ancêtres qui donna le premier branle à l'infortune de sa postérité.... [ID., Carême, Enfant prodigue.]
Il donnait le branle et le mouvement à tout [ID., Villeroy.]
Claudius penchait tantôt d'un côté et tantôt d'un autre selon le branle qu'on lui donnait [PERROT D'ABL., Tacite, 339]
Mlle de Grignan donnera un branle à vos résolutions [SÉV., 441]
Familièrement. Être en branle, se mettre en branle, être, se mettre en mouvement pour faire une chose. Mettre quelqu'un en branle, lui donner le branle, le mettre en train, en disposition d'agir.
Espèce de danse. Le branle ou branle gai est le nom générique de toutes les danses où un ou deux danseurs conduisent tous les autres, qui répètent ce qu'ont fait les premiers. Le grand-père et le cotillon sont des branles. Il y a ou plutôt il y avait des branles sérieux ; ceux qu'on donnait aux bals de Louis XIV, et qui sont décrits dans le Maître à danser du sieur Rameau, étaient fort graves. Branle de sortie, retraite forcée et précipitée qu'on est obligé de faire en quittant un lieu ou une personne. Danser un branle de sortie.
Et que, quand on se frotte avec les courtisans, Les branles de sortie en sont fort déplaisants [RÉGNIER, Sat. X]
Fig. Mener le branle, ouvrir le branle, commencer le branle, c'est-à-dire donner le premier exemple d'une chose, être le chef d'une association d'intérêt ou de plaisir. Être fou comme le branle gai, comme branle gai, être d'une gaieté excessive. L'air sur lequel on danse un branle.
Lit des matelots, ainsi nommé à cause qu'il est suspendu. On dit aujourd'hui hamac.
Terme de manége. Branle de galop, mouvement que fait le cheval pour prendre le galop, ou action qu'il conserve dans cette allure.
Terme de fauconnerie. Vol de l'oiseau, lorsque, au-dessus de la tête du fauconnier, il tourne en battant des ailes et en remuant la queue.
Mâchoire d'étau.

HISTORIQUE

  • XVe s.
    ....Le pays d'Angleterre estoit en branle et en differend l'un contre l'autre [FROISS., II, II, 4]
    Les gens de pied dudit duc ne fuyrent point, si en furent-ilz en quelque bransle [COMM., VI, 6]
  • XVIe s.
    Si vous avez prins garde au bransle des quatre saisons [MONT., I, 86]
    Nous sentons nostre corps agité au branle de nos imaginations [ID., I, 92]
    Ceux qui donnent le bransle à un estat [qui le troublent] [ID., I, 121]
    Iray je songer au bransle du monde [l'ordre, la construction] ? [ID., I, 174]
    Aymer mieulx tumber une fois, que de demeurer tousjours en branle [ID., I, 251]
    Il apprenoit à danser aux chambrieres de leans les branles de Gascogne [MARG., Nouv. XXVIII]
    Il amena le premier à la cour les branles du haut Barrois [CARL., VI, 37]
    Ils se mirent à chanter force branles de Poitou [YVER, p. 573]
    Le troisieme est une barre faite en pince par un bout et par l'autre en douille, pour loger un pau, avec lequel elle a plus de branle [D'AUB., Hist. II, 372]
    Ce que vous ferez dans une heure donnera bon ou mauvais branle à tout le reste de votre vie, et vous fera roi ou rien [ID., ib. III, 184]
    Les prebstres de St Medard avoyent sonné leurs cloches à tout bransle [CONDÉ, Mémoires, 612]

ÉTYMOLOGIE

  • Voy. BRANLER ; bourguig. branne, sorte de danse.

branle

BRANLE. n. m. Oscillation, mouvement qui porte un corps tantôt d'un côté, tantôt de l'autre. Le branle d'une cloche. Mettre les cloches en branle.

Sonner en branle, Donner aux cloches tout le mouvement qu'elles peuvent recevoir.

Il signifie figurément Première impulsion donnée à quelque chose. Suivre le branle général.

Fig. et fam., Être en branle, se mettre en branle, Commencer à être en mouvement pour faire quelque chose, à être en action. Cet homme est paresseux; mais, quand il est une fois en branle, il en fait plus qu'un autre.

Fig. et fam., Donner le branle aux autres, mettre les autres en branle, Les mettre en mouvement, les mettre en train, en disposition d'agir. Donner le branle à une affaire, aux affaires, Les mettre en mouvement, leur donner une impulsion plus ou moins forte. C'est lui qui a donné le branle à cette affaire. On dit quelquefois absolument, dans l'un et dans l'autre sens, Donner le branle.

Il se disait autrefois d'une Espèce de danse où plusieurs personnes se tenaient par la main et se menaient tour à tour. Danser un branle. Mener un branle. Il se disait également de l'Air sur lequel on dansait un branle. Jouer, chanter un branle. Fig. et fam., Mener le branle, Donner le premier l'exemple de quelque chose; Être le chef d'une association d'intérêt ou de plaisir. On dit quelquefois de même Ouvrir le branle, commencer le branle.

branle


BRANLE, s. m. Agitation de ce qui est remué, tantôt d'un côté, tantôt de l'aûtre. Acad. Défaut d'arrêt, qui fait qu'une chôse s'agite en deçà et en delà. Trév. — Il s'emploie au figuré, mais seulement dans le style familier. — Être en branle, a deux sens; 1°. Comencer à se mettre en mouvement: "Il a de la peine à se remuer, mais quand il est en branle, il en fait plus qu'un aûtre. 2°. Être en doute, en suspens. "Il a été long-temps en branle s'il le feroit, ou non. — En branle; en disposition de.... "Je l'ai vu en branle de vendre sa charge. "On l'a mis en branle de terminer cette afaire. — Mettre les autres en branle; les mettre en train, en mouvement.
   Doner le branle, mettre en disposition d'agir. * Je n'aime point l'emploi de cette locution familière dans la phrâse suivante. "Après avoir doné, pour ainsi parler, le branle à son courage, il le pousse au-delà des justes bornes. Le, pour ainsi parler, ne corrige pas le baroque de cette expression. * Elle me paraît aussi déplacée dans cette période de Mascaron sur la bataille de Rocroi. "On demande si ce jour fut le dernier mirâcle de la vie du père (Louis XIII) ou le premier du regne du fils (Louis XIV;) si ce fut la suite du branle que le Roi mort avoit doné au bonheur de la France, ou le mouvement que le Roi avoit comencé d'imprimer à cette Monarchie. = Mouvement: en ce sens, est plus noble que branle; mais pour varier l'expression, l'Orateur s'est servi du dernier, qui est trop familier pour un discours d'aparat.
   2°. BRANLE est une espèce de danse de plusieurs persones, qui se tiènent par la main, et qui se mènent tour-à tour. — On le dit aussi de l'air sur lequel on danse le branle. — On dit, en ce sens, et en style proverbial: Mener le branle; mettre les aûtres en train, leur doner l'exemple. — Faire danser à quelqu'un un branle de sortie; le faire sortir. Style plaisant et comique.
   3°. BRANLE, espèce de lit suspendu, dont on se sert sur les vaisseaux. Coucher dans un branle.

Synonymes et Contraires

branle

nom masculin branle
Littéraire. Mouvement d'oscillation.
agitation, balancement, branlement, brimbalement, mouvement, tremblement.
Traductions

branle

Bewegung

branle

movimento

branle

اقتراح

branle

ruchu

branle

议案

branle

議案

branle

Motion

branle

モーション

branle

Motion

branle

เคลื่อนไหว

branle

[bʀɑ̃l] nm
mettre en branle → to set swinging
donner le branle à → to set in motion