brelandier, ière

BRELANDIER, IÈRE

(bre-lan-dié, diê-r') s. m. et f.
Terme de mépris. Celui, celle qui fréquente les brelans, qui joue continuellement aux cartes.
C'est un sale et indigne métier que de tromper ; mais c'est un métier pratiqué de tout temps par ce genre d'hommes que j'appelle des brelandiers [LA BRUY., 6]
Je ne souffrirai point qu'on trompe ma maîtresse.... Qu'elle épouse un joueur, un petit brelandier [REGNARD, Joueur, I, 2]
Adjectivement.
T'ai-je encore décrit la dame brelandière ? [BOILEAU, Sat. X]

HISTORIQUE

  • XIVe s.
    Icelui Tassin fu à Creil, où seoit la foire, et là trouva feu Pierre Hannetel bellengier, qui avoit mis et drecié son bellent pour ceulx qui y voudroient jouer et esbattre [DU CANGE, belencus.]

ÉTYMOLOGIE

  • Brelan.