brette


Recherches associées à brette: bretter

BRETTE

(brè-t') s. f.
Longue épée.
Charmon s'était fait secrétaire de cabinet pour le plaisir d'aller à Versailles et de porter une brette [SAINT-SIMON, 132, 215]
Tant de bras ont chargé sur lui tous à la fois, L'un l'affublant d'un sac et saisissant sa brette [HAUTEROCHE, Nobles de province, II, 1]
Familier.

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Brete, fleuret, espée rebattue pour l'escrime [, Dict. de MONET.]
    Combien qu'ils fussent bretons, toutefois ils n'étoient pas tonnans [Bretons bretonnans ou de la Basse-Bretagne : jeu de mots], et s'estoient meslés de faire de bons tours avec ces brettes [Bretonnes : jeu de mots], qui sont d'assez bonne voulenté, comme l'on dit ; toutefois, hors de combat [DESPER., Contes, v. Jouer de la brette [recourir à l'épée], OUDIN.]

ÉTYMOLOGIE

  • Brette, féminin de Breton, une femme de la Bretagne : Mme de Sévigné a dit : nous y vîmes une basse-brette, 77 ; et ici une sorte d'épée. D'après Ménage, c'était une longue épée qui se fabriqua d'abord en Bretagne ; il faut donc écarter l'étymologie de Diez, qui indique le scandinave bredda, couteau court, sabre. Il y avait des haquenées brettes, des targes brettes.

brette

BRETTE. n. f. Sorte de longue épée de combat. Il ne s'emploie plus guère.

brette


BRETTE, s. f. [Brète: 1re è moy. 2e e muet.] Longue épée. On ne le dit qu'en plaisantant: "Bateur de pavé, qui traîne par-tout une longue brette.