brevet

(Mot repris de brevets)

brevet

n.m. [ dimin. de 2. bref ]
1. Diplôme ou certificat délivré après examen par l'État : Passer le brevet des collèges à la fin de la troisième.
2. Titre officiel délivré pour protéger une invention ou un procédé et pour en garantir à l'auteur l'exploitation exclusive pendant vingt ans (on dit aussi brevet d'invention) : Déposer un brevet.
Brevet de technicien supérieur ou B.T.S.,
diplôme préparé en deux ans par les bacheliers ou par les personnes qui possèdent un titre de technicien ou d'agent technique.
Brevet d'études professionnelles ou B.E.P.,
diplôme français sanctionnant une formation de deux ans d'ouvrier ou d'employé qualifié.

BREVET

(brevè ; le t ne se lie pas dans le parler ordinaire ; au pluriel l's se lie : des brevets imprimés, dites : des bre-vè-z imprimés ; brevets rime avec traits, succès, paix) s. m.
Autrefois acte non scellé qu'expédiait un secrétaire d'État et par lequel le roi accordait un don, une pension, un bénéfice, une grâce ou un titre de dignité.
Je ne suis pas de ceux qui, ayant dessein de convertir des éloges en brevets, font des miracles de toutes les actions de monsieur le cardinal [VOIT., Lett. 74]
Une inspection générale sur la marine et l'autorité d'enseigner aux officiers toutes les nouvelles pratiques dont il était l'inventeur, le tout accompagné de 12000 livres de pension ; la maladie de M. de Seignelai retarda l'expédition des brevets nécessaires [FONTEN., Renau.]
Ducs à brevet, ducs à vie, par opposition aux ducs héréditaires. Justaucorps à brevet, sorte de justaucorps bleu à parements rouges, que quelques courtisans avaient droit de porter par brevet du roi. Au plur. Les chevaliers du Saint-Esprit qui portaient le cordon bleu. On laissait entrer les brevets au lever du roi. Fig. et familièrement.
Deux fripons à brevet, brigands accrédités [VOLT., Disc. 5]
Jamès et Mambrès étaient les sorciers à brevet de Pharaon [ID., Mœurs, Magie.]
Brevet d'assurance et retenue, acte par lequel le roi assurait une somme à payer par le titulaire d'une charge après le titulaire actuel.
Titre ou diplôme délivré au nom d'un gouvernement, d'un prince souverain. Il a reçu le brevet de sa pension. Ce marchand a le brevet de fournisseur de la cour, etc.
Commis à retirer les brevets des emplois Qui vous ont fait l'envie et la terreur des rois [ROTR., Bélis. V, 3]
Acte qui attribue un grade dans l'armée ou dans un ordre de chevalerie. Brevet d'officier. Brevet de la Légion d'honneur. Espèce de patente ou diplôme délivré par le gouvernement à ceux à qui il permet d'exercer certaines professions ou industries. Brevet d'imprimeur, de libraire. Brevet de capacité, constatation d'une certaine aptitude chez un individu. Brevet d'invention, d'importation, de perfectionnement, acte qui accorde le droit exclusif de fabriquer et de vendre à l'auteur d'une invention, d'un perfectionnement, ou de l'importation d'une invention ou d'un perfectionnement. Fig. et familièrement. Donner à quelqu'un brevet, son brevet d'étourdi, d'extravagant, c'est-à-dire le déclarer tel. On croirait qu'il a un brevet d'impunité.
En termes de pratique, acte en brevet, obligation, procuration dont le notaire ne garde pas la minute et qu'il délivre sans y mettre la formule exécutoire. Obligation, procuration par brevet.
Acte d'apprentissage, acte par lequel l'apprenti s'engage.
Talisman.
L'amoureuse Nérie Employa philtres et brevets [LA FONT., Coupe.]
Et pour gagner Paris, il vendit par la plaine Des brevets à chasser la fièvre et la migraine [CORN., Illusion, I, 3]
Vieux en ce sens. Le talisman était ainsi appelé parce qu'il consistait en paroles écrites sur un bref ou brevet.
Terme de teinturier. Décoction de garance et de son qu'on ajoute au bain d'indigo.

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Comment il trova à son chief En un petit brievet escrit Ce qui son nom bien li descrit [RUTEB., II, 149]
  • XVe s.
    ....le beau nisi [obligation] Ou ung brevet y ont ouvré [, Patelin, 376]
  • XVIe s.
    Montrant des brevets [talismans] qu'il avoit, attachez au col et au bras [MONT., III, 233]
    Feuilletant ces petits brevets descousus [des notes sur ses attaques de gravelle], comme des feuilles sibyllines, je.... [ID., IV, 273]
    Lors qu'elle de loing jecte un brevet [billet, talisman] dans ma flamme, Je le sentis soudain comme il me rhabilloit [LA BOÉTIE, 448]
    Estre enferré bien avant aux brevets des marchans usuriers et autres gens de main mise [, Contes d'Eutrapel, p. 78, Rennes, 1585]

ÉTYMOLOGIE

  • Diminutif de bref, subst. masc.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

  • BREVET. - HIST. Ajoutez :
  • XIVe s.
    Par dessus Dieudonné [un saint personnage].... Y avoit un brievet au Dieu commandement Qui devisoit son nom et sa vie ensement [, Hist. litt. de la Fr. t. XXVI, p. 122]

brevet

BREVET. n. m. Titre ou diplôme qui était délivré au nom de l'État. Il a reçu le brevet de sa pension, son brevet de colonel, de lieutenant, de capitaine. On dit encore Brevet de la Légion d'honneur.

Il se dit aussi, dans l'Université, de Certains diplômes de l'enseignement primaire et secondaire. Brevet élémentaire. Brevet supérieur. Brevet de capacité.

Brevet d'invention, Brevet que le gouvernement délivre à un inventeur, à l'auteur d'une nouvelle découverte, pour lui en assurer la propriété et l'exploitation exclusive pendant un certain nombre d'années. Obtenir un brevet d'invention. On dit dans un sens analogue Brevet de perfectionnement.

Fig. et fam., Donner à quelqu'un brevet, son brevet d'étourdi, d'extravagant, etc., Le déclarer tel. Il y a longtemps qu'il a son brevet de radoteur.

Brevet d'apprentissage, Acte par lequel un apprenti et un maître s'engagent réciproquement sous certaines conditions.

Acte en brevet, obligation, procuration par brevet, Acte, obligation, procuration dont le notaire ne garde pas la minute et qu'il délivre sans y mettre la formule exécutoire.

brevet

Brevet, et toute autre recognoissance, par laquelle on confesse devoir, avoir receu, ou autrement, quelque chose d'aucun, Litera.

Brevet, ou autre chose qu'on pend au col, ou qu'on lie au poignet, ou autre partie du corps, pour preserver ou guarir de quelque maladie ou poison, Periaptum, Periamma, periammatis, Amuletum, Alexipharmacum alligatum.

Passer brevet de la somme, Cauere pecuniam, et cauere chirographum, B. ex Scaeuola.

Le brevet passé, Cautum chirographum, Bud. ex Scaeuola.

brevet


BREVET, s. m. BRÉVETAIRE, s. m. BRÉVETER, v. a. [1re e muet au 1er, é fer. aux deux autres; 2e è moy. au 1er, e muet au 2e et 3e; la 3e est un è moyen et long au 2d, é fer. au 3e. — L'Acad. écrit ces trois mots sans acc. à la 1re: pâsse pour le 1er; mais dans les deux autres, ces deux e muet de suite ne sont pas dans l'analogie de la Langue. Le Rich. Port. met l' accent aigu au 2d et au 3e. Il serait mieux encore d'y mettre un acc. grâve, parce que l'è est moy. Brèvetaire, brèveter.] Brevet est une expédition non scellée, par laquelle le Roi acorde quelque grâce, quelque titre de dignité, etc. — Brèvetaire signifie, qui a obtenu un brevet, mais il ne se dit que de celui qui est porteur d'un brevet du Roi en matière bénéficiale. — Brèveter, c' est doner le brevet d'un Ofice, d'un emploi, d'une pension, etc.

Traductions

brevet

patent, commission, diplomaakte, diploma, getuigschriftpatenDiplom, Patentpatentebrevettoпатент專利patent특허patentสิทธิบัตร (bʀəvɛ)
nom masculin
1. diplôme avoir un brevet de secouriste
2. écrit officiel qui protège une invention

brevet

[bʀəvɛ] nm
(aussi brevet d'invention) → patent
(= certificat) → diploma, certificate (aussi brevet des collèges) school certificate, taken at about 16
brevet d'apprentissage nmcertificate of apprenticeship
brevet des collèges nm school certificate, taken at about 16
brevet d'invention nmpatent