brodequin

brodequin

n.m.
Forte chaussure, qui monte au-dessus de la cheville, utilisée pour le travail ou la marche.

brodequin

(bʀɔdəkɛ̃)
nom masculin
chaussure montante mettre des brodequins pour travailler sur un chantier

BRODEQUIN

(bro-de-kin) s. m.
Chaussure antique qui couvre le pied et une partie de la jambe.
Dès que la belle Aurore eut annoncé le jour, le fils d'Ulysse mit ses brodequins [FÉN., XXI, 457]
Eudore attache à ses pieds des brodequins gaulois formés de la peau d'une chèvre sauvage [CHATEAUB., Martyrs, 99]
Chaussure à l'usage des acteurs qui jouaient la comédie.
Eschyle dans le chœur jeta les personnages, D'un masque plus honnête habilla leurs visages, Sur les ais d'un théâtre en public exhaussé Fit paraître l'acteur d'un brodequin chaussé [BOILEAU, Art p. III]
Fig. La comédie.
Mais quoi ! je chausse ici le cothurne tragique ; Reprenons au plus tôt le brodequin comique [BOILEAU, Sat. X]
Chausser le brodequin, composer une comédie, jouer la comédie.
Bottines à l'usage des femmes et des enfants.
Gageons que son brodequin Nous cache un pied de bouquin [diable] [BÉRANG., Gott.]
Rougeur des pieds après un bain de pieds. Prenez le bain de pieds assez chaud pour qu'il se produise un brodequin.
Au plur. Brodequins, nom d'une espèce de torture, où l'on serrait les jambes du criminel entre des pièces de bois, avec des coins, sur lesquels on frappait pour augmenter le serrement.
Terme de manége. Sorte de petits bas à étrier à l'usage des jeunes académistes, et qui faisaient que la botte, bien remplie, ne grimaçait pas.

HISTORIQUE

  • XVe s.
    Le roy Richard mort, il fut couché sur une litiere, dedans un char couvert de brodequin tout noir [FROISS., liv. IV, p. 348, dans LACURNE SAINTE-PALAYE]
    Sur iceux chevaux avoit deux pages houssez de petits brodequins jaunes et sans esperons [OLIVIER DE LA MARCHE, Mém. liv. II, p. 534, dans LACURNE SAINTE-PALAYE]
  • XVIe s.
    Elle se leva toute seule et print des brodequins et son manteau [MARG., Nouv. X]
    Et, après qu'il eut fermé la porte et osté sa robe et ses brodequins fourrés, s'en alla se mettre au lit [ID., ib. XVIII]

ÉTYMOLOGIE

  • Espagn. borcegui ; ital. borzacchino ; du flamand broseken, anciennement brosekin, d'après Diez qui soupçonne que le mot flamand a été formé de byrsa, cuir, par interversion. Brodequin, dans l'ancien français, a signifié une sorte de cuir.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

  • BRODEQUIN. - ÉTYM. Ajoutez : D'après M. Dozy, ce mot représente l'arabe cherqui, cuir d'un certain mouton nommé cherc. L'ancien portugais ayant dit moresquil et mosequin, M. Dozy y voit cherqui avec l'addition portugaise de mo, qui se trouve aussi en d'autres mots ; puis mo s'est changé, comme cela est facile, en bo.

brodequin

BRODEQUIN. n. m. Chaussure de peau ou d'étoffe qui couvre le pied et le bas de la jambe et se lace sur le dessus du pied. Une paire de brodequins.

Il s'oppose à Cothurne, pour désigner la Chaussure que portaient les acteurs de comédie chez les anciens. Fig. Chausser le brodequin, Composer une comédie ou Se faire acteur dans la comédie. Quitter le brodequin pour prendre le cothurne, etc.

BRODEQUINS, au pluriel, s'est dit d'une Sorte de question qui se donnait avec des planches et des coins dont on serrait fortement les jambes de l'accusé.

brodequin

Brodequin, Une maniere de brodequin ancien duquel usoient hommes et femmes, Soccus.

Une façon de brodequin à veneur qui empoignent le gras de la jambe, Cothurnus.

Ce brodequin est bien fait à ton pied, Conuenit optime ad pedem cothurnus.

Femmes qui ont des brodequins chaussez, Matronae petasatae.

brodequin


BRODEQUIN, s. m. [Brode-kein, 2e. e muet.] Sorte de chaussûre antique, qui couvre le pied et une partie de la jambe, et qui n'est en usage que dans certaines cérémonies. Mettre les brodequins à un Évêque: on chausse des brodequins aux Rois à leur sacre. = C'est aussi une chaussûre dont se servent les Acteurs des Tragédies. — On dit figurément chausser le brodequin, faire une Tragédie; ou se servir, dans tout aûtre ouvrage, d'un style tragique, ampoulé, boursouflé. "Il a quité le cothurne pour le brodequin, la comédie pour s'adoner à la Tragédie.
   BRODEQUINS, au pluriel, espèce de tortûre, de question qu'on done avec des planches et des coins, dont on se sert pour serrer fortement les jambes d'un acusé.

Traductions

brodequin

scarpone