brouiller

(Mot repris de brouillassions)

brouiller

v.t. [ de l'anc. fr. brou, bouillon ]
1. Mettre en désordre ; mêler en agitant : Brouiller des dossiers mélanger battre
2. Rendre trouble : Produit qui brouille une solution chimique troubler embrouiller
3. Faire cesser la bonne entente qui régnait entre des personnes : Il a réussi à brouiller les familles désunir, fâcher ; réconcilier
4. Rendre inaudible : Brouiller une émission de radio parasiter
Être brouillé avec qqch,
ne pas avoir d'aptitude pour cela : Elle est brouillée avec la physique.

se brouiller

v.pr.
1. Devenir trouble, confus : Ma vue se brouille. Les souvenirs se brouillent dans ma tête s'emmêler
2. Cesser d'être en bons termes avec qqn : Elle s'est brouillée avec ses amis se fâcher
3. Devenir gris, pluvieux, en parlant du temps se gâter

brouiller


Participe passé: brouillé
Gérondif: brouillant

Indicatif présent
je brouille
tu brouilles
il/elle brouille
nous brouillons
vous brouillez
ils/elles brouillent
Passé simple
je brouillai
tu brouillas
il/elle brouilla
nous brouillâmes
vous brouillâtes
ils/elles brouillèrent
Imparfait
je brouillais
tu brouillais
il/elle brouillait
nous brouillions
vous brouilliez
ils/elles brouillaient
Futur
je brouillerai
tu brouilleras
il/elle brouillera
nous brouillerons
vous brouillerez
ils/elles brouilleront
Conditionnel présent
je brouillerais
tu brouillerais
il/elle brouillerait
nous brouillerions
vous brouilleriez
ils/elles brouilleraient
Subjonctif imparfait
je brouillasse
tu brouillasses
il/elle brouillât
nous brouillassions
vous brouillassiez
ils/elles brouillassent
Subjonctif présent
je brouille
tu brouilles
il/elle brouille
nous brouillions
vous brouilliez
ils/elles brouillent
Impératif
brouille (tu)
brouillons (nous)
brouillez (vous)
Plus-que-parfait
j'avais brouillé
tu avais brouillé
il/elle avait brouillé
nous avions brouillé
vous aviez brouillé
ils/elles avaient brouillé
Futur antérieur
j'aurai brouillé
tu auras brouillé
il/elle aura brouillé
nous aurons brouillé
vous aurez brouillé
ils/elles auront brouillé
Passé composé
j'ai brouillé
tu as brouillé
il/elle a brouillé
nous avons brouillé
vous avez brouillé
ils/elles ont brouillé
Conditionnel passé
j'aurais brouillé
tu aurais brouillé
il/elle aurait brouillé
nous aurions brouillé
vous auriez brouillé
ils/elles auraient brouillé
Passé antérieur
j'eus brouillé
tu eus brouillé
il/elle eut brouillé
nous eûmes brouillé
vous eûtes brouillé
ils/elles eurent brouillé
Subjonctif passé
j'aie brouillé
tu aies brouillé
il/elle ait brouillé
nous ayons brouillé
vous ayez brouillé
ils/elles aient brouillé
Subjonctif plus-que-parfait
j'eusse brouillé
tu eusses brouillé
il/elle eût brouillé
nous eussions brouillé
vous eussiez brouillé
ils/elles eussent brouillé

BROUILLER

(brou-llé, ll mouillées, et non brouyé) v. a.
Mettre pêle-mêle, mêler. On a brouillé mes papiers.
Un des noms reste encore, et le prélat par grâce Une dernière fois les brouille et les ressasse [BOILEAU, Lutr. I]
Absolument.
Elles filaient si bien, que les sœurs filandières Ne faisaient que brouiller auprès de celles-ci [LA FONT., Fabl. V, 5]
Fig. Brouiller les cartes, semer la discorde, mettre le désordre. Dans le même sens :
Tu courus chez Satan brouiller de nouveaux fils [BOILEAU, Sat. XI]
Brouiller des œufs, les battre et les mêler. Brouiller du vin, remuer du vin dans un tonneau, dans une bouteille, de manière que le dépôt se mêle avec le vin, ce qui le trouble. Brouiller le teint, en troubler l'uni et la fraîcheur.
Ma mère en est la cause ; et ce qu'elle me dit Me brouille tout le teint, me sèche et m'enlaidit [REGNARD, Distrait, III, 1]
Brouiller une serrure, la déranger.
Fig. Brouiller les affaires. Brouiller la vue. Brouiller l'esprit, les idées. L'amour lui a brouillé la cervelle.
Brouiller la populace [CORN., Perthar. III, 4]
Elle brouille tout notre sort [ID., Héracl. V, 1]
Là ma douleur trop forte a brouillé ces images [ID., Poly. I, 3]
Je n'ai qu'à dire un mot pour brouiller bien des choses [ID., Othon, IV, 1]
Les soucis, les ennuis nous brouillèrent la tête [RÉGNIER, Sat. VI]
L'empereur Constance brouillait tout dans l'Église [BOSSUET, Hist. II, 12]
Les hommes brouillaient les idées qu'ils avaient reçues [ID., Hist. II, 2]
Hérode brouille toutes choses [ID., Hist. II, 5]
Les musiciens ont étrangement brouillé ces distinctions [J. J. ROUSS., Ém. II]
Ronsard qui le suivit, par une autre méthode, Réglant tout, brouilla tout, fit un art à sa mode [BOILEAU, Art p. I]
Non, non ; faisons toujours ce que le ciel prescrit, Et d'aucun autre soin ne nous brouillons l'esprit [MOL., Tart. IV, 1]
J'avais les plus belles pensées du monde, et vos discours m'ont brouillé tout cela [ID., Festin, I, 2]
Brouiller quelqu'un, lui ôter la netteté de ses idées, l'embarrasser.
Ce mot de grâce me brouille, je n'y suis point accoutumé [PASC., Provinc. 4]
Les détails frivoles de son domestique le brouillent comme les affaires les plus importantes [VAUVENARGUES, La libéralité.]
Sévère incessamment brouille ma fantaisie [CORN., Poly. III, 1]
Confondre les choses en parlant.
Que nous brouilles-tu ici de ma fille ? [MOL., l'Avare, IV, 3]
Brouiller du papier, barbouiller du papier, écrire des choses inutiles.
Désunir des amis. Ils s'efforçaient de me brouiller avec vous.
J'aurai pu jusqu'ici brouiller tous les chapitres [BOILEAU, Lutrin, I]
Plus on veut les brouiller, plus on va les unir [RACINE, Andr. I, 1]
La déesse Discorde ayant brouillé les dieux, Et fait un grand procès là-haut pour une pomme [LA FONT., Fabl. VI, 20]
Ah ! ne me brouillez point avec la république [CORN., Nicom. II, 3]
V. n. Semer l'intrigue et le trouble.
Appréhendant que les Français tranquilles chez eux ne portassent du secours aux rebelles des Pays-Bas, il saisit avidement cette occasion de brouiller [ANQUET., Ligue, II, 254]
Se brouiller, v. réfl. Se troubler. devenir confus. Ma mémoire se brouille.
Les affaires de Babylone se brouillent ; et le temps marqué par les prophéties pour le rétablissement de Juda arrive parmi tous ces troubles [BOSSUET, Hist. II, 4]
Tout se brouille en Occident [ID., Hist. I, 11]
Les affaires de l'empire se brouillaient d'une terrible manière [ID., Hist. I, 10]
Les affaires parurent ensuite se brouiller un peu [ID., Relat.]
Cela s'était brouillé dans ma tête [SÉV., 462]
Les idées se brouillent dans l'esprit du monde le plus net [BOSSUET, Nouv. myst. 10]
Le temps se brouille, le ciel se couvre de nuages ; et figurément :
Le jeudi, le temps se brouilla [les affaires allèrent mal] [SÉV., 12]
Se brouiller en parlant, s'embarrasser, se troubler.
Cesser d'être ami. Il se brouilla avec tous ses parents.
Licinius se brouille avec lui [BOSSUET, Hist. I, 10]
Pompée et César s'unissent par intérêt et puis se brouillent par jalousie [ID., Hist. III, 7]
Se brouiller avec, renoncer à....
Et ne nous brouillons point avec nos bons destins [CORN., Sertor. IV, 2]
Les jansénistes ne se brouillent ni avec la foi ni avec la raison [PASC., Prov. 2]
Familièrement. Se brouiller avec la justice, faire quelque action qui expose à être poursuivi en justice.
Je n'ai pas l'esprit comme toi de me brouiller avec la justice [MOLIÈRE, Fourb. I, 2]
10° Terme de manége. On dit qu'un cheval se brouille quand, trop ardent, il confond ses mouvements, ou quand il ne peut bien se manier par la faute de celui qui le monte.

SYNONYME

  • BROUILLER, EMBROUILLER. Brouiller est le simple, sans aucune idée accessoire ; aussi peut-il également s'employer en bien comme en mal : on brouille des drogues, on brouille des œufs, c'est-à-dire on les mélange comme ces substances doivent être mélangées. Au contraire, embrouiller a toujours un sens défavorable : c'est porter un brouillement qui trouble et qui met le désordre. Puis, même dans les cas où ces deux verbes ont le même sens, c'est-à-dire expriment désordre et confusion, ils n'ont pas le même emploi : brouiller est encore ici plus général : on brouille toute espèce de chose, du vin, des papiers, du fil ; mais on n'embrouille que ce qui, étant brouillé, se trouve dérangé et mal en ordre. Par une conséquence analogue d'idées, embrouiller implique maladresse, malhabileté, ce que brouiller n'implique pas du tout : brouiller les affaires peut être un acte d'habileté, malfaisante sans doute, mais réelle ; tandis que embrouiller les affaires, c'est y porter le désordre par défaut d'intelligence et de lumières.

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Nus poissonniers de Paris ne puet ne ne doit brooueiller poisson, come morue salée, maqueriau salé et harenc blanc [, Liv. des mét. 272]
  • XVe s.
    Meschant est qui te brouille [qui mêle le vin avec de l'eau] ; Je parle aux taverniers [BASSELIN, XVIII]
    Vecy un passage que je ne sçay comment tu feras passer ton acteur [auteur] parmi, sans estre broullié beaucop ; car il est moult estroit [G. CHAST., Exposition sur verité.]
    Hélas ! avocats emparlés, Mainte fois nous avez brouillés, Et maintenus en plaidoyers [MONSTREL., Complainte du commun de France.]
    Il n'eut guere allé, avant que le ventre lui brouillast tellement qu'il fut contraint de.... [LOUIS XI, Nouv. LXXIX.]
  • XVIe s.
    Combien qu'aujourd'hui beaucoup de sottes bestes se meslent de brouiller le papier [CALV., 313]
    Soillez, broillez de leur sang, pluye et fanges [J. MAROT, V, 138]
    Peut estre aussi que les ans, Après un long et long aage, Par estrangers courtisans Brouilleront nostre langage [DU BELLAY, III, 34, recto.]
    Que l'eternelle tempeste Qui brouille dedans ma teste Mille tourbillons enclos [ID., III, 78, recto.]
    Là fut le vase, où les sorts se brouilloient [ID., IV, 40, verso.]
    .... car la guerre en avoit la serrure brouillée [ID., VI, 33, recto.]
    Il bat et brouille l'eau pour d'aultres pescheurs [MONT., I, 121]
    Les avirons desrobbant le vaisseau soubs nous, je me sens brouiller la teste et l'estomach [ID., IV, 4]
    Si ta force et vertu [du vin] surprend Et brouille nostre fantasie [JEAN LEHOUX, XII]
    Nous l'augmentons, et la brouillons encore d'avantage [la colère] [AMYOT, Comment refrén. la col. 42]
    Un vin brouillé et demy d'eau [STRAPAROLE, Nuits, t. II, p. 160, dans LACURNE SAINTE-PALAYE]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. bruelhar, brolhar, bruillar, bourgeonner, surgir ; catal. brollar, même sens ; ital. brogliare, brouiller, remuer ; d'après Diez, du même radical que breuil (voy. ce mot) ; la série des sens étant bourgeonner, surgir, pousser, remuer, troubler. On ne peut le rattacher à brouillard, qui, en raison de la forme brouas, ne concorde pas par les lettres, et qui n'a pas le sens de brouiller. Scheler, écartant le prov. brolhar, voit dans brouiller l'all. brudeln, bouillonner.

brouiller

BROUILLER. v. tr. Mettre pêle-mêle. Il a brouillé tous ses papiers. Un plat d'oeufs brouillés.

Brouiller les cartes, Les mêler avant de jouer. Il signifie, figurément et familièrement, Chercher à mettre du trouble dans une affaire, à l'embrouiller.

Il signifie aussi Rendre confus, trouble, déranger, altérer, en parlant de choses matérielles qui ne peuvent être mêlées. Brouiller du vin, Remuer un tonneau, une bouteille de vin, en sorte que la lie ou le sédiment se mêle avec la liqueur. Cette potion, ce sirop se brouille. Brouiller une serrure, En déranger les ressorts, l'empêcher de fonctionner. Brouiller les verres d'une lunette, Brouiller une lunette, Rendre troubles les verres d'une lunette, en détruire la transparence. Brouiller le teint, Causer une altération dans le coloris du teint. Ce mouvement de bile lui a brouillé le teint.

Brouiller la vue, Rendre la vue trouble.

Le temps se brouille, Le beau temps se gâte.

Il signifie aussi figurément Bouleverser, confondre, troubler, en parlant de choses morales, ou même des personnes. Brouiller les affaires. Les affaires se brouillent de tous côtés. Cet homme, si l'on n'y prend garde, brouillera tout. L'amour lui a brouillé la cervelle, lui a brouillé l'esprit. Ce que vous venez de lui dire a brouillé toutes ses idées. Son cerveau se brouille. On dit plus fréquemment dans ce sens EMBROUILLER.

Il signifie encore figurément Mettre la désunion, la mésintelligence entre des personnes qui vivaient bien ensemble. Brouiller deux amis. L'intérêt, la rivalité les a brouillés. On les a brouillés par de faux rapports. Ces deux amis se sont brouillés. Il s'est brouillé avec toute sa famille.

Fig. et fam., Cet homme est brouillé avec le bon sens, Il n'est pas raisonnable, il est extravagant. Il est brouillé avec la grammaire, Il parle ou écrit incorrectement.

Fam., Se brouiller avec la justice, S'exposer aux poursuites de la justice par quelque méfait.

brouiller

Brouiller, Confundere, Miscere, Turbare.

Brouiller toute une affaire, Mare coeli miscere.

Synonymes et Contraires

brouiller

verbe brouiller
2.  Rendre trouble, confus.
3.  Désunir des personnes.

brouiller (se)

Traductions

brouiller

scramble, befog, cloud, dim, interfere with, perturb, blur, jam, disquiet, smear, bemuse, disturb, distract, interferebenevelen, verdoezelen, storingveroorzaken, door elkaar schudden, in de war brengen, onmin zaaien (tussen), spaak/in het honderd doen lopen, vermengen, vertroebelen, vervagen [herinnering], verwarren, storen, storing veroorzakenבלבל (פיעל), סכסך (פיעל), ערפל (פיעל), סִכְסֵךְ, עִרְפֵּלbenewelnebuligi, perturbicausar perturbação, perturbarverschwimmenappannare, confondere, imbrogliare, offuscare (bʀuje)
verbe transitif
1. rendre trouble brouiller la vue
2. figuré rendre confus brouiller les idées

brouiller

[bʀuje] vt
(= rendre confus) → to mix up, to confuse
brouiller les pistes → to cover one's tracks (fig) → to confuse the issue
(RADIO) → to cause interference to; (délibérément) → to jam
(= rendre trouble) → to cloud
(= désunir) [+ amis] → to set at odds [bʀuje]
vpr/pass [ciel, vue] → to cloud over; [détails] → to become confused
vpr/vi [amis] → to fall out
se brouiller avec → to fall out with