brouter

(Mot repris de broutiez)

brouter

v.t. [ de l'anc. fr. brost, pousse ]
Manger l'herbe ou les jeunes pousses en les arrachant sur place, en parlant du bétail : Les vaches broutent l'herbe du pré paître
v.i.
Tourner, fonctionner par à-coups, en parlant d'un mécanisme : Embrayage qui broute.

brouter


Participe passé: brouté
Gérondif: broutant

Indicatif présent
je broute
tu broutes
il/elle broute
nous broutons
vous broutez
ils/elles broutent
Passé simple
je broutai
tu broutas
il/elle brouta
nous broutâmes
vous broutâtes
ils/elles broutèrent
Imparfait
je broutais
tu broutais
il/elle broutait
nous broutions
vous broutiez
ils/elles broutaient
Futur
je brouterai
tu brouteras
il/elle broutera
nous brouterons
vous brouterez
ils/elles brouteront
Conditionnel présent
je brouterais
tu brouterais
il/elle brouterait
nous brouterions
vous brouteriez
ils/elles brouteraient
Subjonctif imparfait
je broutasse
tu broutasses
il/elle broutât
nous broutassions
vous broutassiez
ils/elles broutassent
Subjonctif présent
je broute
tu broutes
il/elle broute
nous broutions
vous broutiez
ils/elles broutent
Impératif
broute (tu)
broutons (nous)
broutez (vous)
Plus-que-parfait
j'avais brouté
tu avais brouté
il/elle avait brouté
nous avions brouté
vous aviez brouté
ils/elles avaient brouté
Futur antérieur
j'aurai brouté
tu auras brouté
il/elle aura brouté
nous aurons brouté
vous aurez brouté
ils/elles auront brouté
Passé composé
j'ai brouté
tu as brouté
il/elle a brouté
nous avons brouté
vous avez brouté
ils/elles ont brouté
Conditionnel passé
j'aurais brouté
tu aurais brouté
il/elle aurait brouté
nous aurions brouté
vous auriez brouté
ils/elles auraient brouté
Passé antérieur
j'eus brouté
tu eus brouté
il/elle eut brouté
nous eûmes brouté
vous eûtes brouté
ils/elles eurent brouté
Subjonctif passé
j'aie brouté
tu aies brouté
il/elle ait brouté
nous ayons brouté
vous ayez brouté
ils/elles aient brouté
Subjonctif plus-que-parfait
j'eusse brouté
tu eusses brouté
il/elle eût brouté
nous eussions brouté
vous eussiez brouté
ils/elles eussent brouté

BROUTER

(brou-té) v. a.
Manger sur place l'herbe ou les feuilles des arbres.
L'agneau broute le serpolet, La chèvre s'attache au cytise [LAMART., Harm. I, 7]
....le cerf hors de danger Broute sa bienfaitrice [la vigne] ; ingratitude extrême [LA FONT, Fabl. V, 15]
Par extension.
Nous [abeilles] ne broutons que des fleurs odoriférantes ; nous ne faisons que du miel délicieux [FÉN., XIX, 46]
Tandis que des hommes créés à l'image de Dieu et rachetés de tout son sang, broutent l'herbe comme des animaux, auriez-vous la force d'y être le seul heureux ? [MASS., Carême, Aumône.]
Absolument.
Dès que les chèvres ont brouté, Certain esprit de liberté Leur fait chercher fortune.... [LA FONT., Fabl. XII, 4]
Fig. et familièrement. L'herbe sera bien courte s'il ne trouve de quoi brouter, se dit de celui qui sait vivre, se tirer d'embarras là où d'autres ne le sauraient pas.
Terme de métier qui se dit d'un outil ne coupant pas le bois nettement, et en rendant la surface inégale, par comparaison avec l'effet de la dent des animaux qui broutent.

PROVERBE

    Où la chèvre est attachée il faut qu'elle broute, se dit pour exprimer que le mieux est de se conformer à son sort, à sa situation, à la nécessité.

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    Plus que la chievre ne s'apese Des chous bruster, s'ele en a ese [BENOIT, II, 12655]
  • XIVe s.
    Dame, dist Bauduins, par la vertut discrée, Kievre convient brouster là où est assenée [, Baud. de Seb. X, 347]
  • XVIe s.
    Sus, grand toreaux, et vous brebis petites, Allez au tect, assez avez brousté [MAROT, III, 303]

ÉTYMOLOGIE

  • Wallon broster ; bourguignon, brôttai ; provenç. brostar, brouter, ronger, brost, rongé (voy. BROUT). Brouter, dans le sens de mal couper, a donné dans les métiers broutement et broutage, au sens de saccade.

brouter

BROUTER. v. tr. Paître; manger l'herbe ou les feuilles des arbres. Il ne se dit guère qu'en parlant de l'Herbe qui tient à la terre et des Feuilles attachées à l'arbre. Les moutons broutent l'herbe. Les chèvres broutent la feuille, le bourgeon, etc. Brouter la verdure.

Absolument, Ses moutons broutaient dans mon pré. L'endroit où les moutons ont brouté. La chèvre peut brouter quatre à cinq heures de suite.

Prov. et fig., Où la chèvre est attachée, il faut qu'elle broute, On doit se résoudre à vivre dans l'état où l'on se trouve engagé, dans le lieu où l'on est établi.

brouter


BROUTER, v. act. [Brou-té: 2e é fer.] Au propre, paître, manger l'herbe, la feuille des arbres. "Brouter l'herbe nouvelle. — Au figuré (style proverbial), on l'emploie neutralement. "Il faut que la vache (ou la chèvre) broute où elle est attachée; il faut vivre de son métier et dans le lieu où l'on a son établissement. "Je comprends qu'on peut être étoné de trouver parmi les Dames de Montelimart ce qui conviendroit si fort ailleurs; mais on broute où l'on est ataché. SÉV. — On dit aussi, d'un homme qui a de l'industrie: que l'herbe serait bien courte, s'il ne trouvait de quoi brouter.

Traductions

brouter

graze, crop, browseליחן (פיעל), רעה (פ'), רָעָהafgrazen, afweiden, grazen, met horten en stoten werken, stokken [machine]ratternbrucare (bʀute)
verbe transitif
arracher pour manger Les moutons broutent l'herbe.

brouter

[bʀute]
vt → to graze on
vi
[ruminant] → to graze
(AUTOMOBILES) → to judder