bruire

bruire

v.i. [ du lat. brugere, braire, et rugire, rugir ]
Litt. Faire entendre un bruissement : Les feuilles du tilleul bruissent dans la brise murmurer

bruire

(bʀɥiʀ)
verbe intransitif
bruisser de l'eau qui bruit

bruire


Participe passé: bruirei
Gérondif: bruireissant

Indicatif présent
je bruireis
tu bruireis
il/elle bruireit
nous bruireissons
vous bruireissez
ils/elles bruireissent
Passé simple
je bruireis
tu bruireis
il/elle bruireit
nous bruireîmes
vous bruireîtes
ils/elles bruireirent
Imparfait
je bruireissais
tu bruireissais
il/elle bruireissait
nous bruireissions
vous bruireissiez
ils/elles bruireissaient
Futur
je bruireirai
tu bruireiras
il/elle bruireira
nous bruireirons
vous bruireirez
ils/elles bruireiront
Conditionnel présent
je bruireirais
tu bruireirais
il/elle bruireirait
nous bruireirions
vous bruireiriez
ils/elles bruireiraient
Subjonctif imparfait
je bruireisse
tu bruireisses
il/elle bruireît
nous bruireissions
vous bruireissiez
ils/elles bruireissent
Subjonctif présent
je bruireisse
tu bruireisses
il/elle bruireisse
nous bruireissions
vous bruireissiez
ils/elles bruireissent
Impératif
bruireis (tu)
bruireissons (nous)
bruireissez (vous)
Plus-que-parfait
j'avais bruirei
tu avais bruirei
il/elle avait bruirei
nous avions bruirei
vous aviez bruirei
ils/elles avaient bruirei
Futur antérieur
j'aurai bruirei
tu auras bruirei
il/elle aura bruirei
nous aurons bruirei
vous aurez bruirei
ils/elles auront bruirei
Passé composé
j'ai bruirei
tu as bruirei
il/elle a bruirei
nous avons bruirei
vous avez bruirei
ils/elles ont bruirei
Conditionnel passé
j'aurais bruirei
tu aurais bruirei
il/elle aurait bruirei
nous aurions bruirei
vous auriez bruirei
ils/elles auraient bruirei
Passé antérieur
j'eus bruirei
tu eus bruirei
il/elle eut bruirei
nous eûmes bruirei
vous eûtes bruirei
ils/elles eurent bruirei
Subjonctif passé
j'aie bruirei
tu aies bruirei
il/elle ait bruirei
nous ayons bruirei
vous ayez bruirei
ils/elles aient bruirei
Subjonctif plus-que-parfait
j'eusse bruirei
tu eusses bruirei
il/elle eût bruirei
nous eussions bruirei
vous eussiez bruirei
ils/elles eussent bruirei

BRUIRE

(bru-i-r'. Autrefois, dans bruire, brui était monosyllabe comme dans bruit ; aujourd'hui il est dissyllabe) v. n.Verbe défectif, usité seulement à l'infinitif ; au présent singulier de l'indicatif : je bruis, tu bruis, il bruit ; à l'imparfait : je bruyais, et les autres personnes ; au futur et au conditionnel : je bruirai, je bruirais ; et aux temps composés : il a bruit.
Rendre un son confus. Le vent bruit dans la forêt.
Les serpents à sonnettes bruyaient de toutes parts [CHATEAUBR., Atala, 252]
Mais quoi ! n'entends-je pas, avec de sourds murmures, De ta base à ton front bruire les armures, Colonne.... ? [V. HUGO, Odes, III, 7]
Faire bruire, faire retentir. Fig. Faire bruire ses fuseaux, faire grand bruit dans le monde.
Vous voyez depuis un temps que le vin émétique fait bruire ses fuseaux [MOL., Festin, III, 1]

REMARQUE

  • L'imparfait ancien et grammatical de bruire est je bruyais ; toutefois l'usage commence à en introduire un autre : Les insectes bruissaient sous l'herbe, BERNARDIN DE ST-PIERRE, dans GIRAULTDUVIVIER ; La ville.... Bruissait à ses pieds comme une ruche pleine, LAMARTINE. Ce serait absolument un barbarisme si cet imparfait ne s'appuyait sur son analogie avec bruissement. Pour que bruissement se soit établi, il faut supposer une conjugaison irrégulière et fautive, qui a pris ce verbe comme si, s'écrivant bruir, il se conjuguait sur finir, et d'après laquelle l'imparfait je bruissais s'est formé. C'est de la même façon qu'on a fait un participe bruissant, et un subjonctif que je bruisse. Ce sont des procédés que l'usage tente pour combler les lacunes du verbe bruire devenu à tort défectif.

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    Bruient li mont, et li val resona [, Ronc. p. 85]
  • XIIIe s.
    ....Et jure entre ses denz Que quiconques il doie nuire, Si fera il ses grenons [mâchoires] bruire Ou de chapons ou de gelines [, Ren. 5012]
    Vers une riviere m'adresce Que j'oï près d'ilecques bruire [, la Rose, 105]
    Car quant el [Peur] ot bruire le vent, Ou ele ot saillir deus langotes [sauterelles], Si l'en prennent fievres et gotes [, ib. 3896]
    La riviere qui bruit [RUTEB., 251]
    Tiex gens ne vont pas seuls en enfer le puant, Que leurs hoirs et leurs fames vont après eus bruant, Où il ne trouveront qui les aille chuant [choyant], Ains seront tuit ensemble tormenté li truant [J. DE MEUNG, Test. 1982]
  • XVIe s.
    Et qu'il n'y ait gros canon raccourcy, Qui ceste nuit ne bruye par outrance [MAROT, II, 296]
    Tu dois en los par sus Mercure bruire [ID., II, 378]
    Un cler ruisseau bruyant près de l'umbrage [ID., III, 293]
    Sans fin bruira le nom et gloire de ce roy nompareil [ID., IV, 299]
    Si faut-il toutefois que Bellay s'esvertue, Aussi bien que la mer, de bruire ta vertu [DU BELLAY, VI, 43, verso.]
    Les grosses citez, que font-elles, sinon tirer tous les profits qu'elles peuvent, faire bruire leurs privileges, et jetter sur le pauvre peuple champestre toutes les charges et les miseres ? [LANOUE, 13]
    La jeunesse de la cour bruyoit de ce voyage et s'en rejouissoit [CARL., IV, 10]
    Dès aujourd'huy je feray bruyre [annoncer] mon partement de ce lieu [ID., VI, 40]
    Si commencerent adonc les Romains à faire bruire des bassins et autres vaisseaux de cuivre [AMYOT, P. Aem. 29]
    Il me dist que c'estoient toutes bayes ce qu'on bruyoit par deça de la licorne [PARÉ, Mumie, 7]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. bruzir, brugir ; anc. catal. brugir ; ital. bruire. Ménage propose, et Diez incline à admettre rugire, rugir, avec l'addition d'un b pour renforcer le mot. Il y a dans le celtique : bas-breton, brûd, bruit ; kymri, broth ; irland. bruidhean, qui sont tentants, mais on ne voit pas comment, de ces mots, le g qui se trouve dans le provençal et le catalan serait venu. Bruire a été actif dans le XVIe siècle.

bruire

BRUIRE. (Il n'est guère usité qu'à l'infinitif, à la troisième personne du singulier du présent de l'indicatif et aux troisièmes personnes de l'imparfait. Il bruit. Il bruissait, ils bruissaient.) v. intr. Rendre un son confus. On entend bruire les vagues, le vent, les feuilles. Le vent bruit dans la forêt. Les flots bruissaient.

bruire

Bruire, Tonare, Detonare, Edere strepitum, Fremere, Murmurare, Sonare, Personare.

Fort bruire, Percrepare, Perfremere.

Bruire et retentir de toutes parts, Circunsonare.

Tout le peuple en bruit, In ore est omni populo.

Quand ils bruoyoient de ce, Haec cum streperent,

Les trompettes bruyent et retentissent, Concinunt signa et tubae.

Aucunement bruyant, Argutus, Subargutulus.

bruire


BRUIRE, v. n. Il ne se dit qu'à l'infinitif et à l'imparfait de l'indicatif: il bruyoit. On dit, dans le Dict. Gramm., qu'il a un double participe, bruyant et bruissant: et que le 1er est le plus usité. On peut dire que c'est le seul qui soit en usage. — La Bruyere regretait que l'usage eût préféré faire du bruit, à bruire: "On entend bruire le vent, les vagues: les flots bruyoient horriblement.

Synonymes et Contraires

bruire

verbe bruire
Littéraire. Faire entendre un murmure.
Traductions

bruire

לחשש (פיעל), רשרש (פיעל), לִחְשֵׁשׁ

bruire

rustle

bruire

[bʀɥiʀ] vi [feuilles, étoffe] → to rustle; [eau] → to murmur