côcher

(Mot repris de côcheriez)

côcher

v.t.
S'accoupler avec une femelle, en parlant d'un oiseau de basse-cour.

CÔCHER

(kô-ché) v. a.
Couvrir la femelle en parlant du coq, et, en général, des autres oiseaux.

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Et que li malles [mâle] l'ait caukie [la poule] [ALEBRANT, f° 64]
    Qar je l'amoie [le coq] durement, Par ce que menu et sovent Les [poules] me chauchoit l'une après l'autre [, Ren. 5351]
  • XVIe s.
    Les chapons prejudicient grandement aux poules, leur empeschant de faire des œufs en abondance, tant en les chauchans, qu'affamans par leur continuelle frequentation [O. DE SERRES, 347]
    Le coq qui cauquoit.... il faut dire chauchoit en bon françois [BEROALD. DE VERV., Moyen de parvenir, dans JAUBERT, Glossaire]

ÉTYMOLOGIE

  • Picard, coker ; Berry, jaucher, jauger, chaucher, caucher ; norm. caucher ; wallon, chaukî, côcher et pousser ; namur. chauker, pousser ; rouchi, cauquer ; dans le Dauphiné, chauchier, fouler aux pieds ; saintongeois, chaucher. On tire ce mot de coq ; mais c'est une erreur ; l'ancien français, les patois et l'orthographe (aucun mot dérivé de coq n'ayant l'accent circonflexe) indiquent la véritable orthographe qui est chauquer ou caucher, du latin calcare, fouler, presser (comparez CAUCHEMAR). On entend souvent prononcer cocher, mais c'est par une confusion de paronymes avec cocher, s. m. Il en faut d'autant plus insister sur la prononciation côcher, qui est la vraie.

cocher

COCHER. n. m. Celui qui dirige l'attelage d'une voiture de maître ou d'une voiture publique. Cocher de grande maison. Cocher de fiacre.

cocher

COCHER. v. tr. Marquer d'une coche, d'une entaille.

côcher

CÔCHER. v. tr. Couvrir sa femelle, en parlant des Oiseaux.

cocher

Le cocher qui conduit la coche, Cisiarius.

cocher


COCHER, s. m. [Koché: 2eé fer.] Celui qui mène un coche, ou un carrosse. = On dit, proverbialement, il n'est si bon Cocher qui ne verse: il n'y a point d'homme si habile, qui ne fasse quelque fois des faûtes.