cabale


Recherches associées à cabale: kabbale

cabale

n.f. [ hébr. qabbalah, tradition ]
1. Ancienne graphie de kabbale.
2. Ensemble de menées secrètes, d'intrigues dirigées contre qqch, qqn ; groupe de personnes réunies dans un tel dessein : Monter une cabale contre la candidature de qqn complot, intrigue clan, clique [péjor.], coterie

cabale

(kabal)
nom féminin
1. magie noire sorcières qui pratiquent la cabale
2. figuré projet secret de nuire à qqn, fait par plusieurs personnes Ils ont monté une véritable cabale contre lui.

CABALE

(ka-ba-l') s. f.
Tradition juive touchant l'interprétation de l'Ancien Testament. Les docteurs de la cabale.
Science prétendue pour commercer avec les êtres surnaturels. Termes de cabale.
Fig. Les menées secrètes de gens qui s'entendent pour un même dessein. Former des cabales. C'est un homme de cabale. On a fait, on a monté une cabale contre cette tragédie.
Vous soutenez que Port-Royal forme une cabale secrète pour ruiner le mystère de l'Incarnation [PASC., Prov. 16]
Je ferai une cabale plus forte de gens qui diront que cela n'est pas beau [ID., Pensées div. 112]
En cent lieux contre lui les cabales s'amassent [BOILEAU, Épît. VII]
Nous entrons dans la cabale qui a fait mourir le Sauveur [BOSSUET, Haine, 1]
.... Tout est prévention, Cabale, entêtement, point ou peu de justice [LA FONT., Fabl. VII, 15]
Les femmes qui font la plus aimable partie du beau monde, et qui sont de la bonne cabale [SCARRON, Rom. com. ch. VIII, 2e part.]
Non, je tombe d'accord de tout ce qu'il vous plaît ; Tout marche par cabale et par pur intérêt [MOL., Mis. V, 1]
Quelle horrible peine a un homme qui est sans prôneurs et sans cabale, de se faire jour.... [LA BRUY., 2]
Ici-bas maint talent n'est que pure grimace, Cabale, et certain art de se faire valoir Mieux su des ignorants que des gens de savoir [LA FONT., Fabl. XI, 5]
La troupe même des cabaleurs. La cabale remplissait le parterre.
À bas la cabale ! Votre pouvoir naissant trouva des républiques Que sous votre cabale il vous plut asservir [CORN., Agés. III, 1]
Que si je viens à être découvert, je verrai sans me remuer prendre mes intérêts à toute ma cabale, et je serai défendu par elle et contre tous [MOL., D. Juan, V, 2]
Le fourbe, ayant ainsi déguisé son manque de foi, sort du sénat suivi de sa cabale [VERTOT, Rév. rom. X, 11]
De Zopire éperdu la cabale impuissante.... [VOLT., Fanat. II, 2]

SYNONYME

  • CABALE, BRIGUE, COMPLOT. La cabale et le complot ont cela de commun qu'ils expriment l'entente de plusieurs pour atteindre un objet ; mais ils diffèrent parce que la cabale n'a aucun des caractères subversifs que le complot désigne. Le complot est dirigé vers un but politique et il a l'intention de changer par la force quelque chose dans le gouvernement. La cabale n'emploie pas la force ; elle cherche, par les menées des gens qui la composent, à réussir dans ses projets pour quelqu'un ou contre quelqu'un, pour une doctrine ou contre une doctrine. La brigue se distingue essentiellement de la cabale : la brigue peut être purement individuelle, mais la cabale suppose un concours de personnes.

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Les villageois de ce pays en savent tous jouer de pere en fils, par une cabale rustique qu'ils font [YVER, p. 524]
    Cette opinion a esté gravée dans leur cœur si avant, qu'elle a esté continuée de pere en fils et donnée de main en main comme une cabale [ID., p. 628]
    Il prestoit par une secrette caballe d'agens et d'entremetteurs, aux plus grands de la cour, à gros intérêts [CARL., IX, 3]
    Qui niera que ces belles choses ne soient mieux cultivées par les enseignemens des doctes escrits, que de s'en remettre à un seul discours de bouche, comme à une cabale ? [O. DE SERRES, Préf.]

ÉTYMOLOGIE

  • Hébreu, kabala, réception, tradition, doctrine traditionnelle, de kabal, recevoir.

cabale

CABALE. n. f. T. didactique. Sorte de tradition parmi les Juifs substituant un sens mystique et allégorique au sens propre de l'Ancien Testament. Les docteurs de la cabale.

Il désigne aussi la Science prétendue, l'art chimérique d'avoir commerce avec les êtres élémentaires, tels que les gnomes, les sylphes, etc. Termes de cabale.

Il se dit figurément, en mauvaise part, d'une Sorte de complot formé par plusieurs personnes qui ont un même dessein. Cabale politique. Cabale littéraire. Faire une cabale. Former des cabales. Être d'une cabale. Dissiper, ruiner une cabale. C'est un homme de cabale. On a fait, on a monté une cabale contre cette pièce.

Il se dit encore de la Troupe même de ceux qui ont formé une cabale. C'est sa cabale. On a chassé toute la cabale. La cabale remplissait le parterre.

cabale


CABALE, s. f. CABALER, v. n. CABALEUR, s. m. [3e e muet au 1er, é fer. au 2d; dout. au 3e.] 1°. Cabale est un complot de plusieurs persones: il se prend en mauvaise part. Voy. FACTION: Faire des cabales; c'est un homme de cabale. — Cabaler, c'est faire des complots, des cabales. — Cabaleur est celui qui cabale. — Il n'a pas ordinairement de fém. Est-ce que les femmes ne cabalent jamais? Je crois qu'en bien des ocasions on peut dire cabaleûse, quoique les Dictionaires ne le mettent pas.
   2°. CABALE se dit aussi d'une sorte de Tradition parmi les Juifs, et de l'art chimérique de converser avec les peuples élémentaires.

Synonymes et Contraires

cabale

nom féminin cabale
1.  Manœuvres contre quelqu'un.
2.  Personnes qui participent à une cabale.
clan, coterie, faction -familier: clique -littéraire: ligue.
Traductions

cabale

Cabal

cabale

Cabal

cabale

Cabal

cabale

[kabal] nf (POLITIQUE)conspiracy
une cabale contre qn/qch → a conspiracy against sb/sth
monter une cabale contre qn → to form a conspiracy against sb