cabaretier, ière

CABARETIER, IÈRE

(ka-ba-re-tié, tiê-r' ; Ménage signale comme fautive la prononciation cabarètier, qu'on entend quelquefois et qui est en effet mauvaise) s. m. et f.
Celui celle qui tient cabaret.
T'ai-je encore décrit la dame brelandière Qui de joueurs chez soi se fait cabaretière ? [BOILEAU, Sat. X]
Le Jupiter d'Homère avec ses deux tonneaux me fait lever les épaules ; je n'aime point Jupiter cabaretier donnant, comme tous les autres cabaretiers, plus de mauvais que de bon [VOLT., Memmius, IX]

HISTORIQUE

  • XIVe s.
    Et li cabarettierz tantost li demanda S'il voloit boire vin.... [, Baud. de Seb. VIII, 128]
    Fut donné congié à Jehan Lefebvre cabartier [DU CANGE, billonus.]

ÉTYMOLOGIE

  • Cabaret.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

  • CABARETIER. - HIST. XIVe s. Ajoutez :
    À Lambin Coupliel, cabareteur.... [CAFFIAUX, Régence d'Aubert de Bavière, p. 57]