calagane

CALAGANE

(ka-la-ga-n') adj. f.
Terme d'injure adressé par les jésuites aux religieuses de Port-Royal.
Il [le P. Brisacier] les appelle des filles impénitentes, asacramentaires, incommuniantes, des vierges folles, fantastiques, calaganes, désespérées, et tout ce qu'il vous plaira [c'est Pascal qui souligne] [PASC., Prov. X]

ÉTYMOLOGIE

  • Dom Clémencet, t. III, p. 176, de son Histoire générale de Port-Royal, dit que M. de Callaghan était un gentilhomme irlandais, ordonné prêtre en France et fort attaché " à la doctrine de l'Église et à la maison de Port-Royal. " - Il dit aussi, à propos du P. Brisacier (le Jansénisme confondu) : " Cet ouvrage était rempli des plus horribles calomnies contre les personnes les plus innocentes, spécialement contre M. de Callaghan, et contre les religieuses de P. R. dont M. de Callaghan était l'ami. Le P. Brisacier portait dans ce libelle diffamatoire la calomnie et la folie jusqu'à traiter les religieuses de P. R. de " vierges folles, d'impénitentes, d'asacramentaires, etc. " - On comprend que Nicole, dans sa traduction latine des Provinciales (Wendrock), ait traduit calaganes par virgines Calaganicas ; ce C majuscule se voit aussi dans plusieurs éditions françaises des Provinciales ; et M. F. Bovet, qui a retrouvé par un heureux hasard le passage de dom Clémencet, ne se trompait pas en supposant à l'avance qu'il y avait un nom propre au fond de ce mystérieux adjectif calagane, désormais parfaitement clair (note de M. Berthoud).