campement

campement

n.m.
1. Lieu équipé d'installations, d'abris provisoires ; camping : Un campement de scouts bivouac, camp
2. Ensemble des personnes vivant dans un campement : Le campement se réunit autour d'un feu.
3. Fig. Installation provisoire et rudimentaire : Pour l'instant, mon studio est un campement.

CAMPEMENT

(kan-pe-man) s. m.
Action de camper. L'art des campements. Effets de campement, les objets qui sont nécessaires à une troupe qui campe.
Le prince, par son campement, avait mis en sûreté non-seulement toute notre frontière mais encore tous nos soldats [BOSSUET, Louis de Bourbon.]
Les campements de César firent son étude ; je me souviens qu'il nous ravissait en nous racontant comme en Catalogne, dans les lieux où ce fameux capitaine, par l'avantage des postes, contraignit cinq légions romaines et deux chefs expérimentés à poser les armes sans combats.... [ID., ib.]
Journée de marche au bout de laquelle on campe. L'ennemi, que rien n'arrêtait, n'était plus qu'à deux campements de la ville.
Détachement chargé de préparer le campement.

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Le roi voulant voir de plus près le campement du duc [D'AUB., Hist. III, 266]

ÉTYMOLOGIE

  • Camper.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    CAMPEMENT. Ajoutez :
    Hache de campement, hache qui fait partie de l'équipement des troupes à cheval, pour certains travaux de campement.

campement

CAMPEMENT. n. m. Action de camper, ou le Camp lui-même. L'armée trouva un bon campement. Matériel de campement. Effets de campement.

campement


CAMPEMENT, s. m. CAMPER, v. n. [Kanpeman, Kanpé, 1re lon. 2e e muet au 1er, é fer. au 2d.] Le premier exprime l'action de camper et le camp lui-même: "Le campement est une des parties les plus essentielles d'un Général. "Dans notre premier campement, nous aprimes que l'énemi venoit à nous, etc. — Camper se dit d'une armée qui s'arrête en quelque lieu. "Nous campames; l'armée alla camper à la vûe des énemis.
   Rem. Camper est plus usité au neutre qu'à l'actif ou au réciproque. On dit plutôt d'un Général, qu'il vint camper devant une telle place, qu'on ne dit qu'il y vint camper son armée, ou qu'il vint s'y camper. Rollin a pourtant dit: Il se vint donc camper devant la place. L'Acad. dit aussi, en parlant d'un Général: "Il se campe toujours avantageûsement: il s'étoit campé près d'une telle ville. Dans le Rich. Port. on l'emploie activement: "Ce Général a campé son Infanterie près de la rivière; et dans le Dict. Acad. "Il a campé son armée entre la montagne et la rivière. Il y a des exemples de toutes ces manières de parler.
   Se camper se dit, dans le style simple, pour se placer: il est venu se camper devant nous: il s'est campé dans un fauteuil.
   On dit, ironiquement, le voilà bien campé; le voilà dans l'embarrâs.

Traductions

campement

camp, encampmentחוני (ז), מאהל (ז), מחנה (ז), מחנה אוהלים (ז), חֹנִי, מַחֲנֶה, מַחֲנֵה אֹהָלִים(het) kamperen, kamp, kampeerplaats, legerplaatsaccampamento, attendamentoлагерtábor캠프ค่าย (kɑ̃pmɑ̃)
nom masculin
lieu en plein air où l'on s'installe installer un campement

campement

[kɑ̃pmɑ̃] nmcamp, encampment