canton

canton

n.m. [ de l'anc. prov. canton, coin ]
1. En France, subdivision territoriale d'un département : Cette ville est le chef-lieu du canton.
2. En Suisse, chacun des États qui composent la Confédération.
3. Au Luxembourg, chacune des principales divisions administratives.
4. Au Québec, division territoriale couvrant généralement 100 milles carrés (env. 259 km2).

canton

(kɑ̃tɔ̃)
nom masculin
division d'un département, en France le chef-lieu de canton

CANTON

(kan-ton) s. m.
Portion de pays comprise entre certaines bornes. En France, les départements sont divisés par arrondissements, les arrondissements par cantons, et les cantons par communes.
Portion de pays considérée à part du reste.
Que l'homme étant revenu à soi considère ce qu'il est au prix de ce qui est ; qu'il se regarde comme égaré dans ce canton détourné de la nature [PASC., Pensées, I, 4]
C'était à la campagne, Dans un certain canton de la basse Bretagne, Appelé Quimper-Corentin [LA FONT., Fab. VI, 18]
De ce canton l'espérance et l'honneur [VOLTAIRE, Scythes, III, 1]
Suivi de ta meute.... Chasseur, tu parcours le canton [BÉRANG., D. chasse.]
Par extension. Il y a longtemps qu'on ne vous avait vu dans nos cantons, c'est-à-dire il y a longtemps qu'on ne vous a vu chez nous, dans notre ville, dans notre village.
Terme d'eaux et forêts. Canton de bois, portion déterminée dans une forêt en vue d'une certaine destination.
Les Cantons suisses sont les divers États qui composent le corps helvétique.
On connaît moins dans leur canton Le latin que le bas-breton ; Mais ils boivent, comme il me semble, Mieux que tous les cantons ensemble [BOISROBERT, liv. I, Ép 12]
(allusion au dire qui accuse les Suisses d'aimer à boire).
Terme de blason. Partie carrée de l'écu qui est un peu plus petite que les quartiers. Les espaces des croix et des sautoirs.

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Et le ban doit estre crié en quatre cantons [coins] dou champ [, Ass. de Jérus. I, 168]
  • XIVe s.
    L'exposant bouta icelui Regnart contre le cornet ou canton [coin] de la porte [DU CANGE, canto.]
  • XVIe s.
    Il n'y avoit place, canton, carrefour ny carroy, qui ne fust garny ou d'un theatre ou d'un arc [CARLOIX, III, 20]
    Mesmes qu'on nous avoit asseuré qu'on le vouloit tuer par les rues, où nous pensions nous battre à chaque canton [BRANT., Des couronnels français, ch. 17]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenc. et anc. catal. canton, coin, angle ; ital. cantone ; d'un radical cant qui se trouve dans l'ancien français cant, coin ; dans l'espagnol et le portugais canto, coin, pointe, caillou ; dans l'italien canto, coin, côté, partie ; dans l'anglais cant, pan coupé ; dans le kymri cant, rebord, cercle d'une roue ; dans le latin canthus, cercle d'une roue, qui, d'après Quintilien, est un mot africain ou espagnol ; dans le grec, coin de l'œil et cercle de roue ; dans l'allemand Kante, islandais kantz, anglo-saxon cant, rebord, bord aigu, coin. Tous ces mots paraissent tenir les uns aux autres ; et Diez en voit ainsi la filiation : le kymri, rebord ; puis l'allemand, rebord et coin ; puis les langues romanes, coin. Ces rapprochements rendent douteuse l'origine indiquée par Quintilien.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    CANTON. Ajoutez :
    À Guernesey, division territoriale de la paroisse de Saint-Pierre-Port, capitale de l'île.
    Constitution des États de Guernesey, confirmée par ordre de Sa Majesté en conseil, en date du 13 décembre 1844, art. 7 : La paroisse de Saint-Pierre-Port sera divisée, au dire de ses propres autorités, en quatre cantons égaux, autant que possible, par rapport au nombre des contribuables et au montant de leurs contributions ; chaque canton aura une douzaine, [, Second report of the commissioners appointed to inquire into the state of the criminal Law in the Channel island, London, 1848, gr. in-4°, p. 117]
  • À Jersey, division territoriale de certaines vingtaines.
  • Nom donné à une certaine étendue de route ou de chemin, qu'un journalier dit cantonnier est chargé d'entretenir [, Dict. de l'adm. franç. p. 297]

canton

CANTON. n. m. Certaine partie d'un pays considérée comme distincte du reste de ce pays. Il n'y a dans cette province qu'un canton où l'on fasse du vin. Je ne suis établi que depuis peu dans ce canton. Les cantons voisins des frontières.

On dit dans un sens analogue, en termes d'Eaux et Forêts, Un canton de bois, Une certaine étendue de bois.

Il se dit particulièrement de Certaines subdivisions administratives du territoire français. Les arrondissements sont divisés par cantons. Arrondissement de... canton de... Un chef-lieu de canton. Il y a un juge de paix par canton.

Il se dit encore des États qui composent la Confédération helvétique. Le canton de Vaud. Le canton de Berne.

En termes de Blason, il se dit d'un Quartier qui est moindre que le quartier ordinaire de l'écu. Il se dit encore des Parties dans lesquelles un écu est partagé par les pièces dont il est chargé. Il porte d'or au canton d'azur. Il porte une croix d'or et une étoile à chaque canton.

canton


CANTON, s. m. [Kanton, 2 longues.] 1°. Partie d'un pays, ou d'une ville, séparée et détachée du reste. "Dans cette Province, c'est le seul canton, où l'on recueille du vin. Dans Rome, à Avignon, il y a un canton destiné pour les Juifs. Acad. Dans les villes, on dit plutôt quartier. = 2°. Les Treize Cantons: les Treize États du Corps Helvétique. Les Cantons Suisses, les Cantons Catholiques, etc. Le Canton de Berne, de Zurich, etc. etc.

Traductions

canton

מחוז אדמיניסטרטיבי (ז)

canton

kantono

canton

Kanton

canton

Canton

canton

[kɑ̃tɔ̃] nmdistrict (consisting of several communes); (en Suisse)canton