capilotade

(Mot repris de capilotades)

capilotade

n.f. [ de l'esp. capirotada, ragoût ]
En capilotade,
Fam. se dit d'une partie du corps où l'on a mal : Après cette journée, j'ai la tête, le dos en capilotade ; se dit de qqch qui est écrasé, qui est en pièces : Les fruits étaient en capilotade au fond du panier.

capilotade

(ɑ̃kapilɔtad)
adverbe
en mauvais état J'ai beaucoup marché, j'ai les pieds en capilotade.

CAPILOTADE

(ka-pi-lo-ta-d') s. f.
Sorte de ragoût fait de morceaux de viandes déjà cuites. Fig. et familièrement, mettre en capilotade, accabler de coups ou déchirer, ruiner de réputation.
Le menaçant de mettre ses enfants en capilotade [HAMILT., Gramm. 10]
Si j'entre en furie, je vous mettrai tous deux en capilotade ; çà que l'on fasse trêve à cette heure [, Francion, II, 79]

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Cabirotades, longes de veau [RABEL., Pant. IV, 59]
    Vous trouverez qu'il n'y a rien si fade, entre tous les mets de vostre table, que ce bel entretien de son ame, et que son discours et intentions ne valent pas vostre capirotade [MONT., IV, 306]

ÉTYMOLOGIE

  • Bourguig. caipirotade ; espagn. capirotada ; ital. capperottato. Quoique Ménage rejette bien loin l'étymologie de capirote, chaperon en espagnol, la forme des mots l'appuie fortement ; il n'est pas difficile d'imaginer, quand on se rappelle les dénominations des sauces et des plats, que celui-ci ait été nommé le plat au chaperon.

capilotade

CAPILOTADE. n. f. T. de Cuisine. Sorte de ragoût fait de plusieurs morceaux de viandes déjà cuites. Faire une capilotade de perdrix, de poulets.

Fig. et fam., Mettre quelqu'un en capilotade, L'accabler de coups; et, au sens moral, Médire de quelqu'un sans aucun ménagement, le déchirer par des médisances outrées.

capilotade


CAPILOTADE, s. f. Ragoût fait de plusieurs morceaux de viande déja cuites. — Au figuré, (st. fam.) Mettre quelqu'un en capilotade; c'est le déchirer par des médisances outrées.

Traductions

capilotade

[kapilɔtad] nf
en capilotade (= en compote) [reins, dos, bras, jambes, genou] → crushed to a pulp; [croissance, finances] → foundering; [moral] → going to the dogs