capital, ale

CAPITAL, ALE

(ka-pi-tal, ta-l') adj.
Où il s'agit de la tête ou de la vie ; qui mérite le dernier supplice. Procès capital. Intenter une accusation capitale. Condamner quelqu'un à la peine capitale.
Et Cinna vous impute à crime capital La libéralité vers le pays natal [CORN., Cinna, II, 1]
Abandonner mon camp en est un [crime] capital [ID., Nicomède, II, 2]
On a beaucoup loué le regret que Néron témoigna de savoir écrire, à la première sentence capitale qu'il eut à signer [DIDEROT, Claude et Néron.]
Qui est la tête ou comme la tête de quelque chose. La ville capitale ou, substantivement, la capitale, la ville principale d'un État, d'une province.
Dans cette ville capitale [BOURDAL., Carême, I, Aumône, 146]
Hipparque et Ptolémée étaient à Alexandrie en Égypte, et ils la rendirent la capitale de l'astronomie [FONTEN., Chazelles.]
À l'âge de vingt-un ans, Linné se rendit à Upsal, qu'on pouvait alors regarder comme la capitale littéraire de la Suède [CONDORCET, Linné.]
Lettre capitale ou, substantivement, une capitale, grande lettre, majuscule. En termes d'imprimerie, petites capitales, grandes capitales. La lettre capitale a été ainsi nommée parce qu'elle se met en tête de l'alinéa.
Principal, essentiel. Le point capital. Clause capitale. Défaut capital.
C'est un crime envers lui si grand, si capital [CORN., Polyeucte, IV, 6]
Il n'y a pas d'erreur si capitale contre la philosophie [BOSSUET, Préface]
Il ne faut pas se flatter, les plus expérimentés dans les affaires font des fautes capitales [ID., Reine d'Angl.]
Dans une affaire qui serait capitale à lui et aux siens [LA BRUY., 4]
Tout devient capital dans la bouche d'un souverain [MASS., Pet. car. Obst.]
Il est capital de n'offrir aux enfants que de bons modèles [FÉNELON, XVII, 17]
On ne sait si on a réussi à corriger, par quelques beautés de détail, un vice si capital [dans une tragédie] [VOLT., Lettr. Richelieu, 19 juill. 1773]
En termes de peinture, tableau capital, œuvre principale d'un peintre, d'une école. Les sept péchés capitaux, péchés source des autres. Ennemi capital, ennemi mortel.
Dieu les laisse aux diables, ses capitaux ennemis [BOSSUET, Démons, 1]
S. m. Ce qu'il y a d'essentiel.
Le capital est d'avoir de quoi se pousser [BOURD., Car. I, Richess. 9]
La pénitence est le capital de notre paix avec Dieu [ID., Avent, Nativité de Jésus-Christ, 228]
Le capital pour une femme n'est pas d'avoir un directeur [LA BRUY., 3]
Le sexe dévot qui fait son capital de dire beaucoup [BOURD., Car. I, Prière, 316]
Il ne devrait pas faire son capital d'être lieutenant général [SÉV., 264]
Ensevelis dans l'amour des choses sensibles, ils feront leur capital des biens grossiers de cette vie [FÉN., XVII, 214]
Il ne fait pas assez de cas de ce talent, pour faire son capital de l'étudier [LA BRUY., 8]
Comme le disent malicieusement vos pères Annat et Meynier, qui en font le capital de leur accusation [PASC., Prov. 16]
Ma 15e lettre y avait assez répondu [à l'accusation d'hérésie] ; mais vous en parlez maintenant d'un autre air ; vous en faites sérieusement le capital de votre défense [ID., ib. 17]
Le principal d'une dette, d'une rente. Amortir, rembourser un capital.
Manger rentes et capitaux, Serait doux, je l'espère [BÉRANG., Él. de la richesse.]
Ensemble des produits accumulés. En langage scientifique, somme des utilités acquises, et non des valeurs comme on dit à tort (voy. VALEUR) résultat du travail antérieur destiné à la satisfaction des besoins ultérieurs. On dit que les facultés acquises de l'homme sont un capital.
L'homme fait est un capital accumulé [J. B. SAY, Cours d'économie politique, 1843, t. I, p. 154]
Le capital d'un artiste est son talent [ID., ib. t. II, p. 164]
Portion des produits accumulés ou des utilités acquises, destinée à la reproduction, sous forme de provisions, de matériaux et d'instruments.
Le premier chasseur était pourvu au moins d'un repas, auquel il a dû la force de saisir sa première proie ; les armes qu'il s'est fabriquées ont été une grande augmentation de son capital ou de ses avances [DUPONT DE NEMOURS, Maximes du doct. Quesnay, édit. 1846, p. 391]
Tout capital est un instrument de production [J. B. SAY., Cours, t. I, p. 158]
Plus spécialement, l'instrument de travail. Capital productif, celui qui est employé actuellement à la production. Capital improductif, inactif, oisif, celui qui n'est pas employé. Capital-argent ou capital-monnaie, capital-matières, etc. celui qui a la forme de monnaie, de matières premières. Dans un sens relatif, notion abstraite d'une somme d'utilités qui ne changent pas avec les objets auxquels elles sont incorporées, et que l'on peut retrouver après un certain temps ou certaines opérations. Propriété de ceux qui vivent du revenu de ce qu'ils possèdent. Capital d'un individu, somme des richesses que cet individu possède en produits accumulés ; avoir d'une personne : c'est le sens de l'impôt sur le capital. Portion de richesse que le possesseur a l'intention de conserver ou de reproduire par le travail ; actif d'une personne. Capital d'un commerçant ; on y fait entrer la clientèle. Capital social, capital d'une société de commerce. Capital social, capital d'une nation, somme des richesses existantes chez elle.
Le capital d'une nation se compose de tous les capitaux des particuliers [J. B. SAY, Traité d'écon. polit. 1840, p 69]
Somme de ces richesses employées dans l'industrie nationale.
Leur ensemble [des capitaux productifs] compose le capital d'une nation [ID., Cours, t. I, p. 145]
On confond souvent le capital et le numéraire ; de là, en termes de finances, capital, argent en circulation. Le capital se cache. Fonds disponibles. Les capitaux sont rares. Fonds dont un industriel, un commerçant, un agriculteur dispose pour la création ou l'exploitation d'un établissement ou d'une entreprise. Capital ou fonds de roulement, argent ou produits immédiatement échangeables, servant à payer les dépenses d'exploitation. Capital fixe ou engagé, celui qui sert sous une forme permanente, fixe, dans des objets qui durent et dont l'efficacité se perpétue sur un grand nombre d'actes de production, tels que les constructions, les machines, les améliorations foncières.
Je ne parle pas ici des capitaux engagés dans un fonds de terre et qui sont aussi immobiles que le fonds [SAY, Traité, p. 409, note]
Capital circulant ou de circulation, celui qui se transforme dans l'opération productive, qui circule sans cesse et passe d'une matière dans une autre, telle que les matières premières, les provisions. La monnaie, capital fixe relativement à la société, est un capital circulant relativement à l'individu.
Lie forte que laisse la potasse au fond des chaudières où l'on fait le savon.
S. f.Terme d'art militaire. La capitale, la ligne de convention qui est censée partager un bastion en deux portions égales.

REMARQUE

  • Cet adjectif se met d'ordinaire après le substantif : ville capitale, ennemis capitaux ; cependant Bossuet a dit aussi : capitaux ennemis.

SYNONYME

  • CAPITAL, RICHESSE. Richesse, c'est l'ensemble des choses qui servent à la satisfaction de nos besoins. Capital, c'est l'ensemble des moyens de satisfaction résultant d'un travail antérieur. Le capital est l'un des trois éléments de la production : les agents naturels, le travail et le capital. Souvent on oppose capital à fonds de terre.

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    Et ne remaindra hoem antif [homme âgé] en ta maisun, qui evesche seit de la lei chevel [loi capitale, la religion] [, Rois, 10]
    Cel capital [ce châtiment capital] ne deit ne clers ne lais suffrir ; De saint Iglise en puet la dreiture perir, E as clers e as lais puet à perte venir [, Th. le mart. 60]
  • XIVe s.
    Un tribun ha cité Ceson et li baille jour sur crime capital devant le peuple [BERCHEURE, f° 54, verso.]
  • XVe s.
    Ledit conte de sainct Pol estoit lors ennemy capital du duc de Bourgongne [COMM., III, 3]
    La grant compagnie mauldicte des sept vices capitaulx et mortels [GERSON, Harangue à Charles VI, p. 15]
  • XVIe s.
    Le prince de Galles prit si fort à cœur la protection de Pierre contre Henry, qu'il en fit tout son capital [, Mém. sur Guesclin, ch. 22]
    Tenailles capitales [pour les fractures du crâne], incisives, dites bec de perroquet [PARÉ, VIII, 6]
    Ce fait, seront appliquées dessus des poudres capitales [céphaliques] de faculté dessiccative [ID., XVI, 34]
    Ennemi capital du vice [RONS., Odes, V, 23]
    L'on doit venir par action [en justice, non par saisie] pour loyaux aides ou chevels [aides capitales, dues aux chefs, seigneurs] [LOYSEL, 604]
    Ceste ville capitalle de vostre duché de Guienne et metropolitaine pour le faict de la religion [CONDÉ, Mém. p. 624]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. captal, capdal, capital, cheptel ; de capitalis, de caput, tête, principal (voy. CHEF). Capitale, le capital, a donné cheptel (voy. ce mot). La plus ancienne forme est chevel ; capital a été refait, dès le XIIe siècle, sur capitalis.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    CAPITAL.
    S. f. Ajoutez :
    Cette zone [la zone de 250 mètres des servitudes militaires] doit être mesurée sur les capitales des bastions et à partir de la crête de leurs glacis [GAUDRY, Traité du domaine, t. II, p. 13]