capitalement

CAPITALEMENT

(ka-pi-ta-le-man) adv.
D'une manière capitale, sur toutes choses.
Se tromper capitalement [BOSSUET, Lett. abb. 57]
Noailles était capitalement en butte aux jésuites par sa doctrine, non suspecte, mais qui n'était pas la leur [SAINT-SIMON, 250, 78]

HISTORIQUE

  • XIVe s.
    Et tels larrons sont à punir capitalement [BOUT., Somme rurale, p. 245, dans LACURNE]
  • XVIe s.
    Les mariages entre proches sont capitalement deffendus entre nous [MONT., II, 345]
    Je hais capitalement la feinctise [ID., III, 51]

ÉTYMOLOGIE

  • Capitale, et le suffixe ment ; provenç. captalmen.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

  • CAPITALEMENT. - HIST. Ajoutez :
  • XVe s.
    Condamnés et exécutés pour leurs demerites capitalement et par justice [, Rev. des docum. hist. 2e année, n° 24, p. 185 (1422)]