carcan

(Mot repris de carcans)

carcan

n.m.
1. Anc. Collier de fer qui servait à attacher un criminel au poteau d'exposition, ou pilori.
2. Ce qui contraint, asservit : Le carcan du règlement chaîne, joug [litt.]

carcan

(kaʀkɑ̃)
nom masculin
ce qui empêche d'agir, de s'exprimer le carcan des conventions sociales

CARCAN

(kar-kan) s. m.
Collier de fer fixé à un poteau pour y attacher un condamné. La peine du carcan a été supprimée en 1832.
Une femme cria fort haut ; les archers la saisirent et la mirent indiscrètement à un carcan voisin [SAINT-SIMON, 244, 2]
La mauvaise famille est du Maine et de Caen ; Oui, tous ces forçats-là méritent le carcan [REGNARD, Légat. III, 8]
Sorte de collier de bois qu'on met aux cochons pour les empêcher de se frayer passage à travers les haies.
Sorte de collier de pierreries.
Ces riches carcans, ces colliers Et cette pompe enchanteresse Ne valent pas un des baisers Que tu donnais dans ta jeunesse [VOLT., Épître 28]
Les méchants portent l'orgueil à leur cou comme un carcan d'or [CHATEAUBR., Mart. 92]

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    Celui qui tient carcan [, Th. le mart. 73]
    Un grant cherchant li ont au col lanciet ; Li enfes pleure, ne se set consellier [, Raoul de C. 307]
  • XIIIe s.
    Un grant charchant [il] li fait el col lacier [, Aubery, dans DU CANGE, carcannum]
    En buies et en grans carcans [, Ren. t. II, p. 192, V. 1739]
  • XVe s.
    Et durant la vie du dit duc de Brabant, y eut un nommé Jean Chevalier qui voulut mettre à icelui duc un carquant au cou [MONSTRELET, II, 41]
  • XVIe s.
    Les capporaulx sont tenus de l'attacher eux-mesmes au carquan ou collier [CARLOIX, IV, 13]
    Un carcan, esmeraudé de perles et de rubis [DE LABORDE, Émaux, p. 195]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. carcan ; bas-lat. carcannum ; ital. carcame. Ménage le rattache au mot grec qui a la signification de tenailles ; mais on ne voit pas comment il serait venu dans les langues romanes. Raynouard le rattache à carcer, prison, ainsi que le provençal carcol, collier ; mais comment carcer donnerait-il carcan ou carcol ? La vraie étymologie est celle que donne Diez : anc. Haut allem. querca ; anc. scandin. qverk, cou, gosier.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

  • CARCAN. - ÉTYM. Ajoutez : M. Bugge, Romania, n° 10, p. 146, complète l'étymologie donnée par Diez, en expliquant la finale an, ant : qverk, cou, gosier, et band, lien ; kverkband, jugulaire, mentonnière, se trouve dans la littérature ancienne de l'Islande ; carquebant ou carcbant a passé à carcant.

CARCAN2

(kar-kan) s. m.
Terme d'écurie. Mauvais cheval.
Cette rosse-là a été, comme une demi-douzaine d'autres carcans de son espèce, envoyée au roi l'an passé par je ne sais pas quel mamamouchi d'un pays du côté des Turcs [E. SUE, Godolphin-Arabian, ch. 2e.]

carcan

CARCAN. n. m. Cercle de fer avec lequel on attachait par le cou à un poteau certains criminels condamnés à l'exposition publique.

Il se dit spécialement d'un Collier de bois que dans certaines régions l'on met aux porcs pour les empêcher de traverser les haies.

Il désigne aussi une Espèce de chaîne ou de collier d'or, de perles ou de pierreries dont se parent les femmes.

carcan

Carcan, Torques, voyez Quarquan.

carcan


CARCAN, s. m. 1°. Aneau de fer, avec lequel on attache un criminel à un poteau. = 2°. Espèce de chaîne ou de collier de pierreries.

Synonymes et Contraires

carcan

nom masculin carcan
2.  Vieux. Mauvais cheval.
-familier: rosse -littéraire: rossinante -populaire: canasson, tocard, toquard -vieux: carne, haridelle.
Traductions

carcan

gareel

carcan

[kaʀkɑ̃] nm (fig)yoke, shackles pl