carme

(Mot repris de carmes)

carme

n.m. [ du nom du mont Carmel, en Palestine ]
Religieux de l'ordre du Carmel qui vit cloîtré et se consacre à la prière.

CARME1

(kar-m') s. m.
Religieux d'un des quatre ordres mendiants, dont le nom complet est religieux de Notre-Dame du Mont-Carmel. L'ordre des carmes commença vers le XIIe siècle en Syrie.
Carmes déchaux, carmes de la réforme de Sainte-Thérèse, au XVIe siècle, qui vont en sandales et sans bas.
Eau de mélisse des carmes, ou Eau des carmes, alcoolat de mélisse composé, dont on attribue l'invention aux carmes.

ÉTYMOLOGIE

  • Le mont Carmel, en Galilée, où ces religieux ont commencé. On disait autrefois carmeliste : XVe siècle :
    Feirent faire une proposition devant le roy par un carmeliste nommé frere Eustache [MONSTREL., t. I, ch. 103, p. 166, dans LACURNE]

CARME2

(kar-m') s. m.
Au trictrac, coup de dés qui amène les deux quatre. Un carme me ferait gagner.

REMARQUE

  • Ce mot était autrefois pluriel ; l'Académie le fait pluriel et l'écrit avec une s : amener carmes.

ÉTYMOLOGIE

  • Par corruption pour carnes, usité du temps de Ménage, et qui vient de quaternus, coup de quatre (voy. QUATERNE).

carme

CARME. s. m. Religieux de l'ordre du Carmel. Un couvent de carmes.

Eau des carmes, Eau spiritueuse dont l'invention est attribuée à des religieux carmes. Voyez MÉLISSE.

Carmes déchaussés ou déchaux, Carmes de la réforme de Sainte-Thérèse, qui ne portent point de bas, et qui n'ont que des sandales.

carme

Carme, Francis Charme.

Une sorte d'arbre qu'on appelle Carme, Carpinus.

Carme ou vers, Carmen.