carolus

CAROLUS

(ka-ro-lus' ; on fait sentir l's aujourd'hui ; mais, au XVIIe siècle, Chifflet remarque expressément que l's ne se prononce pas même devant une voyelle) s. m.
Monnaie du règne de Charles VIII, qui était marquée de son nom et d'une croix couronnée d'une fleur de lis à ses quatre branches ; elle valait dix deniers d'argent.
Sans qu'il lui fût.... fait seulement Grâce d'un carolus [LA FONT., Pays.]

HISTORIQUE

  • XVe s.
    Le cidre ne vaut plus Qu'un carolus [BASSELIN, XXXIX.]
  • XVIe s.
    On leur envoiera ces peaux bien marquées, afin que, par sotise ou fraude, elles ne se changent, rendans un carolus pour un sol, comme autres-fois cela m'est advenu [O. DE SERRES, 885]
    Chatelus donne à dejeuner à six pour moins d'un carolus ; Et Jaquelot donne à disner à six pour moins que Chatelus ; Après ces repas dissolus Chacun s'en va gai et falot ; Qui me perdra chez Chatelus, Ne me cherche chez Jaquelot [ST-GELAIS, dans MÉNAGE]

ÉTYMOLOGIE

  • Carolus, Chartes VIII, qui le premier fit frapper cette monnaie.

carolus

CAROLUS. s. m. (On prononce l'S.) Ancienne monnaie qui valait dix deniers d'argent. Les carolus ont eu ce nom parce que les premiers furent frappés en France au coin de Charles VIII.

carolus

Carolus, m. acut. Est un mot pur Latin, mais prononcé aigu par accent François, et signifie Karles. Il se prend pour une espece de monnoye blanche, Françoise, valant dix deniers, en laquelle au commencement fut coingnée la lettre K, premiere dudit mot Karles (qui est autant que Charles) nom du Roy qui la mit en avant. Nicole Gilles en la vie de Charles VIII. Et s'en alla ledit Roy Charles visiter son pais de Picardie, où il fut honorablement receu, et fit faire monnoye d'argent nouvelle de dix deniers la piece, qu'on appelle Karolus. Le premier coing de laquelle fut la croix couronnée en ses quatre branches avec une fleur de Lys, et ce letrier Pro pomoerio (s'il le faut ainsi dire) d'icelle monnoye, Sit nomen Domini benedictum. Et en la pile, ladite lettre K, courronnée et costoyée de deux fleurs de Lys, avec ce letrier, Karolus Francorum Rex. És regnes successifs de Louys XII. et François I. demeurant ledit nom de Karolus, comme fait encore à ladite espece de monnoye, et lesdits letriers d'icelle, la croix en a esté alterée au coing dudit Roy Louys, en ce que la premiere lettre de son nom a occupé les anglets, droit à haut, et bas à senestre d'icelle croix, et en la pile au lieu desdites deux fleurs de Lys, ont succedé deux lettres. Et au coing dudit Roy François, la croix en a esté alterée en ce qu'elle a esté recroisetée, et sans couronne, qui sont toutes mesprinses, ou plustost ignorances et trop hardies licences des maistres des monnoyes, ausquels n'est licite varier le coing premierement imposé par le Prince souverain à la nouvelle monnoye, sans edit et ordonnance de luy, consideré que ledit coing est la forme publique de la monnoye, dependant de la seule authorité du Prince. En cas de trop moindre importance, n'est-il permis à aucun faire mutation de nom, sans lettres de son souverain. Auquel cas en ay veu prendre lettres en la Chancelerie de France, nonobstant le rescrit des Empereurs Diocletian et Maximian, Careolus, sub. nummus.

Environ deux Carolus, Triobolum.