casaquin

CASAQUIN

(ka-za-kin) s. m.
Espèce de corsage de femme avec de petites basques dans le dos, formant deux gros plis à l'endroit de la ceinture et relevant en l'air ; il était facile à mettre et commode ; il ne sert plus qu'à la campagne.
Anciennement, sorte de petite casaque à l'usage des hommes.
Avoir quatre chaussons de laine Et trois casaquins de futaine, Cela se peut facilement [BERTELOT, Contre Malherbe, dans l'édit. de Ménage, p. 497]
M. Poussatin couvert d'un petit casaquin noir [HAMILTON, Gramm. 9]
Fig. et populairement. Donner sur le casaquin à quelqu'un, le battre.

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Le voila donc vestu d'un grand casaquin noir, et de chausses de mesmes [D'AUB., Hist. IV, 4]
    Il n'y avoit soldat qu'il ne fust à cheval ; et la pluspart des goujarts, qu'il n'eust une cappe, manteau ou casaquin [CARLOIX, V, 6]
    Qui sous couleur d'un cazaquin de livrée.... [FROUMENTEAU, Finances, 3e livre, p. 410]

ÉTYMOLOGIE

  • Casaque ; bourguig. quaisaiquin.

casaquin

CASAQUIN. n. m. Sorte de blouse de femme, de forme variée et qui se porte ordinairement par-dessus la jupe.

Il désignait aussi un Vêtement de dessus à l'usage des hommes. De là les expressions familières et figurées. Donner sur le casaquin à quelqu'un, Le battre. On lui est tombé sur le casaquin, On l'a fort maltraité en actions ou en paroles.

casaquin


CASAQUIN, s. m. [Kaza-kein.] Petite casaque; vêtement aûtrement nomé Apollon. Trév. Habillement fort court, et qu'on porte pour sa comodité. Acad. Espèce de demi-robe qui ne va pas jusqu'aux genoux. Rich. Port. Aujourd'hui il ne se dit guère que d'un habillement de femmes. — On dit populairement, doner sur le casaquin, batre, rosser.