causer

(Mot repris de causâtes)

1. causer

v.t. [ de cause ]
Être la cause de qqch ; produire : Les chutes de neige ont causé de nombreux accidents déclencher, entraîner, provoquer occasionner, attirer

2. causer

v.t. ind. [ du lat. causari, plaider ]
1. (avec) Échanger familièrement des paroles avec ; s'entretenir avec : Il cause beaucoup de son avenir avec ses parents discuter, parler bavarder, converser, deviser débattre, discuter
2. Fam.(à) (Emploi critiqué) Adresser la parole à : Ce n'est pas à vous que je cause parler
v.i.
Parler de qqn avec malveillance : Fais un effort pour arriver à l'heure, les gens commencent à causer jaser

causer


Participe passé: causé
Gérondif: causant

Indicatif présent
je cause
tu causes
il/elle cause
nous causons
vous causez
ils/elles causent
Passé simple
je causai
tu causas
il/elle causa
nous causâmes
vous causâtes
ils/elles causèrent
Imparfait
je causais
tu causais
il/elle causait
nous causions
vous causiez
ils/elles causaient
Futur
je causerai
tu causeras
il/elle causera
nous causerons
vous causerez
ils/elles causeront
Conditionnel présent
je causerais
tu causerais
il/elle causerait
nous causerions
vous causeriez
ils/elles causeraient
Subjonctif imparfait
je causasse
tu causasses
il/elle causât
nous causassions
vous causassiez
ils/elles causassent
Subjonctif présent
je cause
tu causes
il/elle cause
nous causions
vous causiez
ils/elles causent
Impératif
cause (tu)
causons (nous)
causez (vous)
Plus-que-parfait
j'avais causé
tu avais causé
il/elle avait causé
nous avions causé
vous aviez causé
ils/elles avaient causé
Futur antérieur
j'aurai causé
tu auras causé
il/elle aura causé
nous aurons causé
vous aurez causé
ils/elles auront causé
Passé composé
j'ai causé
tu as causé
il/elle a causé
nous avons causé
vous avez causé
ils/elles ont causé
Conditionnel passé
j'aurais causé
tu aurais causé
il/elle aurait causé
nous aurions causé
vous auriez causé
ils/elles auraient causé
Passé antérieur
j'eus causé
tu eus causé
il/elle eut causé
nous eûmes causé
vous eûtes causé
ils/elles eurent causé
Subjonctif passé
j'aie causé
tu aies causé
il/elle ait causé
nous ayons causé
vous ayez causé
ils/elles aient causé
Subjonctif plus-que-parfait
j'eusse causé
tu eusses causé
il/elle eût causé
nous eussions causé
vous eussiez causé
ils/elles eussent causé

CAUSER1

(kô-zé) v. a.
Être cause, occasionner.
Qu'il a fait un larcin de rôt ou de fromage, Égratigné quelqu'un, causé quelque dommage [LA FONT., Fabl. III, 18]
Quel que soit le plaisir que cause la vengeance, C'est l'acheter trop cher.... [ID., ib. IV, 13]
Je m'en tais, et ne veux leur causer nul ennui [ID., ib. IV, 8]
Cela causa leur malheur [ID., ib. IV, 6]
Le trop superbe équipage Peut souvent en un passage Causer du retardement [ID., ib. IV, 6]
Vous savez ses malheurs, vous les avez causés [RAC., Iphig. III, 4]
Je veux l'attendre ici ; les chagrins qu'il me cause M'occuperont assez tout le temps qu'il repose [ID., Brit. I, 1]
Si Dieu n'a rien en lui-même par où il puisse causer en nous les volontés libres [BOSSUET, Libr. arb. 3]

HISTORIQUE

  • XIVe s.
    ...en la maniere que aucuns le disoient et se causoient [se fondaient sur] de ce que la fin est melleur que n'est la generacion de la fin [ORESME, Eth. 220]
  • XVe s.
    Nostre roy est le seigneur du monde qui le moins a causé [été cause] de user de ce mot de dire : J'ai privilege de lever sur mes subgectz ce que il me plaist [COMM., V, 18]
  • XVIe s.
    Elle monstre que toutes ces choses sont causées [fondées] en Jesus Christ, comme en estant le fondement [CALV., Instit. 1066]
    Au moyen de quoi, lui fut facile de causer [motiver] son voyage là dessus [B. DESPER., Contes, V]
    Il mourut d'une apoplexie que ce coup luy causa [MONT., I, 74]
    Cela m'a causé me restraindre de trop grande liberalité [B. DE PALISSY, 11]
    Donnant à entendre que.... : langaige causé [développé comme cause et motif] et contenu en ladicte ordonnance [CARLOIX, VIII, 3]

ÉTYMOLOGIE

  • Cause ; espagn. cauzar ; ital. causare.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    1. CAUSER. Ajoutez :
    Donner pour motif (sens inusité).
    Cela insinue beaucoup en causant comme petit-fils de Sa Majesté [en donnant pour motif de la décision le titre de petit-fils] [SAINT-SIMON, t. VIII, p. 194, éd. Chéruel.]

CAUSER2

(kô-zé) v. n.
S'entretenir familièrement. Ils causent ensemble. De quoi causent-ils ? Nous causerons de cette affaire.
Je veux me vanter d'être toute l'après-midi dans cette prairie, causant avec nos vaches et nos moutons [SÉV., Lett. 384]
Voilà la chose du monde la plus heureuse pour lui ; vous savez tout cela, mais on cause [c'est-à-dire je vous écris cela pour causer avec vous] [ID., 592]
Pour mon fils, M. le maréchal n'a pas voulu le laisser venir ; il est le seul avec qui il cause de toute chose [ID., ib.]
Le duc d'Orléans régent daigna un jour causer avec moi au bal de l'Opéra ; il me fit un grand éloge de Rabelais [VOLT., Lett. Mme du Deffant, 13 oct. 1759]
Familièrement. Causer de choses et d'autres, s'entretenir sans propos déterminé. Fig. Causer de la pluie et du beau temps, parler de riens, de choses de peu d'importance. Elliptiquement. Causer littérature, voyages, etc. causer de littérature, de voyages. Familièrement. Ah çà ! causons un peu, expliquons-nous, entendons-nous. Passivement et impersonnellement, dans le parler familier, c'est assez causé, ou, simplement, assez causé, ne parlons plus, agissons, et aussi, taisez-vous, brisons-là.
Familièrement, tenir des propos, parler avec légèreté et indiscrétion, ou avec malignité.
Le monde, chère Agnès, est une étrange chose ! Voyez la médisance, et comme chacun cause ! [MOL., Éc. des fem. II, 6]
Je ne m'étonne point si parfois on en cause [ID., Prol. d'Amph.]
Voilà ce que c'est que d'avoir causé ; vous n'en tâterez plus, et je vous laisse sur la bonne bouche [ID., G. Dandin, II, 7]
V. n.Terme de fauconnerie. Se dit du cri des perroquets et des pies.

REMARQUE

  • Peut-on dire : il m'a longtemps causé de ses affaires ; allez lui causer de cette nouvelle ? C'est une façon de parler qui est très en usage. Mais observez qu'on ne pourrait pas dire, en mettant un substantif au lieu du pronom : j'ai causé de l'affaire à mon avocat ; il faut avec mon avocat. Cela rend très suspect l'emploi du pronom, et il sera mieux de dire : il a longtemps causé avec moi de ses affaires ; allez causer avec lui de cette nouvelle. On ne cause pas à quelqu'un ; on cause avec quelqu'un. Pourtant cette manière de parler se trouve dans J. J. Rousseau, qui n'est pas toujours très pur, et sans doute dans d'autres.
    La première fois que je la vis elle était à la veille de son mariage ; elle me causa longtemps avec cette familiarité charmante qui lui est naturelle [J. J. ROUSS., Confess. VII]

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Par poi Hersent n'enrage d'ire Por Ysengrin, qui si la chose [gronde] [, Ren. 725]
    Moult de sa gent parler n'en osent, Mais par derriere moult l'en chosent [blâment], Fabliaux [BARBAZ., I, 160]
  • XVe s.
    Je vous ait dit et causé [expliqué] toutes les avenues de Jean Bar, de Jean Pict.... [FROISS., II, II, 239]
    Envie qui accuse et cause [blâme] Maintes personnes tout à tort [, Myst. Resurr. de N. S]
    L'homme songeart il [le vin] fait causer et rire [BASSELIN, XXXVII]
    Si voulez que je cause et preche, Et parle latin proprement, Tenez ma bouche toujours freche, De bon vin l'arrosant souvent [ID., LVIII]
  • XVIe s.
    Ce fut un commandement nu et simple, où l'homme n'eut rien à connoistre et à causer [demander raison] [MONT., II, 208]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. chausar, causciar, reprocher, disputer ; espagn. causar, faire un procès ; du latin causari, faire un procès, d'où disputer, reprocher, et simplement, causer. Diez et d'autres étymologistes font intervenir l'ancien haut allemand chôzôn, allemand moderne kosen ; mais le latin suffit à la forme et au sens du mot roman.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    2. CAUSER. - REM. Ajoutez : Corneille a dit me causer pour causer avec moi : Lysis m'aborde, et tu veux me causer, Lexique, éd. Marty-Laveaux.

causer

CAUSER. v. tr. Être cause de, occasionner. Il a pensé causer un grand malheur. Causer du dommage. Causer la guerre. Causer de la joie. Causer de la douleur, du chagrin. Causer du scandale.

causer

CAUSER. v. intr. S'entretenir familièrement avec quelqu'un. Ils ont été une heure à causer ensemble. Je cause volontiers avec lui. Nous causâmes longtemps de cette affaire. Causer de littérature, de voyages, et elliptiquement Causer littérature, ouvrages. C'est assez causé. Assez causé.

Fam., Causer de choses et d'autres, S'entretenir familièrement de diverses choses au gré de la conversation. Causer de la pluie et du beau temps, Causer de choses peu importantes.

Il signifie aussi, familièrement, Parler trop, parler inconsidérément. Ne lui dites que ce que vous voudrez que tout le monde sache, car il aime à causer.

Il signifie également Parler avec malignité. N'allez pas si souvent dans cette maison, on en cause.

causer

Causer, neutr. acut. Est caqueter beaucoup, et de frivoles, Nugas referre, multiloquio aures onerare, Ce qui vient de ce que cause signifiant plaid et proces, et causeur une partie en proces, les parties avec foison de faits, moyens et alleguez impertinens et tedieux, disent de bouche et par escrit pesle-mesle, et à tort et à travers tout ce qui leur vient en la pensée, jusques à accabler les Juges, et à l'audience et au bureau. Il ne fait que causer, Narrationum farraginem nectit, deblaterat. Et quand il est repeté, comme, Il cause, cause, est significatif de parler tumultuaire et sans jugement, Verba temere profundit, Stulta loquacitate agitur, voyez Causeur.

causer

Causer un endormissement, Torporem, obducere, vel inducere.

C'est une des choses qui cause crainte, Est inter causas timoris, Inter ea quae timorem iniiciunt.

causer


CAUSER, v. n. S'entretenir familièrement avec quelqu'un: Ils caûsent volontiers ensemble: il y a du plaisir à causer avec lui. — Parler trop et inconsidérèment. "Il aime à causer. Ne lui dites pas votre secret, infailliblement il caûserait. = Parler avec malignité, blâmer, critiquer. Votre conduite est indiscrète, déjà partout on en caûse.
   Rem. Causer, quand il est seul et sans régime, se prend en mauvaise part; c'est dire des riens, des balivernes. "Cet homme ne fait que causer. "C'est-là causer pour causer. "C'est proprement causer que tout ceci; car c'est une chôse passée. Sév. = On dit, proverbialement, dans ce sens, causer comme une pie (quelques-uns ajoutent, borgne) il caûseroit les piés dans l'eau. On caûse volontiers, quand on a les piés chauds. — Mais causer, se prend en bone part, quand on y joint avec ou ensemble: je caûse souvent avec lui; nous causons tous les jours ensemble.
   Causer, régit quelquefois la prép. de des chôses: causer de chôses et aûtres; s'entretenir familièrement de diverses chôses de peu d'importance.

Synonymes et Contraires

causer

verbe intransitif causer
2.  Familier. Parler avec malveillance.
jaser, médire -familier: cancaner, commérer, jacasser, potiner -littéraire: clabauder, jaboter.

causer

Traductions

causer

(koze)
verbe transitif
provoquer, faire que qqch arrive causer des ennuis à qqn

causer

verursachen, antun, bewirken, hervorrufen, veranlassen, zufügen, bereitencause, cause to take place, give rise to, activate, hold, inflict, organize, pose, provoke, result in, stage, wreakveroorzaken, teweegbrengen, aandoen, aanrichten, beleggen, houden, stichten, uitschrijven, praten, roddelen, bewerken, bezorgen, baren, aanstichtenאינה (פיעל), גרם (פ'), גרר (פ'), המיט (הפעיל), השיח (הפעיל), עולל (פיעל), הֵמִיט, גָּרַם, שׂוֹחֵחַ, הֵשִׂיחַaandoen, belê, beleg, berokken, veroorsaakkaŭzi, okazigicausar, dar lugar a, instigar, maquinar, ocasionar, produciraiheuttaaorsakacausare, discutere, intrattenersi, arrecare, cagionare, discorrere, provocarepowodować, sprawiać, spowodowaćcausar, ocasionar, produzir, provocar, ser causa deвозбушдать, послужить причинойorsaka, föranleda, förorsakaπροκαλώيُسَبِّبُzpůsobitforårsageprouzročiti引き起こす원인이 되다forårsakeทำให้เกิดyol açmakgây ra引起причина原因 (koze)
verbe intransitif
parler causer avec qqn

causer

[koze]
vt → to cause
La tempête a causé beaucoup de dégâts → The storm caused a lot of damage.
vi → to chat, talk
Nous n'avons pas beaucoup eu le temps de causer → We didn't have much time to chat.