certes

certes

adv. [ lat. certo ]
1. Assurément, certainement : Est-il honnête ? Certes.
2. (Souvent employé en corrélation avec mais) Sert à marquer une opposition, à indiquer que l'on fait une restriction : Certes, la région est belle, mais je n'aimerais pas y vivre.

certes

(sɛʀt)
adverbe
1. assurément, il est vrai Il fait beau aujourd'hui. - Certes !
2. sert à marquer une opposition ou une concession Il est certes arrivé en premier, mais très fatigué !

CERTES

(sèr-t') adv.
Certainement, en vérité, à coup sûr.
En quoi certes personne ne le surpassa jamais [VAUGELAS, dans BOUHOURS]
Certes, messieurs, le barreau n'a vu que trop de ces malheureux [PATRU, Plaidoyer, dans BOUHOURS, Nouv. rem.]
Mais certes c'en est trop d'aller jusqu'à la joie [CORN., Hor. I, 1]
Certes l'exemple est rare et digne de mémoire [ID., ib. IV, 2]
Certes les chrétiens ont d'étranges manies [ID., Poly. IV, 5]
Certes plus je médite, et moins je me figure Que vous m'osiez compter pour votre créature [RAC., Brit. I, 2]

REMARQUE

  • On trouve peu d'exemples de certes écrit sans s ; Ménage en rapporte un de Michel Marot : J'ai trouvé certe une chose bien rare Au cabinet de mon père Marot. En voici un de Molière : Cela certe est fâcheux. - Oui, plus qu'on ne peut dire, Tart. IV, 5. Cette licence a été prise aussi par V. Hugo : Certe on peut parler de la sorte, Quand c'est au canon qu'on répond, Orient. 35.

HISTORIQUE

  • XIe s.
    Non ferez certes, dist li quens Oliviers [, Ch. de Rol. XVIII]
  • XIIe s.
    Certes, dit Charles, trop avez mal talent [, Roncisv. 14]
    Certes, dame, moult s'honneure Qui courtois est contre tort [, Couci, IV]
    Diex ! tant avons esté preus par huiseuse [oisiveté] ; Or verra on qui à certes ert [sera] preus [QUESNES, Romanc. 94]
    Par Dieu, vassal, jel [je le] di pour vous gaber ; Cuidiez-vous donc qu'à certes [je] le vous die ? [, ib. 108]
    Certes, seigneur, dist-il, trop tost le saura on [, Sax. XX]
  • XIIIe s.
    La royne me pria si à certes comme elle pot [JOINV., 171]
  • XVe s.
    La fille lui respond : Certes, mere, nenni [LOUIS XI, Nouv. XI]
    Vous voyez bien que c'est à certes [pour tout de bon], quand de rechef s'est apparu l'ange vers moi [ID., ib.]
    Chargeant à chacun, par exprès et bien à certes, qu'il ne faille pas à son heure assignée [ID., ib. XXXIV]
  • XVIe s.
    Aucuns personnages m'ont amiablement, mais acertes, adverty que.... [M. DU BELLAY, 311]
    Socrates avoit seul mordu à certes au precepte de son Dieu : de se cognoistre [MONT., II, 62]
    J'en vaulx certes bien mieulx [ID., II, 83]
    Il ne pouvoit croire qu'ils eussent parlé à certes [sérieusement] d'une si vaine matiere [ID., II, 239]
    Quand Platon escript selon soy, il ne prescrit rien à certes [ID., II, 244]
    Quand il vit qu'ilz parloient à certes, il leur monstra du doigt le camp des Romains [AMYOT, Lucull. 19]
    Elle luy respondit magnanimement certes, sans se troubler ny estonner [ID., Dion, 25]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. et anc. espagn. certas ; catal. certes. Il y avait l'ancien adjectif cert, dont certes, certas, est le pluriel féminin. La locution complète est à certes, que l'on trouve en effet, et sous-entendu un substantif indéterminé féminin pluriel, comme voies, manières, choses ; elle suppose une forme latine a certis ; c'est pour cela que certes s'est toujours écrit avec une s, qui, comme on voit, n'est point un caprice d'orthographe et qui seule permet de comprendre comment certes a un sens adverbial. Certus est, par métathèse, pour cretus, participe passé de cernere, séparer, distinguer, le même que le grec, juger (voy. CRISE).

certes

CERTES. adv. En vérité, sans mentir. Oui certes. Non certes. Et certes, ce fut avec beaucoup de raison. Certes, ou je me trompe, ou, etc. Il y a, certes, du courage à faire cela.

Il indique quelquefois une concession. Certes, je n'irai pas jusqu'à prétendre que... Non, certes, ce n'est pas cela que je soutiens.

certes

Certes, Nae, Quidem, Equidem, Sane, Amen.

Certes du commencement je pensoy que c'estoit, etc. At etiam primo callidum et disertum credidi hominem.

Certes tout ce propos tend à cecy, Nempe omnia haec nunc verba huc redeunt.

Certes je ne puis durer, que, etc. Sed enim nequeo durare quin, etc.

Certes c'est cestuy serviteur là de, etc. Videlicet est ille Cliniae seruus tardiusculus.

Certes c'est cela que je crains fort, Id vero non mediocriter pertimesco.

Certes si tu la touches du doigt, Atqui si eam digito attigeris.

Et certes à moy aussi, Et vero etiam mihi.

Non certes, Non sane.

Certes la chose est ainsi, Scilicet vel Profecto ita res est.

Synonymes et Contraires

certes

adverbe certes
Littéraire. Marque une affirmation.
Traductions

certes

zwar, allerdings, freilich, immerhin, ja, ja doch, wohl

certes

wel, immers, toch, zeker

certes

tog

certes

ben bé, de debò, en veritat, veritablement

certes

ja

certes

han

certes

hiszen

certes

przecież, wszak

certes

ведь

certes

förvisso, ju, sannerligen

certes

със сигурност

certes

當然

certes

jistě

certes

확실히

certes

[sɛʀt] adv
(= on le conçoit) → admittedly
Il est certes brillant, mais quant à ses capacités de manager, je ne sais pas → Admittedly he's brilliant, but as regards his abilities as a manager, I don't know.
(réponse affirmative)indeed
(concession)certainly
Nous nous connaissons, certes, mais nous ne sommes pas amis → We know each other, certainly, but we are not friends.