chènevière

CHÈNEVIÈRE

(chè-ne-viê-r') s. f.
Terrain semé de chènevis, où croît le chanvre.
Quand la chènevière fut verte, L'hirondelle leur dit : Arrachez brin à brin Ce qu'a produit ce maudit grain, Ou soyez sûrs de votre perte [LA FONT., Fabl. I, 8]
Épouvantail à chènevière, mannequin pour éloigner les oiseaux ; et figurément, personne difforme et ridiculement accoutrée. Ce n'est qu'un épouvantail à chènevière, se dit d'une personne ou d'une chose dont on veut nous faire peur et que nous regardons comme plus redoutable en apparence qu'en réalité.

HISTORIQUE

  • XVe s.
    Et ce n'est.... Qu'un espoventail de cheneviere, Que le vent a cy abatu [VILLON, Archer de Bagnolet.]
  • XVIe s.
    C'est en la valée de Garonne que j'ai veu le plus de chenevieres, et les plus grandes qui se trouvent ailleurs [D'AUB., Faen. III, 15]
    Ils servirent, pour le moins, tant que la journée dura, d'epouvantail de cheneviere [CARL., I, 41]
    À la façon qu'en hyver on cultive les chavenieres en Berri [O. DE SERRES, 169]
    Toute la cheneviere ne se descharge à la fois, y restant le masle après la femelle [ID., 731]
    Chanvriere [O. DE SERRES, 732]
    Et veux qu'Amour d'un petit De lin ou de cheneviere [chanvre] Trousse au flanc sa robe legere, Et my nud me verse du vin [RONS., 416]
    Ces mines fieres et tyranniques d'un homme qui n'a plus de sang ny au cœur ny aux veines, vrais espovantails de cheneviere [MONT., II, 79]

ÉTYMOLOGIE

  • Génev. chenevier ; picard, canvriere ; norm. canivière ; c'est la canivière au diable, c'est une chose embrouillée ; Berry, chemière, chénebère ; de cannabaria, terre plantée de chanvre, de cannabis, chanvre (voy. CHANVRE).

chènevière

CHÈNEVIÈRE. n. f. Champ où croît le chanvre.

chenevière


CHENEVIèRE, s. f. CHENEVIS, s. m. [Les 2 1res e muet, 3e è moy. et long dans le 1er: l's ne se pron. pas dans le 3e. Trév. écrit chenevi.] Le chenevis est la graine du chanvre; une chenevière, est un champ semé de chenevis, où croît le chanvre. — En style proverbial, on dit d'une chôse qui paraît terrible à d'aûtres, et dont on se moque, que c'est un épouvantail à (ou de) chenevière. "Vos tonerres ont un un éclat et une majesté au-dessus de tous les aûtres. Lucien n'auroit pas ôsé apeler cette foudre, un vain épouvantail de chenevière. Sév. — On le dit aussi d'une persone laide et mal bâtie, ou mal habillée.