chère


Recherches associées à chère: cher, quelconque

chère

n.f. [ du gr. kara, visage ]
Litt. Nourriture : Nos convives aiment la bonne chère.
Remarque: Ne pas confondre avec la chair ou la chaire.

CHÈRE

(chê-r') s. f.
Visage. Ce sens a vieilli.
Bon accueil, réception caressante.
Voulant cacher ma honte et sa colère, Elle couvrit son front d'une meilleure chère [RÉGNIER, Élég. IV]
Ne sachant quelle chère me faire [SÉV., 291]
À qui la mère Pour ne se découvrir fait plus mauvaise chère [RÉGNIER, Sat. II]
S'il y avait auprès de vous une personne bien faite, qui vous fît bonne chère [VOIT., Lett. 187]
Chez les cabaretiers, tant pour la bonne chère, tant pour le couvert et les autres menus frais. Ce sens a vieilli.
Par extension, faire bonne chère a passé du sens de faire bon accueil à faire un bon repas, parce qu'un bon repas est une partie d'un bon accueil. Dans ce sens chère comprend tout ce qui regarde la quantité, la qualité et la préparation des mets. Aimer la bonne chère.
Le lieu de la ville où l'on faisait la chère la plus délicate [HAMILT., Gramm. III]
Faisant chère et vivant sur la bourse publique [LA FONT., Fabl. IV, 12]
Hélas ! que sert la bonne chère Quand on n'a pas la liberté ? [ID., ib. IV, 3]
Je dois faire aujourd'hui bonne chère ou jamais [ID., ib. VIII, 9]
Alexandre disait que la bonne chère n'était point de saison, quand on avait de grandes affaires [DU RYER, Supplément de Quinte-Curce, liv. II, ch. 8]
Repose-toi, fais grande chère [BOSSUET, Char. 1]
Elle disait hier à table, qu'en Basse-Bretagne on faisait une chère admirable [SÉV., 68]
Votre intendant jure qu'on ne peut pas faire une meilleure chère, ni plus grande, ni plus polie [ID., 427]
Comment appelez-vous ce traiteur de Limoges qui fait si bonne chère ? [MOL., Pourc. I, 6]
Nous feras-tu bonne chère ? [ID., l'Av. III, 5]
Faire petite chère, maigre chère, avoir un repas insuffisant en quantité ou en qualité. Homme de bonne chère, celui qui aime la table et s'y connaît.
C'était un homme de bonne chère ; et il devient sobre et tempérant [BOURD., Pensées, I, 392]
Vous avez dit que c'était un homme de bonne chère [MASS., Panég. St. Jean-Bapt.]
Chère entière, grand repas suivi de plusieurs divertissements. Chère de commissaire, un repas où l'on sert viande et poisson, locution qui vient du temps où il y avait des chambres mi-parties de catholiques et de protestants, les commissaires faisant les uns maigre les autres gras. Faire grande chère et beau feu, faire une très grande dépense. Faire chère lie, faire bonne chère et vie joyeuse.
La galante fit chère lie [LA FONT., Fabl. III, 17]
... lui-même ayant fait grand fracas, chère lie.... Il devint pauvre tout d'un coup [ID., ib. VII, 14]

PROVERBES

  • Il n'est chère que de vilain, c'est-à-dire lorsqu'un avare se résout à donner un repas, il y met plus de profusion qu'un autre.
  • Chère d'homme fait vertu, c'est-à-dire la face, la présence de l'intéressé fait vertu, rien ne vaut la présence d'un homme pour le succès de ses affaires.

HISTORIQUE

  • XIe s.
    [Il] plore des oilz, toute sa chere embronche [, Ch. de Rol. CCLVI]
  • XIIe s.
    Li cons [comte] Rollant o [à] la chiere hardie [, Ronc. p. 10]
    Le nez [il] ot beau et chiere de baron [, ib. p. 20]
  • XIIIe s.
    À moi pert [paraît] bien au vis et à la chiere, Que vostre amor m'est trop estrange et fiere [EUST. LE PEINTRE, dans Couci.]
    À tant es vous la vieille qui fait mout lie chiere [, Berte, XI]
    Sa fille [elle] a embracée, si la baise en la chiere [, ib.]
    [Elle] Mout faisoit laide chiere, et mout ert [était] emplorée [, ib. XVI]
    Ysengrin n'iert pas endormiz, Saut sus, ne fist pas chiere morte [, Ren. 20384]
    Car l'en a la chose moult chiere Qui est donnée à bele chiere [, la Rose, 2271]
    À regarder lores me pris Les cors, les façons et les chieres, Les semblances et les manieres Des gens qui ilec karoloient [, ib. 805]
    Ne ne faites chiere nesune De haïne ne de rancune [, ib. 7375]
    Combien qu'il facent fiere chiere [, ib. 7650]
    Les gardes dou champ doivent partir le soleil, si qu'il ne soit contre la chiere de l'un plus que de l'autre [, Ass. de Jérus. I, 169]
  • XIVe s.
    Le corps a grant et fort, et le viaire fier ; Il a moult bien la chiere de maisement paier [, Guesclin. V. 13690]
    Car nuls homs n'est, s'il pert, qui ait la chiere lie [, Baud. de Seb. VII, 154]
  • XVe s.
    Et fit la porte de la ville ouvrir, et fit bien chere et maniere de defense [FROISS., I, I, 86]
    [Le roi d'Angleterre à ses chevaliers avant la bataille de Crecy] et leur disoit ces langages de si lie chere, que qui fust tout desconforté, si se pust il reconforter en lui oyant et regardant [ID., I, I, 284]
    Quelque chere que ils fissent, ils n'estoient pas bien à seur [, Bouciq. II, ch. 6]
    Il nous fera, sans faillir, bonne chiere [CH. D'ORL., 1]
    Et sur ce leur monstra plusieurs inconveniens qui leur pourroient advenir, le plus gratieusement qu'il peut, et feirent bonne chaire au gentilhomme [JUVÉNAL DES URSINS, Charles VI, 1382]
    Il fut loué de sa fuyte ; et plus encores de son retour lui fist chascun bonne chere [COMM., I, 4]
    Après disner le duc et le roy se veirent en grant chiere [ID., II, 13]
    Homme de bonne chere et de plaisir [ID., V, 16]
    Il me fit la plus grande chere du monde [ID., VII, 1]
    Le pelletier en fut content, Car il ne vouloyt que repaistre, Et alla tout incontinent Faire grant chere avec le prestre [VILLON, Repues.]
    Je ne vous ai dit chose que je ne fasse, et faites bonne chere [soyez tranquille] [LOUIS XI, Nouv. XLVII]
  • XVIe s.
    .... Et puis appaisoit sa cholere Tout soudain qu'on luy faisoit chere [DU BELLAY, VII, 40, verso.]
    Où recueillis y furent à bonne chere Des habitans et sans la vendre chere [J. MAROT, V, 150]
    Tout ainsi que si une femme impudique, pour navrer davantage le cœur de son mari, devant ses yeux faisoit chere à son paillard [CALVIN, Instit. 284]
    Le tout est que je laissay le roy faisant, dieu mercy, très bonne chere [en santé], et commençant bien à se fortifier [MARG., L. 46]
    Le roy faict tousjours la chere que vous m'aviés promise, dont je sçay de plus en plus l'obligacion que j'ay à vous [ID., ib. 140]
    Faictes leur tant de bonne chere qu'il vous plaira [MONT., I, 71]
    Au milieu de leurs festins, et par my leur meilleure chere [ID., I, 76]
    Avec une chere basse et morne sans mot dire [AMYOT, Numa, 18]
    Il voulut que ceulx qui avoient porté leur part du labeur de cultiver la terre, eussent aussi part au plaisir de faire bonne chere des premiers fruicts d'icelle [ID., Lyc. et Num. comp. 2]
    Valerius adonc descendit avec un bon visage sur la place, et avec une chere ouverte fut le premier qui jura.... [ID., Publ. 3]
    Il ne se laissa eschapper de la bouche pas une parole insolente, ny ne monstra à sa face une chere joyeuse [ID., Marcel. 50]
    Belle chere et cœur arriere [H. EST., Précellence, 216 et 217]
    Belle chere vaut bien un mets [ID., ib.]

ÉTYMOLOGIE

  • Norm. chère, visage ; wallon, caire, mine, air ; provenç. et espagn. cara ; du latin cara, face, qui se trouve pour la première fois dans Corippus, poëte du VIe siècle, et qui est le grec, tête. On voit la série des sens : visage, puis bon accueil, c'est-à-dire bon visage, et enfin bon repas, qui est une des manières du bon accueil.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

  • CHÈRE. - ÉTYM. Ajoutez : À Lamballe, Côtes-du-Nord, on dit faire des chères, pour dire : faire une mine gracieuse, faire des caresses.

chère

CHÈRE. n. f. Tout ce qui regarde la quantité, la qualité, la délicatesse des mets et la manière de les apprêter. Maigre chère. Grande chère. Nous avons fait bonne chère chez lui. Aimer la bonne chère.

Prov., Il n'est chère que de vilain, Lorsqu'un avare se résout à donner un repas, il y met plus de profusion qu'un autre.

Il signifiait aussi autrefois Visage et par suite Accueil, réception. Il ne sait quelle chère lui faire, Il ne sait comment il doit le recevoir. En ce sens, il n'est plus guère usité.

chere

Chere, f. penacut. Signifie visage, Facies, Vultus. Selon ce on dit, homme de laide chere, Turpis vultus homo. Il se prend aussi pour traittement de viandes fait à aucun, et lors a tousjours un adjectif quand et luy, comme grande chere, bonne chere, maigre chere, Opipara opsonatio, Illautum epulum. Et est ainsi prins par metaphore, de ce qu'à ceux que nous traittons bien, nous monstrons le visage bon et ouvert. Il y en a qui veulent tirer ce mot de l'imperatif Grec khairé, qui signifie Gaude, resjouy toy: mais il n'y a propos aucun. L'Espagnol Castillan dit Cara; et le Portugais Caraoun; et le Languedoc Care, pro vultu, facie, ce qui le feroit plus vray semblablement venir de kharis, grace, pource que nous accueillons gracieusement ceux à qui nous voulons faire bonne chere. Chere aussi est l'adjectif feminin du masculin Cher, Chara. Elle m'est chere comme mon ame, Chara mihi est haud secus quam anima mea, dont vient le verbe Cherir, pris pour aimer, et faire caresse.

Vous ne faites point bonne chere, id est, Non prae te fers laetitiam.

Jours de bonne chere, Liberales dies.

¶ Chere, Trongne, Mine, Vultus.

Bonne et joyeuse chere, Hilaris vultus atque laetus, Hilare ingenium.

Avoir la chere baissée, et n'oser regarder les gens, id est, le visage, Vultum demittere.

¶ Faire joyeuse chere, Se hilarum facere, Obsequi animo suo, Hilarem in modum epulari. Bud. ex Cicerone.

Faire grande chere, Bene habere, Bene curare aetatem suam, Curare cutem, Curare se et aetatem suam, Genio carpere dulcia, Obsequi animo suo, Pergraecari, Indulgere genio, Genialiter viuere.

Faire bonne chere à quelqu'un, Comiter accipere. B. ex Liuio.

On feit grande chere le jour de la feste, Largius epulas die festo celebrari affirmat. B. ex Liuio.

Je luy ay fait bonne chere, Releui dolia omnia. Bud. ex Terentio.

Nous feismes bonne chere, Hilariter nos ipsi inuitauimus. B.

Tu aimes fort à faire bonne chere, Bene libenter victitas.

Faire mauvaise chere, Frontem contrahere, siue caperare.

Avec grande chere, Musice.

chère


CHèRE, s. f. [1re è moy. et long; 2e e muet.] 1°. Régal, bon repas. Maigre chère, grande chère. "Nous avons fait bone chère chez lui. Il nous fit la meilleure chère du monde. Vous ferez maigre chère. Ils font petite chère. Faire une chère délicate, etc. = 2°. Accueuil, réception. Suivant l'Acad. il n' a plus d'usage qu'en cette phrâse: il ne sait quelle chère (quel acueuil) lui faire. Aûtrefois on disait, faire bonne chère à; le bien accueuillir, lui témoigner de l'amitié. "Cet hiver elle sera si aise, qu'elle fera bone chère à tout le monde. Sév.
   On apelle (st. famil.) chère de Commissaire, un repâs où l'on sert en grâs et en maigre. — Grande chère et beau (ou bon) feu: bone chère, acompagnée de toute sorte d'agrémens. — Il n'est chère que de vilain, ou chère d'avâre. Les gens qui, par avarice, donent rarement à manger, donent avec plus de profusion que les aûtres, quand ils s'en mêlent.
   * Chère lie, bone chère, est vieux, et tout au plus bon dans le style burlesque.
   Là, vivant à discrétion.
   La galande fit chère lie.
       La Font.

Synonymes et Contraires

chère

nom féminin chère
Littéraire. Ensemble de mets.
Traductions

chère

cara

chère

cara

chère

Fressen

chère

alimento

chère

[ʃɛʀ]
nf
la bonne chère → good food
adj f
voir cher