chagrin, ine

CHAGRIN, INE3

(cha-grin, gri-n') adj.
Qui a du déplaisir, soit par une affliction actuelle, soit par une humeur habituelle. Vous paraissez bien chagrin.
Quel esprit chagrin ! Sénèque, si chagrin d'ailleurs, a voulu aussi s'ébattre une fois en sa vie [BALZ., VI, Lett. 5]
Je voudrais qu'il ne fût point chagrin contre vous tous [SÉV., 496]
âme chagrine [CORN., Suréna, I, 1]
Tel a vécu pendant toute sa vie chagrin, emporté, avare.... [LA BRUY., XI]
La face de la raison, si je puis parler de la sorte, paraît trop sérieuse et trop chagrine [BOSSUET, la Vallière.]

REMARQUE

  • Chagrin, au masculin, suit son substantif : un vieillard chagrin ; au féminin, il peut le précéder : la chagrine vieillesse.

HISTORIQUE

  • XVe s.
    Discorde haineuse Fait vie oultrageuse.... Au cueur chagrineuse, Au corps perilleuse [AL. CHARTIER, Lai de paix.]
    Pauvreté chagrine, dolente [VILLON, Grand testament.]
    En despit de nos voisins Gens trop chalgrins [BASS., XXXIX.]
  • XVIe s.
    À Demosthenes fut reproché par ung chagrin, que ses oraisons sentoyent l'huile [RAB., Garg. I, Prol.]
    Elles sont pensives et chagrineuses et fort desgoustées [PARÉ, XVIII, 64]
    L'or n'est pas seulement de nostre corps soigneux, Il est de nostre esprit : qui tant soit chagrineux, Despit, triste, pensif, resveur, melancolique.... [RONS., 905]
    Je crois qu'il y a quelque art à distinguer les visages debonnaires des niais, les severes des rudes, les malicieux des chagrins [MONT., IV, 225]

ÉTYMOLOGIE

  • Voy. le précédent.