chaloir


Recherches associées à chaloir: chaux

chaloir

v. impers. [ du lat. calere, avoir chaud ]
Peu me chaut ou peu m'en chaut,
Litt. peu m'importe : Peu me chaut qu'elle soit partie !
Remarque: Ce verbe ne subsiste plus que dans cette locution.

chaloir



Indicatif présent
il/elle chaut
Passé simple
Imparfait
Futur
Conditionnel présent
Subjonctif imparfait
Subjonctif présent
Impératif

CHALOIR

(cha-loir) Verbe vieilli, qui n'est plus employé, dit l'Académie, qu'à la 3e personne du singulier du présent de l'indicatif et impersonnellement. Cependant on pourrait étendre cet emploi au futur : il chaudra ; au conditionnel : il chaudrait ; à l'infinitif : il ne peut chaloir, il ne doit chaloir ; et au subjonctif présent : qu'il chaille. Dans l'ancienne langue chaloir avait tous ses temps : il chalait, il chalut, il a chalu v. n.
Être d'importance, causer du souci. Il ne me chaut de cela.
Il ne vous en chaut, n'est-ce pas ? Que tout s'y pervertisse, il ne m'en chaut d'un double [RÉGNIER, Sat. VI]
Or il ne me chaudrait .... Qu'ils fissent à leurs frais messieurs les intendants [ID., ib. X]
Il ne vous doit chaloir ni de qui, ni combien [ID., Sat. XII]
J'en suis d'avis, non pourtant qu'il m'en chaille [LA FONT., Gageure.]
Car quant à moi, du plaisir ne me chaut, à moins qu'il soit mêlé d'un peu de peine [ID., ib.]
Allez, il ne m'en chaut [SCARRON, D. Japhet, III, 20]
Soit de bond soit de volée, que nous en chaut-il, pourvu que nous prenions la ville de gloire [le paradis] ? [PASC., Prov. 9]
Régnier a fait de chaloir un verbe réfléchi : Je ne me veux chaloir du lieu, grand ou petit, Ép. II.

HISTORIQUE

  • Xe s.
    Dont [ce dont] lei [à elle] nonque chielt [, Eulalie]
  • XIe s.
    Ne lui chalt, sire, de quel mort nous mourions [, Ch. de Rol. X]
    De ce cui calt ? [, ib. CVIII]
  • XIIe s.
    Beaux sire Guenes, ne vous chaut esmaier [, Roncisv. 185]
    E bien as hui mustred que rien ne te chalt de tes cunestables ne de tes hommes [, Rois, 191]
  • XIIIe s.
    Il ne chaloit, à ceus qui l'ost voloient depecier, del meilleur ne del peieur, mais que li ost se departist [VILLEH., LXXXIX.]
    Et sachiés que il i avoit assés de ciaus [ceux] qui bien vousissent que li corans [le courant] enmenast les vaissiaus contreval le bras ou li vens, ne leur chausist comment l'aventure avenist [ID., CIII]
    Moi ne chaut qu'on en fasse, mais qu'elle soit tuée [, Berte, XVI]
    Mal fustes conseillée, tant vous en a chalu [, ib. LI]
    Ou se d'espargnier ne li chaut, Ains viengnent li froit et li chaut.... [, la Rose, 5033]
    Més de povreté ne vous chaille, Fors de penser, comment qu'il aille, Comment la porrés eschever [, ib. 809]
    Ne lor chaut gueres qui le sache [, ib. 7785]
    Car il ne pot caloir li quix [le quel] perde [BEAUMANOIR, LXIII, 8]
    Li cuers avariscieus acquiert ne li caut comment, et ne pot estre assasiés d'avoir [ID., LXIII, 21]
  • XIVe s.
    Et ceulz qui ont receu le bien, il ne leur chaut, se il ne rendent graces ou retribucion [ORESME, Eth. 273]
  • XVe s.
    Il ne peut chaloir, dit le duc d'Anjou ; j'ai dit et juré que jamais ne partirai de ci ; si aurai le chastel à ma volonté [FROISS., II, II, 11]
    Et du faict du roy d'Angleterre ne leur challoit, au demourant, comment il en allast [COMM., IV, 7]
  • XVIe s.
    C'estoient païens, auxquels il chaloit autant de J. C. que de celui qui n'avoit jamais esté [CALV., Instit. 155]
    Prenons le cas, quant à eux, qu'il ne leur en chaille [ID., ib. 226]
    Ils seront si empeschés à leur profit particulier, qu'il ne leur chaudra guere de leur office [ID., ib. 272]
    Que chault-il quand ce soit ? [MONT., I, 83]
    Que vous chault-il de l'avoir perdue ? [ID., I, 85]
    Il ne peut chaloir de quelle religion soit mon medecin [ID., I, 218]
    Pourveu qu'il soit gentil compagnon, la guerre qui confond toutes choses, fait qu'il ne peut chaloir de quelque lieu il soit [AMYOT, Fab. 43]
    Il estoit si deshonté, qu'il ne luy chaloit d'estre vituperé [ID., Alc. 20]
    S'ainsin estoit, toute peine fatale Me seroit douce, et ne me chaudroit pas [RONS., 25]
    ... Ne luy chalut de mon corps perissant [ID., 182]
    .... Mais peu se chaillant d'eux [ID., 746]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. et anc. espagn. caler ; ital. calere ; du latin calere, proprement être chaud (voy. CHALEUR), et de là désirer.

chaloir

CHALOIR. v. intr. Ancien verbe qui ne s'emploie qu'impersonnellement et ne se dit que dans ces expressions : Il ne m'en chaut. Il ne m'en chaut guère, Il ne m'importe.

chaloir

Chaloir, verb. neut. acut. Ce verbe n'a point les trois personnes que une terminaison, Il ne me, te, luy, chaut de rien, Il ne me, te, luy challoit de rien, dont l'infinitif est chaloir, et signifie soucy et soing de quelque chose, l'Italien dit aussi, non mi cale, non ti cale, non glio cale, mais c'est par phrases empruntées du Provencal et metter in non cale, pour mettre à nonchaloir, Curam deponere rei alicuius, Ainsi chaloir est, De re aliqua sollicitum esse, On dit bien d'un fayneant, qu'il ne luy chaut de rien, Nulla ex re anxius est, nihil neque sui neque alieni curat. Cic. lib. 1. de legib.

Ne se chaloir de rien, Nihil pensi habere.

Ne se chaloir de quelque chose, Ne digitum quidem porrigere in rem aliquam.

Ne se chaloir pas tant de ses affaires, que de la Rep. In minimis suas res ponere, de Repub. vehementius laborare.

Il ne m'en chaut, Paruipendo, Missa facio, Susque deque fero, Susque deque habeo, Me haud poenitet.

Il ne m'en chaut plus, Qui ob eam causam ante rumpebar, nunc ne moueor quidem.

Il ne m'en chaut pas beaucoup, Non magnopere laboro.

Il ne m'en chaut que, etc. Haud metuo qualem tu, etc.

Il ne m'en chaut pas de ceci, Huius non facio.

Il ne m'en chaut de cela, Ea res modice me tangit.

Il ne m'en chaut guere s'il ne le donne pas, Non magnipendo, det necne.

Il ne m'en chaut, Dum pereas, nihil interdico, dicant viuere.

Il ne m'en chaut s'il estoit present ou non, Nec me mouet praesens homo fuerit, necne.

Il ne m'en chaut qui ait tué Roscius, Cuius manu sit percussus Roscius, non laboro.

Il ne me chaut qu'il face aux autres, Nihili facio quid faciat caeteris.

Il ne me chaut qu'on die de moy, si je fay cela que j'ay vouloir de faire, Si perficio, non poenitet me famae.

Il ne me chaut qui tu sois, ou ne sois pas, Non facio qui sis, qui non sis, floccum.

Il me semble qu'il ne luy chaut pas beaucoup des dieux, Videtur de diis non magnopere pugnare.

Il ne te chalut jamais comme tout en allast, ne de fait ne de parole, Neque tibi quid faceres, quicquam vnquam pensi fuit, B. ex Liuio.

Ne luy chalant qu'on dit d'elle, Parum abhorrens famam.

Ne luy chalant de prendre garde à si petite chose, Securus tam paruae obseruationis.

Il ne luy chaut rien de sa foy et sa promesse, Flocci non facit fidem.

Il ne m'en chaut plus, Nihil moror, B. ex Terentio.

Il ne luy chaut qu'il face, Nihil pensi habet, B. ex Suet.

Ne te chaille, Bono sis animo, B. ex Liuio.

Il ne luy chaut pas tant de sa promesse que de son profit, Fides eum non tenet, sed merces.

Il ne luy challoit qu'il dist, ne qu'il fist, Prorsus neque facere, neque dicere quicquam pensi habebat.

Il ne luy chaut de vous, Si vestri nulla cura tangit.

Il ne nous chaut que vous faciez, Nobis quid faciatis minus pensi est.

Il ne leur chaut de rien que de ce qui leur plaist, Nihil vident nisi quod lubet.

Il ne leur chaut de ce que je dis, Quae dico paruipendunt.

Faire tellement envers aucun qu'il ne luy chaille plus de quelque chose, Negligentem facere.

¶ Il n'en chaut pas beaucoup, Parui refert, Non multum refert.

Il n'en challoit point au peuple de sa mort, Occisum eum populus indifferenter tulit.

S'il t'en chaut aucunement, Si qua te attingit cura.

A qui il ne chaut de rien, Securi animi homo.

chaloir


*CHALOIR, v. n. Il est vieux, et ne s'emploie qu'impersonellement. Il ne m'en chaut, peu m'importe. Il n'est plus bon que pour le marotique et le burlesque.
   Et moi je dis: peste l'impertinent!
   Et ne me chaut que sa voix théatrale
   Ait de Sénèque épuisé la morale.
   À~ sa vertu je n'ai plus grande foi
   Qu'à son esprit, etc.
       Rousseau.
  Que j'aye un livre ou semblable écriture,
  Il ne me chaut de belle couverture. Id.