champ

champ

n.m. [ lat. campus ]
1. Parcelle de terre cultivable : Champ de blé. Champ de betteraves.
2. Grande étendue de terrain : Champ de courses
hippodrome : Champ de foire.
3. Domaine dans lequel se situe une activité, une recherche : Cette question concerne le champ de la médecine
4. Portion d'espace qu'embrasse l'œil, un objectif photographique, un instrument d'optique : Ce figurant n'est pas dans le champ de la caméra.
À travers champs,
en traversant les champs, les prés.
Champ d'action,
domaine où peut s'étendre l'activité ou le pouvoir de qqn : Le conseiller municipal a un champ d'action limité.
Champ de bataille,
endroit où a lieu une bataille ; front.
Champ de manœuvre,
terrain où se fait l'instruction des troupes.
Champ de mines,
terrain semé de mines explosives.
Champ de tir,
terrain militaire où sont exécutés les tirs d'exercice ; base de lancement et d'expérimentation de missiles.
Champ d'honneur,
Litt. champ de bataille : Mourir au champ d'honneur.
Champ opératoire,
région du corps délimitée, sur laquelle porte une intervention chirurgicale ; compresse stérile utilisée pour border cette région.
Champ visuel,
espace qu'on peut percevoir en gardant les yeux immobiles.
Laisser le champ libre à qqn, avoir le champ libre,
laisser à qqn toute liberté d'action ; avoir tout pouvoir d'agir à son gré : L'animateur laisse le champ libre à son assistant pour la programmation musicale
laisse toute latitude
Prendre du champ,
prendre du recul afin de mieux juger : Tu devrais prendre du champ par rapport aux événements.

champs

n.m. pl.
Terres cultivées, pâturages : Cueillir des fleurs des champs.

CHAMP1

(chan ; prononciation qui est celle qu'au XVIe siècle Palsgrave indique, p. 24 ; le p ne se lie jamais : un champ aride, dites : un chan aride ; au pluriel l's se lie : des chan-z arides) s. m.
Espace ouvert et plat. Du haut du Pic du Midi un champ immense s'étend devant les yeux. Champ de foire, l'emplacement où se tient une foire. Champ de course, espace où se font des courses de chevaux. Champ du repos, cimetière. Champ de Mars, lieu, à Rome, consacré à des exercices militaires et à des réunions populaires.
Le peuple au champ de Mars nomme les magistrats [RAC., Brit. I, 2]
Aujourd'hui, champ de Mars, lieu destiné à faire manœuvrer des troupes. Champ de mars, de mai, assemblées que tenaient en mars ou en mai les rois francs pour régler les affaires de l'État. Champs Élysées, Élysiens ou Élyséens, séjour des âmes heureuses, selon les païens.
Pièce de terre labourable. Petit champ. Champs cultivés. Champ fertile, stérile, labouré, fumé, ensemencé, moissonné.
Remuez votre champ dès qu'on aura fait l'oût : Creusez, fouillez, bêchez [LA FONT., Fabl. V, 9]
Si le possesseur de ces champs Vient.... Le possesseur du champ vient avecque son fils : Ces blés sont mûrs, dit-il [ID., ib. IV, 22]
Le lièvre et la perdrix, concitoyens d'un champ, Vivaient dans un état, ce semble, assez tranquille [ID., ib. V, 17]
Tel qu'un ruisseau docile Va rendre tout un champ fertile [RAC., Esth. II, 9]
Fig.
Nous devons l'apologue à l'ancienne Grèce : Mais ce champ ne se peut tellement moissonner, Que les derniers venus n'y trouvent à glaner [LA FONT., Fabl. III, 1]
Le champ de la nature ne peut s'épuiser, et l'on y trouve toujours des moissons nouvelles [CHATEAUB., Génie, I, V, 4]
Au plur. La campagne en général. Maison des champs. Travaux des champs. Vie des champs. Un homme des champs. Mener les bêtes aux champs. Aller aux champs, en parlant des troupeaux. Chemin qui va à travers champs.
Quand on les envoie à leurs maisons des champs [PASC., Div. 2]
Votre maître de musique est allé aux champs, et voilà une personne qu'il envoie à sa place [MOL., Mal. im. II, 4]
L'innocence des champs est-elle votre fait ? [LA FONT., Fabl. VII, 2]
Autrefois le rat de ville Invita le rat des champs [ID., ib. I, 9]
Tigres dans les forêts, alouettes aux champs [ID., ib. IV, 22]
Mangez ce grain, et croyez-moi. Les oiseaux se moquèrent d'elle : Ils trouvaient aux champs trop de quoi [LA FONT., Fabl. I, 8]
D'après de Caillières, en 1690 : Je m'en vais aux champs ; Il est à sa maison des champs, étaient des façons de parler bourgeoises. Mais les meilleurs auteurs s'en servaient de son temps, et l'usage les a conservées. Être aux champs et à la ville, être logé de façon à jouir des agréments de la campagne. Fig. Avoir, donner, prendre la clef des champs, avoir la liberté de s'en aller, la donner, la prendre. Avoir un œil aux champs et l'autre à la ville, veiller à tout. Poétiquement, les champs, un pays, un canton.
Un autre vous dirait que dans les champs troyens Nos deux pères sans nous formèrent ces liens [RAC., Andr. IV, 5]
Ô rives du Jourdain, ô champs aimés des cieux [ID., Esth. I, 2]
Ô fortuné séjour, ô champs aimés des cieux ! Que pour jamais foulant vos prés délicieux, Ne puis-je ici fixer ma course vagabonde, Et, connu de vous seuls, ignorer tout le monde ! [BOILEAU, Ép. VI]
En plein champ, au milieu de la campagne, loin de toute habitation. À travers champs ou à travers les champs, en s'écartant de la route battue ou du chemin frayé pour aller plus directement à son but, en traversant les champs.
Aller à travers champs [LA BRUY., VI]
Fig. À travers champs, sans ménagement, en désordre, ou par des voies détournées du droit chemin.
D'un certain magister le rat tenait ces choses, Et les disait à travers champs [LA FONT., Fabl. VIII, 9]
Se sauver à travers champs, essayer d'échapper par des subterfuges à une question pressante. Familièrement. Courir les champs, errer dans la campagne. Fig. Quitter son logis, errer de lieux en lieux.
Mme de Mazarin court les champs de son côté [SÉV., 240]
Et dans un autre sens figuré, être compromis. Son honneur ? ah ! il y a longtemps qu'il court les champs. Fou à courir les champs, réellement fou. Fig. et familièrement. Être aux champs, être en colère ou en grande perplexité. Un rien le met aux champs. Il se met aux champs pour rien.
Voilà M. le duc aux champs et le roi en colère qui voulut savoir qui était du souper [SAINT-SIMON, 42, 248]
Terme militaire. Battre aux champs, battre la marche, ou pour rendre les honneurs.
Quand le duc d'Anjou [roi d'Espagne] sortait ou rentrait, la garde battait aux champs [SAINT-SIMON, 83, 83]
Fig. Battre aux champs, prendre la campagne.
L'armée est assez forte Pour faire corps et battre aux champs [LA FONT., Coupe.]
Le lieu où se livre une bataille. Champ de bataille. Quitter le champ de bataille. Mourir ou rester sur le champ de bataille. Laissant le champ libre à l'ennemi.
Le prince au champ de Mars, Chaque jour, chaque instant, s'offre à mille hasards [CORN., Héracl. I, 1]
Dans ton champ de bataille, aux yeux de ton armée [ID., Rod. IV, 4]
Toi qui connais ce peuple et sais qu'aux champs de Mars Lâchement d'une femme il suit les étendards [ID., ib. II, 2]
Quel champ couvert de morts me condamne au silence ? [RAC., Iphigén. IV, 4]
Qu'il me tarde déjà d'être au champ de la gloire, D'aller aux ennemis arracher la victoire ! [REGNARD, Folies amour. III, 10]
Un guerrier expirant au champ d'honneur, dans la force de l'âge, peut être superbe [en statue] [CHATEAUB., Génie, III, I, 5]
Fig. et familièrement. Il prend, il choisit bien son champ de bataille, il prend ses avantages Il reste toujours maître du champ de bataille, il a toujours le dessus dans un débat. Dans le même sens, le champ de bataille lui est demeuré.
Champ ou champ clos, lice, lieu fermé de barrières, soit pour les duels judiciaires, soit pour les tournois. Ouvrir le champ, y admettre les combattants.
Faites ouvrir le champ, vous voyez l'assaillant [CORN., Cid, IV, 5]
Les deux généraux et les deux armées semblaient avoir voulu se renfermer dans des bois et dans des marais pour décider leur querelle comme deux braves en champ clos [BOSSUET, Louis de Bourbon.]
Ceux qui perdaient le champ étaient les vaincus [VOLTAIRE, Mœurs, 107]
Prendre du champ, prendre de l'espace, de l'élan.
Ils prirent du champ et coururent l'un sur l'autre avec furie [CHATEAUBR., Dern. des Abenc. 185]
Fig. et familièrement. Avoir encore du champ devant soi, avoir des ressources, le temps, les moyens de se tirer d'affaire, n'être pas encore au moment critique. Être à bout de champ, n'avoir plus de ressources.
Tout théâtre où il se débat quelque chose.
Sans entrer dans le champ j'attends que l'on m'assaille [RÉGNIER, Ép. II]
Viens combattre en champ clos aux joutes du barreau [BOILEAU, Lutr. VI]
Je laisse aux plus hardis l'honneur de la carrière, Et regarde le champ assis sur la barrière [ID., Ép. I]
Ouvrir sur cette table un champ au lansquenet [ID., Sat. X]
Je vous fermais le champ où vous voulez courir [RAC., Iph. IV, 6]
Espace libre, carrière, sujet. Le champ de la gloire. Un champ où l'éloquence puisse se déployer. Un vaste champ s'ouvre à votre activité. Le champ est ouvert aux soupçons. Laisser le champ libre à l'injure.
Ils me laissent le champ libre pour faire ce qui me plaît [SÉV., 68]
.... Par quel caprice Laissez-vous un champ libre à votre accusatrice ? [RAC., Phèd. V, 1]
Sylla.... N'a fait qu'ouvrir le champ à César et Pompée [CORN., Cinna, II, 1]
Vous avez le champ libre [MOL., Mis. III, 5]
Et laissent un champ libre à leur persévérance [ID., Fâch. II, 4]
Et l'aigreur de la dame à ces sortes d'outrages Dont la plaint doucement le complaisant témoin, Est un champ à pousser les choses assez loin [ID., Éc. des maris, I, 6]
Voilà un beau champ ouvert aux catholiques [BOSSUET, Var. 15]
Voilà un champ bien ample pour exercer un cœur [SÉV., 236]
Et si l'effet enfin suivant mon espérance Eût ouvert un champ libre à ma reconnaissance [RAC., Baj. V, 4]
Puisse le ciel.... Ouvrir un champ plus noble à ce cœur excité [ID., Iph. I, 2]
Le champ vous est ouvert [ID., Plaid. II, 9]
Il a bien moins de champ que nous pour comparer et pour combiner [DIDER., Lettr. sur les aveugl.]
La Trinité ouvre un champ immense d'études philosophiques [CHATEAUB., Génie, I, 3]
En morale et en histoire, on tourne dans le champ étroit de la vérité [CHATEAUB., Génie, III, III, 3]
L'étendue qu'embrasse une lunette d'approche, etc. Tâchez de mettre ces deux objets dans le champ de la lunette.
Tout ce qui regarde l'augmentation des objets, les ouvertures qu'il faut laisser aux lunettes, le champ qu'on peut leur donner [FONTEN., Hartsoeker.]
10° Terme de peinture et de gravure. Le fond d'une toile et d'un cuivre d'attente, où l'art n'a encore rien tracé. Terme de blason. Le fond de l'écu, qui est chargé des diverses pièces dont se composent les armoiries. Ses armes sont un lion d'or en champ d'azur. Terme d'architecture. L'espace qui reste autour d'un cadre ; le fond d'un ornement, d'un compartiment.
11° Terme d'art militaire. Champ de feu, espace que parcourt un projectile lancé par une arme à feu. Champ de lumière, excavation oblongue pratiquée sur une bouche à feu autour du point où aboutit la lumière.
12° Le milieu d'un peigne qui a deux rangées de dents.
13° Sur-le-champ, locut. adverb. Aussitôt, sans délai. Parler sur-le-champ, sans préparation. Être forcé de prendre sa résolution sur-le-champ. Exécuter les ordres sur-le-champ.
Et s'il m'eût voulu perdre, il l'eût fait sur-le-champ [MAIRET, Sophon. I, 4]
Je voulais sur-le-champ congédier l'armée [RAC., Iph. I, 4]
Sur-le-champ que, aussitôt que.
L'aveuglement sur Vaudemont fut tel qu'il eut, sur-le-champ qu'il le demanda, le régiment d'Espinchal [SAINT-SIMON, 120, 66]
Locution hors d'usage et qui ne se trouve peut-être que dans St-Simon.
14° À tout bout de champ, à chaque bout de champ, locut. adverb. et familière. À chaque instant, à tout propos.
Or il ne me chaudrait, insensés ou prudents, Qu'ils fissent à leurs frais messieurs les intendants à chaque bout de champ.... [RÉGNIER, Sat. X]
À chaque bout de champ vous mentez comme un diable [CORN., le Ment. III, 6]
Ils lui faisaient à tout bout de champ des contes [HAMILT., Gramm. 11]
Je m'arrête vraiment à tout bout de champ ; ici, j'y suis depuis huit jours, et ne sais encore quand j'en partirai [P. L. COUR., II, 63]

PROVERBE

    Il y a assez de champ pour faire glane, c'est-à-dire il y a assez de besogne pour tout le monde, ou bien il y a de quoi contenter tout le monde.

HISTORIQUE

  • XIe s.
    Tant riches reis morz et vaincuz en champ [, Ch. de Rol. X]
    Li quens Rolans au champ est repairé [, ib. CXXXIX]
    Averons-nous la victoire du champ ? [, ib. CCLVI]
  • XIIe s.
    Servez le bien, l'onor dou camp aurez [, Roncisv. 41]
    Encore en sont li champ ensanglantez [, ib. 94]
    Tant que Dex voille, du champ aions l'honor [, ib. 108]
    L'erbe du camp qui ert verte et delgée [menue] [, ib. 137]
    Vous jurerez premiers de ce camp [champ clos] arrami [, ib. 192]
    Tuit en [de chevaliers] seront couvert li champ et li larri [, Saxons, XXIV]
    Tuz suls entra en champ cumme bons champiuns [, Th. le mart. 38]
    E tut cil qui laburent el champ nostre seigneur [, ib. 73]
  • XIIIe s.
    Li jours estoit biaus et li cans si plains [uni] que il n'i avoit fosse ne mont ne val [H. DE VAL., V]
    Car fors à estre as chans mout durement [elle] convoite [, Berte, XXIX]
    Li tans est tix que perilleuse coze est d'aler as cans [BEAUMANOIR, IX, 8]
    Quant tuites ces cozes dessus dictes seront fetes, cil qui se combatent doivent estre mis el camp de la bataille [ID., LXIV, 11]
  • XIVe s.
    Aucun peut vouloir que en un champ de bataille celui ait vittoire, qui faint estre champion [ORESME, Eth. 64]
  • XVe s.
    Et se partirent un samedi [les soudoyers] et aussi ceux du castel et de la malemaison, et se trouverent tous sur les champs [FROISS., I, I, 100]
    Si monta au plutost qu'il put sur fleur de coursier et prit les champs [ID., I, I, 103]
    ... Qu'ils fussent forts et puissans de resister contre les François qui y tenoient les champs [ID., I, I, 215]
    Je vous en appelle de champ et veez ci mon gage [ID., II, II, 46]
    Et incontinent mist ses gens d'armes aux champs [COMM., I, 2]
  • XVIe s.
    Loin de penser à lui donner la clef des champs [, Mém. sur du Guesclin. 7]
    Sur le champ [MONT., I, 11]
    Avoir la clef des champs [ID., I, 125]
    Le vray champ et subject de l'imposture sont les choses incogneues [ID., I, 247]
    Il faut qu'il y en ait un [penchant] à qui le champ demeure [ID., I, 269]
    Tel en camp clos, qu'en une battaille [ID., II, 7]
    En ce qui concerne les combats, les conseils se prenent ordinairement sur le champ [sur les lieux] [LANOUE, 436]
    L'armée de terre se mettroit aux champs [ID., 440]
    La fortune luy favorisa en ce combat, de maniere qu'il desfict le Gaulois, et le despouilla sur le champ [sur place] [AMYOT, Num. 22]
    Fabius s'en prit à rire, et luy respondit sur le champ [ID., Fab. 47]
    Il avoit combattu vingt et trois fois en camp clos [ID., P. Aem. 53]
    Je bus, dit-il, mes armoiries. - Et bien, Monsieur, quel en est le camp ? [D'AUB., Faen. IV, 7]
    Ce fut aux ministres à desploier leur eloquence, et se servir d'une nouvelle qui arriva sur ce champ, assavoir que.... [ID., Hist. II, 277]
    Nombre superficiel quarré qui peut estre appelé champ ; quarré de quarré, que nous appellons champ de champ [ET. DE LA ROCHE, Arismetique, f° 42]
    Mieux vaut un bon temps qu'un bon champ [LEROUX DE LINCY, Prov. t. J. p. 61]
    Bois ont oreilles, et champs œillets [yeux] [COTGRAVE, ]

ÉTYMOLOGIE

  • Picard, camp ; nivernais, samp ; provenç. camp, cambo ; espagn. et ital. campo ; du latin campus, de même radical que le grec, jardin.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    1. CHAMP. Ajoutez :
    15° Terme de turf. L'ensemble des chevaux qui se présentent pour figurer dans la même épreuve. Parier pour un cheval contre le champ, c'est parier pour un cheval contre tous ses concurrents.

CHAMP2

(chan) s. m.
La partie la plus étroite d'une pièce de bois, d'une brique.
De champ, locut. adv. Sur le côté étroit. Mettre une solive de champ. Des briques sont posées de champ, quand le sens de leur largeur est vertical et celui de leur longueur horizontal ; dans le cas contraire elles sont debout, et enfin de plat, si ces deux sens sont horizontaux.
Roue de champ, se dit en mécanique, de toute roue, horizontale ou non, dont le plan est perpendiculaire à la direction des dents ; ainsi quand la roue est verticale, les dents sont horizontales, [LEGOARANT, ]

REMARQUE

  • Champ, comme on le verra à l'étymologie, est une très vicieuse orthographe qui rend la locution inintelligible, et qui est provenue d'une confusion de sons. C'est chant qu'il faut écrire ; et l'Académie devrait rectifier cette grosse faute de l'usage.

ÉTYMOLOGIE

  • Norm. de cant, de côté ; wallon, can, le côté, mète one brike so s'can, mettre une brique de champ ; ancien français, cant, côté ; espagn. et ital. canto (voy. CANTON) : mettre de chant, c'est mettre sur le côté. Comparez DÉCANTER.

champ

CHAMP. n. m. Pièce de terre labourable, qui ordinairement n'est pas entourée de murs. Champ fertile. Champ stérile. Champ de tant de superficie. Labourer, cultiver, fumer, semer, moissonner un champ. Champ de blé. Au bout du champ. Au milieu d'un champ. Fig., Un champ d'observation.

En plein champ, Au milieu des champs, de la campagne. Passer la nuit en plein champ.

Champ de foire, Emplacement où se tiennent les marchés, les foires.

Champ de course, Espace où se font des courses de chevaux.

Champ du repos se dit d'un Cimetière. On dit aussi dans le même sens Champ des morts.

Champs Élysées, Lieu de séjour réservé, d'après les Anciens, à ceux qui ont mené une vie vertueuse.

Au pluriel, il signifie Toutes sortes de terres, tant les terres labourables que les prés, les bois, les bruyères, etc., pris tous ensemble. Mener les vaches, les brebis aux champs. Fleurs des champs. Se promener dans les champs. Il ne fait pas bon aux champs dans cette saison.

À travers champs, Hors des routes battues. Prendre, aller à travers champs. On dit aussi À travers les champs.

Fig. et fam., Se sauver à travers champs, se dit d'une Personne qui essaie, par différents discours, d'échapper à une question pressante.

Courir les champs, Se promener, errer dans les champs. Et, au figuré, en parlant de l'esprit, de l'imagination vagabonde : Son esprit court les champs.

Au pluriel, il se dit aussi de Tous les lieux qui ne sont point dans les villes ou dans les faubourgs. Maison des champs. Il demeure aux champs. Il est allé aux champs. La vie des champs.

Fig. et fam., Un rien le met aux champs, il se met aux champs pour la moindre chose, se dit de Quelqu'un qui se fâche ou qui s'inquiète aisément. On dit dans un sens analogue Être aux champs.

Fig. et fam., Avoir la clef des champs. Donner la clef des champs. Prendre la clef des champs. Voyez CLEF.

En termes militaires, Battre aux champs. Voyez BATTRE.

Champ de bataille se dit de la Place où combattent deux armées. Il est demeuré maître du champ de bataille. Le champ de bataille lui est demeuré. Il a couché sur le champ de bataille. Visiter un champ de bataille après le combat. Vingt mille hommes restèrent sur le champ de bataille, Ils furent tués ou blessés. On dit dans le même sens, Le champ d'honneur.

Fig. et fam., Il a bien pris, bien choisi son champ de bataille, Il a pris ses avantages pour réussir.

Fig. et fam., Le champ de bataille lui est demeuré, se dit de Quelqu'un qui a remporté l'avantage dans un débat.

Champ de manoeuvres, Vaste espace plat où s'exécutent les manoeuvres militaires. On dit aussi CHAMP DE MARS.

Champ de tir, Terrain disposé pour les exercices de tir à la cible.

Champ d'aviation. Voyez AÉRODROME.

Champ clos, Lice, lieu fermé de barrières, dans lequel deux ou plusieurs personnes vidaient autrefois leurs différends par les armes, avec la permission du prince ou du magistrat. Se battre en champ clos. Dans les combats de ce genre qui avaient lieu à cheval, on disait Prendre du champ, Prendre de l'espace pour mieux fournir sa carrière. Par extension, Donner ou se donner du champ, Donner ou se donner de l'espace.

Il signifie aussi figurément Carrière ou Sujet, occasion. On lui a donné, on lui a ouvert un beau champ pour acquérir de la gloire. Un vaste champ s'ouvre devant nous. Il a un beau champ pour paraître avec avantage. Voilà un beau champ pour étaler son éloquence, son érudition.

Laisser à quelqu'un le champ libre, Ne point s'opposer à ses prétentions, ne point se mettre en concurrence avec lui. Vous pouvez continuer vos démarches, je vous laisse le champ libre. Avoir le champ libre, Avoir la liberté de faire une chose. Rien ne vous empêche d'y aller : vous avez le champ libre. On dit dans un sens analogue Donner un champ libre à son imagination, à sa colère, à sa fureur. Donner du champ à quelqu'un.

Avoir encore du champ devant soi, Avoir encore des ressources. Être à bout de champ, N'avoir plus de ressources.

Il désigne encore, figurément, un Fond sur lequel on peint, on grave, on représente quelque chose. Le champ d'un tableau, d'une médaille, d'un écusson. Le champ de ce tableau est trop clair. Ses armes sont un lion d'or en champ d'azur, sur champ d'azur.

Il se dit aussi de l'Étendue qu'embrasse une lunette d'approche. Cette lunette a trop peu de champ.

Il s'emploie aussi, en termes d'Optique, pour désigner l'Espace qu'une vue normale embrasse. Le champ visuel. Diminution du champ visuel.

En termes de Chirurgie, Champ opératoire, Région circonscrite du corps sur laquelle est effectuée une opération.

SUR-LE-CHAMP, loc. adv. Sur l'heure même, sans délai. Cela fut vidé, fut décidé sur-le-champ. On l'arrêta sur-le-champ. Répondre sur-le-champ.

Prêcher, haranguer, parler sur-le-champ, Sans préparation, d'abondance.

À TOUT BOUT DE CHAMP, loc. adv. et fam. À chaque instant, à tout propos. Il retombe dans la même faute à tout bout de champ.

champ

un Champ, Campus, Ager.

Un champ et piece de terre sans bastiment, ou avec bastiment, Fundus.

Un champ couru souvent des ennemis, Infectus ager.

Champ seur, où il ne faut point craindre les embusches, Liber a metu insidiarum campus.

Champs faits de gens de village, qui vont à la bonne foy, Rura simplicia.

Quand les champs et plaines s'espandent et se desployent de toutes pars, Diffusi campi.

Plein champ, Campus apertus.

La plaine d'un champ, AEquum campi, AEquor.

Joindre champ à champ, et avoir beaucoup de terres en un tenant, Agros continuare.

Un champ de bonne nature, Bene natus ager.

Champ fertile, Opimus vel frugifer ager.

Champ fertile et abondant, Rus saturum, Crassus ager.

Champs qui rapportent beaucoup, Feraces agri.

Champs qui recréent, Agri iucundi.

Une fosse qu'on fait pour escouler les eaux d'un champ, Lacuna.

Champ qui est plein de cureures de maisons vieilles et platras, Ruderatus ager.

Champ vuide, où il n'y a point de bestail, Viduus pecudibus ager.

Champ labouré, qui paravant ne l'avoit point esté, Rudetum.

Champ qui est soigneusement labouré, Cultissimum rus.

Champ qui est commencé à florir et verdoyer, Ager vernans.

Champ desert et delaissé, qu'on ne laboure plus, Desertus ager.

Gaster et deserter les champs par faute de laboureur, Agros cultoribus viduos vastare.

Champ qui nourrit, Almus ager.

Ce champ a esté loué dix sesterces, Fundus HS dena meritauit.

Un champ qui est las d'apporter, Effoetus ager.

Champ qui ne rend point beaucoup de fruict, Malignus ager.

Les champs ne rapportent rien, Vacant agri.

Champ menu et maigre, Exilis ager.

Champs pleins d'herbes et d'ordures, par faute d'estre labourez, Squalentia arua.

Champ qui n'est point herbu, mais aride, Spurcus ager.

Champs desquels il faut necessairement avoir soing, Obnoxia curae arua.

Un champ bien accoustré et garni de ce qui luy faut, Ornatissimus fundus.

Labourer un champ pour la seconde fois, Nouare agrum.

Champ auquel quelque cas meschant a esté commis, Campus sceleratus.

Champ qui doit disme ou champart, Decumanus ager, siue Octauanus, qui debet decimum vel octauum quemque mergitem, B. ex Cicerone, vel Ager vectigalis.

¶ Petit champ, Breuissima terra.

Appartenant aux champs, Agrarius, Ruralis.

La mesure à mesurer les champs, Gnoma, gnomae.

¶ Sur le champ, E vestigio, Ex tempore, Ilico, Protinus, In re praesenti, B. ex Vlpiano.

Il semble que les choses ont esté faites sur le champ, E re ipsa nata videntur.

Dire sur le champ, et sans y avoir pensé paravant, Dicere ex tempore.

Donner response sur le champ, In numerato habere responsum, Memoriter respondere.

En plein champ, AEquore aperto.

Jugement donné sur le champ, Extemporalis causarum disceptatio.

Faire droit sur le champ, vuider promptement une cause, Ius reddere protinus, Ius praesentaneum reddere.

Une cause ou proces vuidé sur le champ, Causa praesentis iudicij, controuersia vnica disceptatione decreta.

Destruire les champs, Vexare agros.

¶ Les champs, Rus.

J'iray aux champs, Rus ibo.

J'ay le coeur aux champs, jacoit que je soye à la maison, Si domi sum, foris est animus.

Se tenir ou demourer aux champs, Continere se ruri, Rusticari, Rurari.

Il demeure là loing és champs, Longe vsque illic in campis habitat.

Un homme qui est tousjours sur les champs, hors son pays, Peregrinator.

Venir des champs, Ab agris venire.

¶ Le champ ou le lieu où un chacun de quelque estat qu'il soit exerce son estude, Campus.

¶ Champ de bataille, c'est le champ clos où le desfi de deux combatans se desmesle, on l'escrit et prononce à present Camp, à l'Italiene ou Espagnole, car l'un et l'autre dit Campo, mais les Francois de jadis l'escrivoient et prononçoient Champ. Il se prent aussi pour un lieu sans barrieres ne autre closture où une bataille entre deux armées a esté donnée. Selon lesquelles significations on dit le Champ ou Camp luy est demeuré, c'est à dire Il a esté vainqueur, car le vainqueur chasse le vaincu hors du Champ où il l'a surmonté, et en signe de victoire demeure par vingt quatre heures au mesme lieu où il a obtenu la victoire si ce a esté par bataille en camp ouvert. Et si c'est en champ clos, Il jette le vainqueu hors de la barriere, sans le laisser dedans le champ ores qu'il l'ait tué, ce champ clos est aussi appelé champ mortel pource qu'il y est combatu, entre l'appelant et l'appelé, à outrance et privation de vie, si nul d'eux ne se rend, Duellum ad internecionem, voyez Enguerrand de Monstrelet. livr. 1. chap. 23. comme aussi lict mortel est dit celuy dont le gisant ne releve jamais et y meurt et Monstrelet, livr. 1. cha. 39. ainsi dit on coup mortel, maladie et hayne mortelle, dont la mort s'ensuit.

champ


CHAMP, s. m. [Chan, long: on ne prononce jamais le p.] 1°. Pièce de terre labourable, qui ordinairement n'est pas fermée de murailles. = Champs au pluriel se prend pour toutes sortes de terres, tant labourables, que près, bois, bruyères, pris tout ensemble et collectivement: aller aux champs; mener les bêtes aux champs. = Il se dit aussi de tous les lieux qui ne sont point dans les villes, ou dans les fauxbourgs. "Maison des champs; il est alé aux champs. = Campagne est plus usité en ce dernier sens. = Suivant Bouhours, maison des champs est plus relative aux vûes économiques, et maison de campagne, aux vûes d'agrément. La distinction paraît fort juste.
   2°. Ocasion, sujet, matière. "Voilà un beau champ pour l'Histoire, pour la Poésie. "On lui a doné, on lui a ouvert un beau champ, pour acquérir de la gloire, pour faire valoir ses talens, etc. = 3°. Étendue qu'embrasse une lunette d'aproche. "Cette lunette grossit beaucoup, mais elle a trop peu de champ. = 4°. Champ de batâille, place où se fait le combat de deux armées. * On disait autrefois champ tout seul. On disait, demeurer maître du champ: le champ lui est demeuré.
   Rem. Doit-on dire, les champs Élisées, ou les Champs Élisiens? Ménage croit qu'on dit l' un et l'aûtre, et que le 1er est le plus usité. L'Acad. les dit également et sans remarque. L'usage le plus commun, du moins en prôse, me paraît être pour le premier.
   À~ TRAVERS CHAMPS, adv. Il couroit à travers champs. — Sur le champ: sur l'heure même, sans délai. â tout bout de champ, ou à chaque bout de champ. L'Académie ne met en titre que le 2d, qui est à mon avis, le moins usité. À~ chaque moment, à tout propos. "Il retombe dans la même faute à chaque bout de champ; à tout bout de champ.
   DE CHAMP, adv. Mettre, poser de champ des briques, des pierres, des solives. Les mettre, les poser sur la face la moins large.
   Dans le st. prov., courir les champs, c'est être fou: "C'est trop perdre de temps: ..nous devrions déjà avoir couru tout Paris. — Du train dont vous alez, vous courrez bientôt les champs. — On done quelquefois à cette expression un sens moins odieux. "Il a guéri promptement, parce que sa blessure n' étoit pas dangereûse, et l'envie de revoir Mdlle. Sophie l'a fait courir les champs, aussi-tôt qu'il a pu marcher. — Se mettre aux champs, fort en colère. — Mettre quelqu' un aux champs, le mettre en colère, ou en crainte.
   Des biens à réparer, des partages à faire,
   Vous voyez que voilà de quoi le mettre aux champs.
   En lui faisant prévoir un procès de dix ans.        Méc.
Laisser le champ libre à quelqu'un, cesser de disputer, de se défendre. On dit, à peu près dans le même sens, le laisser maître du champ de batâille. — Avoir un oeil aux champs, et l'aûtre à la ville, être fort vigilant, penser à tout. — Avoir la clef des champs, la liberté de sortir, de s'enfuir.

Synonymes et Contraires

champ

nom masculin champ
Domaine d'activité.
Traductions

champ

Feld, Acker, Flur, Landfield, arable land, area, cultivated field, farmland, range, scopeveld, akker, land, terrein, gebiedאדמה (נ), ניר (ז), שדה (ז), שָׂדֶהakker, veldcamppolemarkαγρός, πεδίοagro, kampocampo, agropeltoladangvöllurcampo, area, campo visivo, UF campo di vista畑, 野原ager, arvumjorde, leirpolecampo, agro, área, campina, terra cultivávelcîmp, ogorulполеfält, åkershambaحَقْلpolje들판ทุ่งนาalancánh đồngполе (ʃɑ̃)
nom masculin
1. grand terrain cultivé un champ de blé
en quittant les chemins couper à travers champ
2. terrain où a lieu un combat

champ

[ʃɑ̃p]
nm
(pour la culture)field
un champ de patates → a potato field
essais en plein champ → open-field trials
essais en pleins champs → open-field trials
(= domaine d'activité ou de recherches) → field
le champ de qch [recherches, santé, protection sociale, échanges] → the field of sth
élargir le champ de qch [recherche, expérimentation, compétence] → to extend the scope of sth
élargir le champ des recherches → to extend the scope of one's research
restreindre le champ de qch → to limit the scope of sth
(INFORMATIQUE) [base de données] → field
(PHOTOGRAPHIE) dans le champ → in the picture
(autres locutions) sur le champ → straight away, at once
avoir le champ libre → to have a free hand
laisser le champ libre à qn → to give sb a free hand
prendre du champ → to stand back champs
nmpl (= campagne) à travers champs [courir, passer, marcher] → across the fields
couper à travers champs → to cut across the fields