champion

(Mot repris de championne)

champion, onne

n. [ mot d'orig. germ. ]
1. Vainqueur d'un championnat, en sports, dans un jeu : Championne de tir à l'arc. Champion d'échecs.
2. Fig. Personne qui parvient à se distinguer, en bien ou en mal, dans un domaine quelconque ; as : Une championne des disques à succès. Le champion de la bévue.
3. Personne prenant la défense de qqch avec ardeur ; partisan : Elle s'est déclarée la championne des droits de l'enfant.
adj.
Fam. Remarquable, excellent : Au Scrabble, elle est championne.

CHAMPION

(chan-pi-on) s. m.
Celui qui combattait en champ clos. Celui qui soutenait en champ clos une querelle judiciaire pour son compte ou pour celui d'autrui. Ceux qui ne pouvaient combattre de leur personne fournissaient des champions. En Angleterre, champion du roi, homme armé de toutes pièces, qui entre à cheval dans la grande salle de Westminster, et qui défie par la bouche d'un héraut quiconque oserait contester le droit du roi à la couronne.
Par extension, tout homme qui combat sur un champ de bataille.
Les seuls champions qui pussent tenir devant les chevaliers de France étaient les chevaliers d'Angleterre [CHATEAUB., Génie, IV, V, 4]
Par plaisanterie, tout homme qui se bat.
Tandis que coups de poing trottaient, Et que nos champions songeaient à se défendre [LA FONT., Fabl. I, 13]
Aussitôt contre Évrard vingt champions s'élancent [BOILEAU, Lutrin, V]
Ironiquement, c'est un vaillant champion, c'est un homme peu courageux. Molière a employé ce mot au féminin : Tous venaient sur mes pas, hors les deux championnes, Qui du combat encor remettant leurs personnes.... l'Étour. V, 14.
Fig. Défenseur. Il fut un des plus fermes champions de la foi.

HISTORIQUE

  • XIe s.
    Contre paiens [il] fut tout tens campiuns [, Ch. de Rol. CLXIII]
  • XIIe s.
    Amors tençon et bataille Vers son champion a prise [, dans HOLLAND, p. 228]
    Charles i a son champion mené [, Ronc. 190]
    Le rei [il] i ad trové od ses privez druguns, Evesques, e abez, e cuntes, e baruns ; Tuz suls entra en champ cumme bons champiuns [, Th. le mart. 38]
    Il eslit par tut les bons champiuns e la forte bachelerie [, Rois, 52]
  • XIIIe s.
    Li sires touz puissans fu champions à nos ancessours contre Pharaon [, Psautier, f° 182]
    Il resamble le mauvais campion qui se claime vaincu sans mehanier [, Bibl des chartes, 4e série, t. V, p. 324]
    Trois champions sont moult failli Et bien ont deservi à batre, S'il ne pueent le quart abatre [, la Rose, 19960]
    Et li aucun louoient campions en tele maniere que il se devoient combatre en toutes quereles qu'il aroient à fere [BEAUMANOIR, XXXVIII, 15]
    Mais deboutés seroit de son tesmoynage et li campions aroit le poing copé, se le [la] bataille estoit par campion [ID., VI, 16]
    En sa main tint l'espée o le poing [poignée] de laiton, Son escu embracié à loi de campion ; Iluecques se deffent à guise de lion [, Ch. d'Ant. VIII, 1440]
    Oh com glorieux champion [J. DE MEUNG, Tr. 1178]
  • XIVe s.
    Et aussi comme un champion bien aprins contre un ignorant ou ydiot [ORESME, Eth. 85]
    Et se aucun veult monstrer à un autre comment champions se doivent combattre [ID., ib. 62]
  • XVe s.
    Ha ! noble contrée de François ! ce n'est mie de maintenant que tes vaillans champions se monstrent hardis et fiers entre toutes les nations du monde [, Bouciq. I, 24]
  • XVIe s.
    Le champion et la championne furent tout un temps à se battre si vertueusement que.... [DESPER., Contes, LXV]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. campion ; espagn. campeon ; portug. campeao, ital. campione ; bas-lat. campio. de campus, champ du combat.

champion

CHAMPION. n. m. Celui qui soutenait en champ clos une querelle judiciaire pour son compte ou pour celui d'autrui.

Il signifie aussi figurément Défenseur. Champion de la foi. Par ironie, Il est le champion de toutes les mauvaises causes.

Par extension, il se dit du Représentant d'une société, d'une région, d'un pays, qui gagne un championnat. Le champion de France a vaincu les autres à la lutte.

champion

Champion, Vaillant champion, Fortis bellator, Ce mot vient de champ, car proprement Champion est celuy qui en champ de bataille combat contre un autre.

champion


CHAMPION, s. m. [Chan-pion: en vers, pi-on: 1re lon.] Celui qui combatait en champ clôs. — On dit par raillerie d'un homme peu vaillant, c'est un vaillant champion. — Dans la Poésie, il se dit sérieûsement, en bone part.

Synonymes et Contraires

champion

nom champion
1.  Personne qui gagne.
2.  Personne qui soutient une cause.
3.  Familier. Personne qui se distingue.
cerveau, chef, génie, gloire, prodige, reine, roi, virtuose -familier: aigle, as, cacique, crack -littéraire: lumière, phénix.
Traductions

champion

(ʃɑ̃pjɔ̃) masculin

championne

championkampioen, titelhouder, voorvechter, kampioen/-ne, ster, voorvechter/-tster, heldאלוף (ז), אס (ז), נושא דגל (ז), שיאן (ז), שִׂיאָן, אַלּוּף, נוֹשֵׂא דֶּגֶלMeister, Siegerπρωταθλητήςcampioneبَطَلmistrmestercampeónmestarišampion優勝者챔피언mestermistrzcampeãoчемпионmästareผู้ชนะเลิศşampiyonnhà vô địch冠军Шампион冠軍 (ʃɑ̃pjɔn) féminin
nom
personne qui gagne une épreuve sportive être championne du monde

champion

[ʃɑ̃pjɔ̃, jɔn]
adj
(SPORT)champion
l'équipe championne du monde → world championship-winning team
(fig)champion
être champion → to be the champion
Pour les desserts, il n'y a pas à dire, tu es championne! → When it comes to desserts, there's no doubt about it - you're the champion!
nm/f
(= tenant du titre) → champion
(fig)champion
C'est le champion de la tarte tatin → He's a champion tarte tatin maker. (ironique)
Vous êtes vraiment des champions de la gaffe! → You could really win prizes for tactlessness!